Dobro Pojalovat - Littérature LGBT

13 juillet 2016

Contes d'amour des samouraï - Saïkakou Ebara

9782915842951

Quatrième de couverture :

Ces contes d'amour rédigés par le grand écrivain Saîkakou Ebara sont la peinture des moeurs de ces chevaliers féodaux, prompts à s'aimer entre eux afin de ne pas tomber dans les rets d'amours féminines jalonnées d'artifices. Car la relation avec une femme passait, dans le milieu des guerriers, pour rendre un homme faible, lâche et.... efféminé.

pourtant, la voie de l'amour mâle n'épargne pas ses adeptes, même lorsqu'ils sont d'insignes combattants. Les affres de passions parfois douloureuses - au point qu'un certain nombre d'entre-elles se soldent par le suicide.

A travers ces treize récits, c'est toute la beauté et la complexité du Japon du XVIIème siècle qui prend corps sous la plume libertine et chevaleresque de Saïkakou.

Editions : Cartouches - ISBN : 9 782915 842951 - Broché 125 pages - Prix : 10,20 euros.

 Mon avis : Volodia

Ce livre est un petit bijou. Il dépeint les moeurs féodales chez les samouraï ou semble-t-il la pédérastie (et non pédophilie je le précise) était chose tout à faire courante et normale vu leur haute opinion des femmes. Celles-ci n'étant considérées que pour leur rôle de reproductrice.

C'est beau, doux, délicat, raffiné, poétique. Sans phrase indécente et/ou obscène.  L'adulte y tenant le rôle d'initiateur, de maître de la connaissance comme aux temps des grecs et des romains, alors que les pages (apprentis et/ou jeunes samouraïs) y faisaient office d'élèves, le favori étant élevé au rang d'amant.

Dans ce livre, il est question d'amour sincère (du samouraï) envers le page (favori) qui l'accepte et lui rend au centuple, de traitrises (par un serviteur ou un autre page jaloux), de bravoure face à l'adversité et surtout d'honneur porté jusqu'au boutisme (donc la mort par hara-kiri). Quelques femmes y font leur apparition, réduites à l'état d'empêcheuses de tourner en rond, souvent haïes quand elles ne sont pas tout simplement ignorées.

Un livre à offrir sans modération à votre aimé...

Posté par chezVolodia à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Martyre précédé de Ken - Yukio Mishima

Martyre

Quatrième de couverture :

Comment qualifier les sentiments ambigus qu'éprouvent l'un pour l'autre Hatakeyama et Watari ? Les deux adolescents hésitent entre haine, désir, fascination et cruauté. Jusqu'où leurs jeux troubles peuvent-ils les conduire.

L'équipe de Kendô a pour capitaine Jirô, l'un des meilleurs sabres (ken) du Japon. Tous lui envient sa force, sa beauté et son talent. Lorsque le club part faire un stage d'une dizaine de jours, les ambitions et les rivalités entre les membres de l'équipe s'exacerbent...

 

Editions : Folio - ISBN : 9 782070 314553 - Poche 123 pages - Prix : 2 euros.

 

Mon avis : Volodia

Les récits de Mishima sont toujours très particuliers, ils évoluent entre étude psychologique, culture et valeurs traditionnelles japonaises avec au premier plan : honneur, pureté, courage, sacrifice, mais également avec des sentiments propres à l'auteur : tels qu'homosexualité refoulée, désir, une certaine forme de sadisme. Ce livre n'y fait pas exception. 

Ken se déroule dans un club de Kendo. Le jeune Mibu admire le capitaine de l'équipe Jirô pour sa maîtrise du sabre, son tempérament et sa force qui en font un adversaire hors du commun. 

Les autres membres de l'équipe profite d'un stage effectué au bord de la mer, pour remettre en cause l'autorité  de leur capitaine qu'ils jalousent. Tiraillé entre son admiration pour Jirô qui représente la perfection qu'il ne pourra jamais atteindre, et sa volonté de ne pas vouloir s'exclure de l'équipe, Mibu hésite,  

L'intérêt de ce récit résulte en la description précise de l'univers typiquement japonais des clubs de kendo, de leur discipline, de leur valeur et de la manière dont les élèves se doivent de les respecter. En plus d'une étude psychologique montrant comment par son talent Jirô cristallise peu à peu la jalousie et la rancoeur des autres kendokas.

Jirô qui porte au plus haut les valeurs de la cuture traditionnelle fussent-elles surannées

ne peut supporter que celles-ci soient bafouées et remise en cause. Aussi, préfère-t-il mettre fin à ses jours dans une ultime et vaine protestation.

 

Martyre  est le récit de deux jeunes gens : Watari et Hatakeyama, vivant dans un pensionnant et entretenant des rapports ambigus, entremêlés de haine, et de désir qui vont pousser Hatakeyama à tenter de tuer Watari.

Dans cette nouvelle Mishima dépeint des sentiments troubles qui évoluent entre désir et lutte pour dominer l'autre, sans possibilité pour le lecteur de n'être jamais fixé sur la vérité des relations qui unient ces deux enfants.

Ces deux récits portent sans équivoque l'empreinte de Mishima, mais ce ne sont pas ceux que je préfère car ils m'ont un peu laissé sur ma faim...! 

Posté par chezVolodia à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 juin 2016

Les dandys de Manningham - (Le siècle des grandes aventures 2) - Jan Guillou

9782330027483

Quatrième de couverture :

A l'issue de ses études en génie civil à Drestde, Sverre, le frère d'Oscar et de Lauritz - dont on suivait les aventures dans les ingénieurs du bout du monde -, s'enfuit à Londres avec son jeune amant, Albert.

Ce dernier vient d'hériter du titre de Comte de Manningham et doit désormais veiller au bon fonctionnement de son grand domaine dans le Wiltshire. Au lendemain des oursuites à l'encontre d'Oscar Wilde, l'heure n'est pas à l'acceptation de l'homosexualité et les deux amoureux sont contraints de trompter les apparences au sein de l'aristocratie anglaise.

Heureusement pour échapper aux règles strictes de la bienséance, il y a les artistes libertins du Bloomsbury Group et la joyeuse effervescence intellecturelle et artistique qui les accompagne. Et si les nuages menaçant de la Grande Guerre obscurcissent déjà l'horizon, personne ne semble encore s'en soucier...

Le deuxième volet de la passionnante saga de Jan guillou sur l'histoire du XXème siècle, revisitée à travers le destin de personnages tous plus attachants et inoubliables les un que les autres.

 

Editions : Babel - ISBN : 9 782330 053260 - Poche : 411 pages - Prix ; 9,70 euros

 

Mon ressenti : Indiangay

Bien qu'il existe un tome 1 et qu'il existera vraisemblablement un tome 3, ce volume peut être lu avec toute la compréhension souhaitable, puisqu'il fait état d'une partie, d'une étape, dans la vie de Sverre, un des trois frères vikings norvégiens.

Dans ce volume : Après avoir été diplômé Ingénieur des chemins de fer, frais émoulus de Dresde (Allemagne), Sverre au lieu de rembourser comme, il s'y était engagé avec ses deux frères, la société de bienfaisance "La Bonne Intention" de Bergen (Norvège) qui leur avait à tous trois payée les études, décide de s'enfuir en Angleterre avec son ami Lord Albert Manningham, surnommé Albie, diplômé lui aussi de la même université.

Les deux hommes ont de grands projets pour améliorer le confort des passager des chemins de fer tant niveau moteur, poussière, suspension des locomotives et des wagons. Toutefois, après quelques mois, il s'avère qu'ils sont l'un et l'autre plus passionnés d'art que de techniques. De part ses obligations de Lord implicant la gestion d'un domaine, Albie continue à s'investir dans son métier alors que Sverre se tourne de plus en plus vers la peinture. 

Au fur et à mesure du déroulement de leur vie, nous suivons non seulement les progrès techniques  du début du 20ème siècle, mais également le carcan qui régit les règles de cette fin du 19ème siècle, avec ces apparences qu'il convient de sauver à tout prix alors que personne n'est dupe. Ces dames, qui bien qu'éduquées selon l'étiquette, jouent les "cache-tapettes'" ou trouvent des moyens d'émancipation avec l'approbation de leur "mari de complaisance".

J'ai particulièrement aimé la façon dont s'incèrent dans le roman les évènements historiques, les raisons qui ont poussé des hommes d'un bout du monde à l'autre, à s'affronter sous prétexte d'apporter la civilisation en Afrique, en prétextant que c'était bien pour eux, que c'est ce que les africains voulaient, puis les répressions disproportionnées pour leur soulèvement et qui n'ont profité qu'aux propriétaires d'exploitations de caoutchouc, de minerai et autres...

La description des critiques sur les premières expositions des peintres impressionnistes français au travers des journaux britanniques de l'époque est effroyable, aussi bien par la virulence de leur propos, que par la violence antifrançaise qui s'y dégage, et le nationalisme triomphant d'un peuple replié sur lui-même, presque maître du monde par ses colonies, mais tellement imbu de sa supériorité et de son bon droit. 

Le scandale des premières suffragettes. Le profilage au loin de cette guerre avec l'Allemagne, dont les anglais estimait qu'elle ne pouvait avoir lieu, tellement ces deux nations étaient amies, se complètaient, et dont personne ne voulait sauf la France pour récupérer des territoires perdues par la guerre de 1870. Les sentiments nationalistes exacerbés lorsque celle-ci éclate, la chasse aux hommes en âge d'être sous les drapeaux, et qui pour une raison ou une autre ne le sont pas, avec en toile de fond la lâcheté pour les homosexuels, la traitrise pour les pacifistes, avec passage à tabac sous les yeux d'une foule déchainée et de policiers complices, avec pour parfaire cette mise en scène la remise d'une plume blanche symbole par excellence de couardise...

Ce livre à tout pour plaire, une histoire de progrès technologique, une histoire d'amour, des évènements historiques et une fin intéressante. Je me permets de le recommander à la lecture.

 

200px-Jan_Guillou

A propos de l'Auteur :

Né en 1944 d'un père français et d'une mère norvégienne, Jan Oscar Sverre Guillou est l'un des plus célèbres écrivains et journaliste suédois. Ses oeuvres se sont vendues à plus de dix millions d'exemplaires en Suède et son traduits en une vingtaine de langues.

 

Posté par Indiangay à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 mai 2016

Un homme Accidentel - Philippe Besson

9782264048516

Quatrième de couverture : 

Deux êtres que tout sépare se trouve brutalement réunis par la mort d’un inconnu. 

Aussitôt entre ces deux-là, surgit, sans qu’ils s’y attendent et sans qu’ils puissent s’y opposer un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge. 

A Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse. 

 

Editions : 10/18 – ISBN 9 78 2264 04851 6 – Poche : 256 pages – Prix : 7,50 euros

 

Mon avis : Volodia

Ce livre commence par une intrigue policière, mais au fil des pages se déroule l’histoire d’une passion. Une passion incongrue, dévorante, scandaleuse. 

Le héros un peu désabusé,  à la carrière toute tracée est policier à Beverly Hill,  la découverte d’un jeune homme assassiné,  dans ce quartier hautement surveillé par toute une batterie de caméra et d’agents de sécurité d’étonne.  Désigné pour mener l’enquête, il découvre que le jeune homme était prostitué et petit trafiquant de drogues à ces heures.  Dans les poches du garçon se trouvait un carnet avec une liste de noms dans laquelle figure …. star de cinéma au passé trouble…. 

J’ai eu l’impression en lisant ce récit que l’intrigue policière n’est que le moyen de mettre en scène une histoire d’hommes.  Car c’est plus de cela qu’il s’agit  - l’intrigue étant peu consistante, le meurtrier ayant  avoué rapidement. – Cette rencontre est celle de  deux hommes que tout sépare et qui se prennent de passion l’un pour l’autre,  une histoire d’amour, virile, ardente et insensée au cours de laquelle, le policier n’hésite  pas longtemps entre une vie rangée avec une épouse qui porte leur enfant, et l’opprobre de la société envers une relation contre nature,  criminelle, faisant voler en éclat ses certitudes. Pour elle, il perdra sa famille, sa réputation, et son honneur … ! 

J’ai bien aimé ce livre, non par l’histoire proprement dite, car non seulement l'intrigue est inexistante, mais également parce que j’ai toujours du mal à croire, qu’un homme hétéro puisse s’enflammer pour un homme, avoir des relations intimes avec lui, et « tout quitter du jour au lendemain », ce qui est un tort, car la situation existe bien ! Non, ce qui m’a énormément  plu, c’est l’introspection que fait le policier (qui est aussi le narrateur) de sa situation, de ses sentiments. Ses atermoiements, son angoisse, son désarroi, puis son désespoir et  son mal être suite à l’absence de celui qu’il a aimé plus que tout.  Par ailleurs, les « obligations et contraintes » d’une star de cinéma face à son public, l’opiniatreté et les « coups bas » des journalistes prêt à tout pour vendre quelques photos et ainsi devenir célèbre en disent long sur cette profession (la race après de serpent ….) et sont intéressantes à plus d'un titre. 

Posté par chezVolodia à 13:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 avril 2016

Salon de beauté - Mario Bellatin

thLO0IAXWG

Quatrième de couverture : 

« Il y a quelques années, mon intérêt pour les aquariums me conduisit à décorer mon salon de beauté avec des poissons de différentes couleurs. Maintenant que le salon est converti en un mouroir où vont terminer leurs jours ceux qui n’ont aucun autre endroit pour le faire, il m’est très difficile de constater que les poissons ont peu à peu disparu ». 

Editions : Christophe Lucquin – ISBN : 9 782366 260 700 – Broché 76 pages – Prix 12 euros. 

Mon avis : Volodia 

Je, est celui qui raconte son histoire. Il n’a pas de nom, il est seulement Je,  un travesti,  coiffeur et propriétaire d’un salon de coiffure. Bien que celui-ci soit mixte, ce sont essentiellement des femmes qui viennent s’y faire coiffer, car elles semblent « indifférentes au fait d’être soignées par des stylistes portant presque toujours des vêtements féminins ». 

Pour se démarquer des autres salons du quartier, et lui donner un peu de luxe, Je, a choisi de l’équiper d’aquariums ou évolueront des poissons. Différentes sortes de poissons, non fragiles ne nécessitant pas de soins particuliers, dont la vue et les circonvolutions détendront ses clientes, « qu’elles aient pendant leurs soins l’impression d’être immergées dans une eau cristalline avant de réapparaître à la surface, belles et rajeunies ». 

Je, nous détaille ses choix sur les futurs occupants des aquariums, les soins prodigués, mais également leur mort somme toute assez tragique. Parallèlement, il se laisse aller à  des confidences sur son passé,  sa vie, et ses frasques avec les 3 autres coiffeurs. Sur le changement qui s’est opéré sur le salon et la tâche qu’il s’est donnée d’accomplir. 

Ce salon initialement destiné à la beauté, s’est transformé, un peu par hasard, en mouroir, non pas en un hôpital ou une clinique, mais seulement  en mouroir – le premier pensionnaire qu’il a accepté, l’a été à la demande d’un des compagnons qui travaillait avec lui. Le jeune homme avait été abandonné par son ami dès que celui-ci avait appris sa maladie, aucun hôpital,  ni sa famille ne voulaient l’accueil ni le prendre en charge. Privé de ressources, il ne lui restait qu’à mourir dans la rue -.

Les règles  sont très strictes. N’y sont admis que les malades en phase terminale, les dons d’argent en espèces, les confiseries, et le linge de lit. Pour faire face à cette nouvelle étape du salon, tout le matériel professionnel a été vendu, pour acheter, des lits métalliques, des matelas de paille, des ustensiles. Les miroirs ont été retirés pour éviter la vue de la multiplication de l’agonie des occupants. 

Je, s’active seul - Surtout pas d’associations, ni de sœurs de la charité, qui viendrait prier pour les malades, pas de femmes, aucun médicament.  - auprès de ses pensionnaires, ceux-ci ne manquent de rien. Il va jusqu’à affronter les habitants du quartier qui veulent faire brûler le mouroir mais qui s’arrêtent à la porte, rebutés par l’odeur qui y règne. Un jour, Je se sens plus faible. Il découvre des taches sur sa peau, et  comprend alors que son tour est venu, mais que lui sera seul, ses compagnons étant déjà morts. Il s’inquiète alors du devenir de son salon lorsqu’il sera trop faible pour se lever.  Je, pense qu’il fermera toutes les ouvertures, n’ouvrira à personne. Et peut -être que les institutions pour qui aider est une forme de vie, défonceront la porte.  On comptera parmi elles, « les Sœurs de la Charité » et les associations à but non lucratif.  Mais le plus probable est que quelques jours plus tard, ils défonceront la porte et « me trouveront mort, mais entouré de la splendeur d’autrefois ». 

Ce  n’est pas un livre larmoyant, ni même triste. L’auteur maintient une distance entre l’écriture et le tragique de la situation. Son personnage semble indifférent et résigné à l’inéluctable. C’est beau, c’est fort, ça vous prend au creux de l’estomac. J’ai adoré ce récit, bien qu'il m'ait bouleversé ! 

th6O2BSP8B

A propos de l’auteur :

Fils de parents péruviens, Mario Bellatin est né à Mexico. Il est né sans bras droit. Sa famille part pour le Pérou lorsqu’il a quatre ans. Il étudie la théologie pendant deux ans au séminaire Santo Toribio de Mogrovejo, puis les sciences de la communication à l’Université de Lima. C’est à Lima qu’il publie son premier livre en 1986 : Mujeres de sal.

En 1987, il part pour Cuba afin d’étudier le scénario de film à la Escuela Internacional de Cine y Televisión à San Antonio de los Baños. De retour au Pérou, il continue à y publier ses œuvres jusqu’en 1995 - date à laquelle il regagne le Mexique.

Bellatin a été directeur du Département de Lettres et Sciences Humaines de l'Université du Cloître de Sor Juana et membre du Système national des créateurs du Mexique de 1999 à 2005. Il est directeur de l’École dynamique des écrivains à Mexico, créée en 2001, qui propose des méthodes alternatives de création littéraire.

L’écriture de Bellatin est fortement influencée par sa formation académique, d’une part, mais aussi d’autre part par son expérience du cinéma. Il propose une réalité fragmentée dans le temps, non linéaire, et cherche à créer des sensations fortes, troublantes, déstabilisantes, chez le lecteur. Son œuvre, fortement expérimentale, est un jeu permanent entre réalité et fiction, entre récits apocryphes et biographies, qui crée des situations improbables, étranges et parfois drôles." 

Posté par chezVolodia à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 avril 2016

Un tango au bord de la mer - Philippe Besson

Un tango en bord de mer

Quatrième de couverture : 

« On a été heureux ensemble…

- Toi et ta nostalgie…

- Et puis, un jour, ç’a été terminé…

- C’est comme ça. On n’y peut rien.

Peut-être qu’on n’a pas assez essayé.

Peut-être qu’on n’y a pas assez cru.

- Je croyais que tu détestais les couples.

La durée. Ces choses-là. Bourgeoises. » 

Lui est un écrivain célèbre, la quarantaine. L’autre est un jeune homme qui cherche encore sa voie. Quelques années auparavant, ils se sont follement aimés, déchirés puis quittés. Ils se retrouvent par hasard, au beau milieu de la nuit, dans le bar désert d’un grand hôtel en bord de mer. Une atmosphère irréelle, propice au souvenir et à la confidence…

Mais la magie d’un décor peut-elle suffire à faire renaître la vérité des êtres et des sentiments ?

 

Edition : Julliard – isbn / 9 782260 022015 – Poche : 76 pages – Prix : 9 euros 

 

Mon ressenti : Indiangay 

Cette pièce est l’autopsie d’une rupture, ses causes et les stigmates qui en résultent. Il met exergue les intermittences du cœur, la difficulté d’aimer. 

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce livre, qui est en réalité une pièce de théâtre. Dans le livre, les personnes sont nommés : Lui pour Stéphane, l’autre pour Vincent, ce qui oblige dans les premières pages à un fréquent retour à la préface pour se rappeler qui est qui. 

Bien que son utilité soit nécessaire aux acteurs, je pense qu’une pièce de théâtre n’est pas faite pour être destinée à des lecteurs. Elle prend toute sa dimension à être jouer sur scène. Ce qui donne une plus de force au texte. Permets aux acteurs le jeu des questions-réponses et une gestuelle, des attitudes, des expressions de visages montrant l’intensité de leurs sentiments.

Posté par Indiangay à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le vrai est au coffre - Denis Lachaud

cvt_Le-vrai-est-au-coffre_2311

Quatrième de couverture : 

Un enfant de cinq ans vit avec ses parents en banlieue parisienne, dans la Cité des Fleurs, un immeuble isolé au milieu des rails d’une gare de triage. La nuit, Tom entend le hurlement des trains aux abords de son lit. Au matin, il joue seul dans les escaliers car il est rejeté par les enfants de l’école qui l’appellent « tapette ». 

Au fil des années, Tom se réfugie dans l’imaginaire. Auprès de son amie Véronique, il se sent en sécurité, mais à huit ans sa vie bascule. Lors d’un voyage scolaire les garçons de sa classe parviennent enfin à lui faire payer sa différence… 

Jouant du vrai et du faux, Denis Lachaud aborde le thème du choix identitaire dans ce qu’il peut avoir de plus ambigu. Entre fiction et réalité, désir et résistance, ce roman construit en puzzle réserve bien des surprises. 

Editions : Babel – ISBN : 9 782742 780976 – Poche :158 pages – Prix : 7 €

Mon avis : Indiangay 

Je ne sais comment classifier ce livre : policier ? en raison de l’intrigue qui se joue au détriment de Tom, alias Thomas. Trans-identitaire ? Véronique l’amie d’enfance se substituant peu à peu à Tom puis devenant son porte-parole ? Mais Tom et Véronique sont-elles deux personnes distinctes ou bien l’une cachait-elle l’autre ?   

Je n’ai pas su apprécier ce livre. Car si dans un premier temps, il se présentait comme d’agréables souvenirs d’enfance,  il se termine dans une confusion difficile à interpréter. Bref, j’ai trouvé ce livre fastidieux à lire et à comprendre ! 

Posté par Indiangay à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2016

Riches, Cruels et Fardés - Hervé Claude

Riches cruels et fardés

Quatrième de couverture :

Luxe, sable et volupté... A la limite de la jungle australienne, face à la barrière de corail et à des centaines de kilomètres de la première ville, se trouve un hôtel quatre étoiles... Un lieu pour touristes fortunés triés sur le volet, qui savent ce qu'ils viennent chercher et qui veulent avoir la paix.

L'isolement pourtant, privilège ultime des riches, peut devenir l'enfer. Un ouragan se déchaîne et les voilà coupés du monde. Les comportements changent. Des crocodiles sortent de l'eau devenue boue. La pluie tombe comme les arbres et un premier cadavre est découvert. Il n'en faut pas plus pour que les solidarités se délardent. Personne, finalement ne connaît sont voisin... Personne ne sait s'il pourra s'en sortir ni qui sera la prochane victime.

Editions : folio policier - ISBN: 978 2 07 035754 3 - Poche : 249 pages - Prix : 7,10 €

Mon avis : Volodia

Un complexe hôtelier destiné à des homosexuels fortunés, perdu au fin fond de nulle part, à la pointe de l'Australie ceinturé d'un côté par une forêt dense peuplée de serpents et de crocodiles, de l'autre, la mer remplie de méduses vénimeuses et mortelles avec au large la barrière de corail.

Les protagonistes sont le patron de l'hôtel, son associé, un gérant, un barman-employés à tout faire, et des clients : couples gays dont un lesbien. Suite à la disparition de son associé, Sean, Gordon le patron du complexe en vient aux mains avec Ken son gérant, pendant d'une tempête se prépare. C'est le point de départ de divers incidents mortels pendant ce huit clos - qui a des réminiscences du livre d'Agatha Christie "10 petits nègres" - dû au passage d'un ouragan. Les cadavres se succèdent à rythme régulier sans que l'on puisse savoir s'il s'agit d'accidents tragiques ou provoqués.

Au fur et à mesure du récit, raconté à la première personne du singulier" en premier lieu par Ashe pseudo écrivain - qui se place au niveau d'un détective - puis par chacun des protagonistes, il s'avère que tous ressentent un malaise indéfinissable annonçant l'éminence et leur angoisse des drames à venir. Se dévoilent peu à peu les caractères, les frustrations. L'occasion de faire un point sur leur couple, de s'interroger sur ce qui leur arrive et surtout pourquoi ? Car bien évidemment, aucun n'est réellement ce qu'il prétend et ne vient uniquement pour la détente et les loisirs...

L'histoire traîne un peu en longueur et l'intrigue n'est pas vraiment passionnante, même si la découverte des corps passés outre laisse planer le suspens sur l'intentionnalité ou non de ces morts. Quelques mots et situations un peu crus n'apportent rien au récit hormis le fait de nous conforter, s'il nous restait des doutes, sur les clichés homos.

Jusqu'à présent, je ne m'étais jamais interrogé sur l'argent que draîne le mode de vie gay, sa culture et en particulier la Gay Pride : Tourisme, drogues, alcool, costumes et paillettes, music-hall, cabarets, back room, prostitution, etc... Ce roman a au moins eu le mérite de m'y faire réfléchir...! Sans être déplaisant à lire, ce roman ne ne me laissera pas grand souvenir....!

Posté par chezVolodia à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mars 2016

La vie privée - Olivier Steiner

831780

Stristement réservé aux lecteurs avertis et aux plus de 18 ans

Quatrième de couverture :

Huis clos dans une maison du bord de mer. Tandis que la dépouille d’Emile repose dans une chambre à l’étage, le narrateur attend le dominateur. Une voiture se gare, c’est lui, le voilà dans l’embrasure de la porte, pile à l’heure, et sa ponctualité est déjà une forme de sévérité. Se joue alors la scène primitive, danse d’Eros et Thanatos, entre ombres et lumières « sexe et effroi ». Poussés aux derniers retranchements de la chair et de l’esprit, les corps exultent, souffrent et jouissent, livrent leur essence même.

Avec « la vie privée », Olivier Steiner signe une voyage sans retour, magnifique oraison funèbre, expérience de lecture rare où se dévoile notre humanité dans ce qu’elle a de plus noir et de plus cru.

Editions : L’Arpenteur  - ISBN : 9 782070 144860 – Broché : 145 pages – Pris : 13 €

Mon avis : Volodia


Emile vient de mourir, l’occasion pour Olivier de se pencher sur son passé et ce qui l’a amené à rencontrer ce vieil homme aussi solitaire que lui, son installation chez lui sans réelle invitation ni acceptation, avec en contrepartie des menus travaux à effectuer, puis les années venant à se dévouer à lui, à corps défendant.

Emile ne parle presque plus, Olivier fait les courses, le regarde « s’assoupir », le nourrit, le lave, le change, l’interroge, fait les réponses à ses propres questions. Il se regarde vivre, accomplir les gestes du commun, avec en filigranes des réminiscences de son passé.

Seule l’arrivée du Dominateur ( rencontré sur un site spécialisé) interrompt ses pensées qu’il troque contre d’autres plus émotionnelles, plus brutales, plus crues, conjuguées à la douleur physique et aux humiliations souhaitées, désirées, et encouragées.

Ce livre parle de corps, et de sensations abstraites. J’y ai oscillé entre fascination et dégoût. Car si l’ode offerte aux souvenirs d’Emile est superbe, le récit de ses plans culs et turpitudes avec le Dominateur m’a quelque peu révulsé.

Pour finir, je n’ai pas aimé ce livre malgré quelques beaux passages. Je n’arriverai jamais à comprendre ce qui pousse certaine personne à conjuguer amour avec domination, violence, humiliation tant verbales que physiques…. !

Posté par chezVolodia à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Feux de Saint-Elme - Daniel Cordier

product_9782070468225_98x0

Quatrième de couverture :

Adolescent dans un internat religieux d’Arcachon, Daniel Cordier y découvre son attirance pour les garçons et pour David en particulier. Cette passion interrompue par son renvoi du collège, ne cessera de le hanter tout au long de sa vie.

On connaît Daniel Cordier pour sa vie exceptionnelle : Secrétaire de Jean Moulin, Compagnon de la Libération, grand collectionneur d’art, historien de la Résistance. Il nous livre avec « les Feux de Saint-Elme » une récit autobiographique à la fois émouvant et inattendu.

Editions : folio – ISBN : 9 782070 468225 – Poche : 210 pages – Prix : 7 euros.

 

Mon avis : Volodia

Nous sommes loin des désirs discrets, inavoués qu’on garde jalousement par devers soi. Dans ce récit, l’auteur nous relate en termes crus ses émois partagés avec d’autres élèves, donnant l’impression que ceux-ci et lui-même ne sont que mus par leur instinct, leurs pulsions les plus primitives. Bon d’accord, l‘adolescence se vit différemment d’une personne à l’autre, on découvre son corps et celui des autres, on se compare et on s’adonne à des jeux qui ne sont plus innocents en toute connaissance de cause, mais bon…. !

L’auteur fait bien de larges parenthèses à la religion, à la pureté, collège religieux oblige, mais cela ne dure guère au regard de son amour pour Bob, puis David.

Bien des années plus tard, il retrouvera David, mais celui qui avait enchanté ses jeunes années ne sera plus qu’un homme petit, gros, marié, père d’un fils et au passé douteux de collabo, qui refusera de se remémorer son passé d’écolier.

J’ai été un peu déçu par ce livre. Je m’attendais à un récit aussi fin et délicat que les Amitiés Particulières de Roger Peyrefitte. Que nenni, ici nous sommes dans de l’autobiographie, dans la vie réelle, et non dans un roman, le style et l’écriture en témoignent. Et moi qui croyais que les jeunes d'antan surtout ceux de bonne famille moins délurés, quelle claque !

Posté par chezVolodia à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,