Dobro Pojalovat - Littérature LGBT

23 mars 2017

Imre - – Edward I.Prime-Stevenson

Imre

Quatrième de couverture : 

L’Anglais Oswald, âgé d’une trentaine d’années, rencontre à Budapest, au cours d’une de se pérégrinations, Imre, jeune et bel officier austro-hongrois. Tous deux portent le masque imposé aux affinités amoureuses qui n’osent se dire. Mais la confession de l’un entraîne la confession de l’autre. 

L’auteur (1858-1942) de « The Intersexes » illustre, dans son roman, l’idéal incarné d’un bonheur possible entre deux hommes. 

Roman d’un temps suspendu. Le temps qu’il faut à deux hommes, au début des années 1900, pour se dire : « … le rêve est devenu réalité. Je t’aime, comme tu m’aimes. J’ai trouvé, comme toi aussi tu m’as trouvé  l’amitié qui est amour, l’amour qui est amitié. Viens, mon ami, mon frère ! Il est temps de nous reposer, ton cœur sur le mien, ton âme avec la mienne. Pour nous deux, oui c’est enfin le repos. » 

Editions : ErosOnix – ISBN : 9 782918 444312 – Broché : 129 pages – Prix : 17 € 

Mon avis : 

On sent à la lecture de ce livre qu’il a été écrit au début du siècle dernier. Le langage suranné, les tergiversations des deux protagonistes, les envolées mélodramatiques… Le style désuet de ce livre ne peut masquer les conditions de vie particulièrement difficiles des personnes gays (uraniennes)  à cette époque où le moindre soupçon de ce qui était considéré comme une anormalité, un vice, une perversion provoquait irrémédiablement l’opprobre de la société bien-pensante, des tracasseries à n’en plus finir dans la vie professionnelle, mondaine et privée. Sans oublier les risque de chantage à vie pour ceux ou celles qui auraient eu la malencontreuse idée de se trouver dans des endroits « suspects » ou de marivauder avec quelque inconnu (nue). 

A une époque où la médecine emploie des termes plus « barbares » les uns que les autres pour définir l’homosexualité, et s’interroge de savoir si elle est innée ou acquise, l’auteur nous raconte le récit de l’amitié qui devient amour et de l’amour amitié entre deux hommes virils, empreints d’idéalisme et de dignité morale. L’un, britannique disposant d’une fortune personnelle, voyage pour oublier sa condition d’uraniste et les contraintes qu’elle lui impose. L’autre, jeune officier hongrois, refusant l’évidence de sa nature et cherchant à s’en guérir, se mure dans des rapports amicaux distants et laissent courir des ragots quant à d’éventuelles relations féminines. 

Si l’histoire de ces deux hommes peut engendrer l’empathie du lecteur, il ne faut pas faire abstraction de l’homophobie de ceux-ci, justifiée en grande partie par l’ostracisation d’une société moralisatrice, prompte à clouer au pilori tous ceux par qui le désordre arrive ; Car comment qualifier la violence insupportable, le mépris teinté de dégoût avec lequel sont évoqués ces invertis ne faisant pas preuve d’une masculinité requise, identifiable de visu, tant par l’esprit que les manières. : « …ces hommes qui aiment les hommes, qui par milliers mènent une vie incapable de noble idéal. Ah, ces êtres ouvertement dépravés, nocifs, sans vigueurs, grossiers, efféminés, pervers et déficients  dans leur nature morale, jusque dans les tissus même de leur corps ! Ces légions homosexuelles qui sont comme débris, scories de la société ; bon à rien sinon pour le feu qui nettoie de monde de ses ordures et rebuts ! » et cela sur 2 pages…. Difficile avec tout cela de se sentir normal, de ne pas se haïr soi-même !

Imre est beau physiquement, « son visage exprime des expressions viriles. Des traits délicats, mais sans féminité aucune.  Il a des yeux virils et limpides. Une voix lente et basse ».  C’est un athlète accomplis en saut et en natation. Dans cette description on sent bien que ce qui attire  Oswald c’est la virilité sans faille d’Imre, qu’il met à dessein, en comparaison avec les stéréotypes  jusqu’alors prédominant de l’inverti efféminé.

Oswald s’est pris d’une amitié exaltée pour Imre et se décidera alors qu’il doit retourner en Angleterre pour affaires, à lui avouer sa nature profonde et ses sentiments. Quant à Imre après moult atermoiements, il choisira également de se dévoiler et de répondre à l’amitié-amour, l’amour-amitié d’Oswald. Leur rêve de trouver un être ayant les mêmes aspirations et valeurs morales étant devenu réalité.

Une chose appréciable dans ce livre, mais qui peut dérouter les lecteurs habitués aux livres lgbt, c’est le phrasé inusité de nos jours, la délicatesse dans les sentiments exprimés, le manque de scènes et/ou de descriptions de sexe. Tout est suggéré ou dit mais dans les limites de la bienséance. 

J’aime que cette histoire se termine bien, à savoir la communion de deux êtres du même sexe qui s’aiment réellement. Car il est au combien pénible de lire des récits ou les gays se retrouvent seuls quand ce n’est pas dans des situations affligeantes. Et également que ces deux hommes ne soient pas des marginaux au sens où l’on l’entend aujourd’hui : voyous, sdf, piliers de bars, prostitués et j’en passe … ! 

Reste ce goût amer due à l’imagerie populaire qu’avait et ont encore beaucoup de personnes sur les homosexuels : borderline, efféminés, lâche, obsédés par leur cul et celui des autres, etc…! Ce qui n’a guère évolué de nos jours. Car c’est un fait, on parle souvent avec condescendance, moqueries et parfois agressivité des hommes-femmes (y compris dans le milieu lgbt), et la culture Queer, même si elle est reconnue, reste en marge de la « société traditionnelle » ! 

Posté par chezVolodia à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12 mars 2017

Retour à Reims - Didier Eribon

 

Retour-a-Reims

Quatrième de couverture :

Après la mort de son père, Didier Eribon retourne à Reims sa ville Natale, et retrouve son milieu d'origine avec lequel il avait plus ou moins rompu trente ans auparavant. Il décide alors de se plonger dans son passé et de retracer l'histoire de sa famille. Evoquant le monde ouvrier de son enfance, restitutant son ascension sociale, il mêle à chaque étape de ce récit intime et bouleversant les éléments d'une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabrication des identités, la sexualité, la politique, le vote, la démocratie.

Réinscrivant ainsi les trajectoires individuelles dans les déterminismes collectifs, Didier Eribon s'interroge sur la multiplicité des formes de la domination et donc de la résistante. 

Un grand livre de la sociologie et de théorie critique.

 

Editions : Flammarion catégorie : Champs Essais - ISBN : 978 2 0812 4483 2 - Poche : 2148 pages - Prix : 8,20 €

 

Mon avis : Volodia

Contrairement à ce que j’ai pu croire au premier abord, ce livre n’est pas une biographie à proprement parler, ni même un livre de philosophie politique, ni encore un livre de sociologie, mais un mix des trois.

Dans ce livre Didier Eribon revient sur une partie de sa vie, qu’il a occultée durant de longues années. La mort de son père et son enterrement auquel  il n’a pas voulu assisté, et son retour à Reims, ville où il est né et où ont vécu ses parents, est l’occasion pour lui de se remémorer son passé, et d’analyser les causes qui l’ont éloigné de sa famille pendant plus de 30 ans.

Issu d’un milieu modeste (père ouvrier ayant gagné à force de ténacité, le statut d’agent de maîtrise, mère femme de ménage dont les espoirs déçus de n’avoir pu faire des études et d’accéder à une autre condition sociale ont laissé les traces de quelques rancoeurs). Didier Eribon a longtemps eu honte de ses origines préférant être identifié comme homosexuel - ce qui à son époque n’était pas aussi bien toléré qu’aujourd’hui - catégorie sociale qu’il estimait plus valorisante car teinté d’intellectualité, et dans laquelle il s’est beaucoup investit à défendre la cause, plutôt que fils de prolétaire, délaissant ainsi la question de domination sociale...

Il revient notamment sur la sélection quasi systématique qui s’opérait dans les années 1968-1970 en France. Dès la scolarité, où un fils d’ouvrier était souvent dirigé vers des filières techniques passé le certificat d’études, alors, qu’un fils de « bourgeois » poursuivait ses études naturellement au lycée, voire pouvait effectuer des études supérieures, ou une prépa dans des Grandes Ecoles. Il en résultait que les ouvriers étaient condamnés à rester dans leur milieu social sans réelle possibilité d’évolution. Ce fût le cas de ses frères - avec lesquels il n’avait aucun point commun et avec qui il a rompu tout contact - qui entrèrent en apprentissage avant d’occuper un métier plus en rapport avec leur milieu d’origine.

Il se penche également sur le parcours politique de sa famille grands-parents et parents votant communiste dans les premiers temps par affiliation naturelle, fidélité, à un parti censé défendre les droits des ouvriers, puis en 1980, lorsque celui-ci participera au gouvernement et sa stratégie à nier ou diminuer la thématique de la lutte des classes, ceux-ci se tourneront vers le Front National, qui lui, met en façade la déception des classes populaires et leurs revendications.

Il y a une forte contradiction chez l’auteur, la haine de sa famille liée à tout ce que comporte ce milieu ouvrier - à mon sens, véritable caricature du monde à la Zola – et sa volonté de lutter contre la domination sociale, de loin, c'est-à-dire sans être assimilé ou reconnu comme venant dudit milieu. Il se rend compte qu’il reproduit les jugements et les catégories de pensées des classes dominantes.

Le livre de Didier Eribon, peut être lu, comme je l’ai indiqué précédemment, sous différentes facettes, comme une auto-socio-analyse. Ecrit dans un langage très accessible, car il ne manquerait plus que ce livre se montre excluant dans son écriture ce qui serait un véritable contre-sens eu égard aux thèses défendues !

Je n’avais, honte à moi rien lu de Didier Eribon, mais ce premier essai m’a énormément intéressé. Je vais donc poursuivre la lecture de ses écrits ! 

Posté par chezVolodia à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mars 2017

Son frère - Philippe Besson

9782264049469

Quatrième de couverture :

Ils sont deux frères, jeunes encore, réunis une dernière fois face à la mer, face à la mort. Thomas est malade. Lucas l'accompagne pour une ultime escapade à l'Ile de Ré, sur les terres de leur enfance.Un banc au soleil. Entre retrouvailles et chant du départ, chaque minute, désormais, mérite d'être vécue jusqu'au bout.

Editions : 10/18 - ISBN 8 782264 649489 - Poche : 152 pages - Prix : 6,60 euros.

Mon avis : Volodia

C'est l'histoire d'amour entre deux frères, presque semblables, dont le plus jeune Thomas 28 ans va mourir d'une maladie  terrible et incurable dont la cause restera inconnue, et de l'autre Lucas l'ainé qui accepte de l'accompagner jusqu'à la fin. Témoin muet mais lucide de la dégradation du corps puis de l'agonie de son frère, essayant au travers de l'écriture de faire face au chaos  de la future disparition de celui-ci.

Le récit se déroule de mars à septembre, entre l'Ile de Ré et de multiples hospitalisations, sans ordre chronologique, simplement au gré des souvenirs de celui qui reste, comme un mémoire.

A l'annonce de sa maladie dont on se doute qu'elle nécessitera des soins longs sans certitude de guérison, Claire, l'amie de Thomas "s'en va" n'ayant pas la force de supporter cette épreuve. Les parents sont effondrés et pour éviter qu'ils ne s'écroulent tout à fait, les deux frères décident de les épargner le plus possible en passant sous silence les diverses étapes de la maladie et des traitements.

Thomas souhaite se rendre  sur l'Ile de Ré, là où la famille possède une maison de vacances qu'ils occupaient tous les été durant leur enfance et où les réminiscences du passé sont plus présentes, plus vives. Il n'a aucune illusion et sait qu'il n'y a qu'une issue à sa maladie. Aussi met-il en scène sa mort. Déclarant vouloir un bel enterrement, pas une incinération, mais un enterrement avec des couronnes de fleurs, de la grande musique, que sur sa tombe soit indiquées sa date de naissance et celle de sa mort pour permettre à sa famille de se recueillir, de ne pas l'oublier, mais également afin de faire partie de ce siècle, d'une époque déterminée.

Lucas par amour pour son frère, et bien que ne voulant rien savoir des interrogations, et des confidences des uns et des autres, se met en retrait, mais les accepte toutefois, sachant que qu'ils ne sont pas suffisamment fort pour garder leurs inquiétudes et leurs angoisses pour eux. Les mots sont précis, secs. Ils décrivent la déliquescence du corps, ses souffrances.

Je ne me lasse pas de m'émerveiller de la justesse des mots et de la délicatesse de Philippe Besson quand il s'agit de décrire, des émotions, la fraternité presque gémellaire, faite de rivalité mais également d'une intimité unique qui sera perdue à jamais. Sa description du milieu hospitalier, avec un médecin pétri de son importance, condescendant et sybillin dans ses propos, des infirmirmières dévouées mais débordées affichant une carapace entre elle et la douleur du patient, ainsi que de l'entourage dépassé par les évènements, dont les visites s'espacent peu à peu. La colère du malade devant la dépossession de soi, l'insuccès des traitements, jusqu'à sa résignation mue par la lassitude, qui refuse l'acharnement thérapeutiqe dont il fait l'objet et accepte de mourir. Tout sonne juste, l'auteur ose faire parler ses sentiments  et si par certains côtés son récit peut paraître impudique, il est aussi d'une grande retenue. La maladie tient les deux frères prisonniers dans une relation moribonde et le dernier geste de Thomas libèrera son frère.

Je n'ai par contre par vraiment vu l'utilité de l'évocation par un vieil homme énigmatique , venant régulièrement leur raconter une histoire ancienne et mystérieuse, concernant Thomas dont on apprend le dénouement à la fin du roman. Hum en effet, celui-ci se suffisait à lui seul et ce dernier élément peut sembler en surplus. 

Ce livre m'a fait penser à un autre également très beau : l'Accompagnement de René de Ceccatti :

http://chezvolodia.canalblog.com/archives/2013/10/09/28178150.html

Posté par chezVolodia à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 mars 2017

Celui qui est digne d'être aimé - Abdellah Taïa

celui-qui-est-digne-d-etre-aime-861426-264-432

Quatrième de couverture :

Ahmed, 40ans est marocain. Il vit à Paris.

Il écrit à sa mère, morte cinq ans auparavant, pour régler ses comptes avec elle et lui raconter enfin sa vie d'homosexuel.

- Il envoie une lettre de rupture à Emmanuel, l'homme qu'il a aimé passionnément et qui a changé son existence, pour le meilleur et pour le pire, en le ramenant en France.

Par ailleurs, Ahmed reçoit des lettres de Vincent et de Lahbib.

Un roman épistolaire pour remonter le temps jusqu'aux origines du mal. Un livre sur le colonialisme français qui perdure dans la vie amoureuse d'un jeune marocain homosexuel.

Editions : Seuil - ISBN : 978 2 02 134307 6 - broché : 136 pages - Prix : 15 €

 

Mon ressenti : Indiangay

 

Abdellah Taïa n’en finit pas de ressasser son passé d’enfant pauvre dans un quartier populaire de Salé. De son homosexualité en marge dans un pays ou la religion est au cœur de la Société et la dirige, ou le seul espoir de d’améliorer sa vie est de s’exiler, en Europe !  

Dans ce livre nous découvrons la vie d’Ahmed au travers de quatre lettres s’échelonnant dans le temps : 

Une écrite à sa mère avec qui il règle les comptes douloureux du passé, Une seconde de Vincent, un homme qu’il a dragué au point de le rendre fou amoureux de lui et, qui l’a attendu en vain durant toute une journée dans un café de Belleville, une troisième, mais celle-ci  de rupture,  à Emmanuel l’homme qu’il a aimé ? et qui a changé son existence en le ramenant en France, une dernière que lui adresse son ami d’enfance, son presque frère Lahib, juste avant de se suicider.  

J’ai beaucoup aimé ce livre, mais je n’y ai pas forcément vu les mêmes choses que l’auteur quand il reproche à sa mère, sa dureté, sa mise à l’écart du père et sa prise de pouvoir à sa mort.  

Mais, n’est-ce pas une revanche sur une vie imposée par la société ou la religion est très présente, ou les lois sont faites par les hommes, pour les hommes ? Son seul pouvoir pour exister se situait dans la chambre à coucher conjugale, elle l’a utilisé dès que cela lui a été possible ! Quant à sa dureté, sans doute provenait-elle d’une vie qu’elle n’avait pas choisie : Un époux porté sur le sexe (c’est Ahmed qui le dit) qui lui fait neuf enfants, l’a fait vivre dans la pauvreté, dans un minuscule appartement d’un quartier populaire de Salé quel espoir avait-elle ? Comment ne pas être aigrie de tant d’injustices ? 

Quant à lui, Ahmed, avant dernier fils non désiré d’une fratrie donc seul l’ainé est choyé, homosexuel de surcroit, conscient avec toute sa sensibilité propre qu’il lui faut s’en sortir pour ne pas « mourir » et qui pour cela, est prêt à tout ! Son innocence il y a longtemps qu’il l’a perdu et lorsqu’un qu’un européen lui demande son chemin sous un prétexte fallacieux, il comprend. Il comprend et saisi sa chance pour sortir de cette pauvreté tant matérielle qu'intellectuelle. Nulle tromperie d’un côté ou de l’autre. L’Européen voulait un jeune homme pour satisfaire ses appétits, le jeune homme voulait l’Européen pour exister, fuir cette misère sociale. Chacun, un temps, y a trouvé son compte.  

Ahmed plus jeune a suivi les conseils d’un homme, plus mûr, pour évoluer dans la Société. Il s’est construit à son contact au point d’avoir à se renier. L’homme a fait ce qui fallait pour lui tant que leur histoire a durée, tant qu’Ahmed avait la jeunesse puis, l’un et l’autre se sont éloignés. Ahmed parce qu’il avait perdu son identité, l’homme parce qu’il avait déjà remplacé Ahmed en pensée par un autre marocain plus jeune.  

Quant à la rencontre de Ahmed avec Vincent, et ce qui en a suivi, je l’ai pris pour une revanche, la vengeance d’un humilié, envers un innocent qui avait pour seul tort d’être européen.  Symbole d’un pays colonisateur avec sa force économique et intellectuelle envers un pays qui a été colonisé et qui peine à panser ses plaies, et revanche de celui-ci qui a la jeunesse et la sensualité qui manque à l’autre. 

La relation d’Ahmed avec Lahib et sans doute la plus sincère, il est son ami, son frère, à qui il dit tout, avec qui il peut tout partager sans honte, celui qui lui raconte sa vie avec Gérard. Le pourquoi il ne pouvait revenir en arrière, le poids trop fort des traditions, cette pauvreté (et non misère) qui colle à la peau et le fait surtout d’avoir été pris et jeté comme on le ferait d’un objet trop usé et abusé. 

En substance comment se construire sans se déconstruire question ouverte ! L’homosexualité ne suffit pas pour faire de nous des égaux et ce quel que soit le pays d’où nous venons… 

 

Posté par Indiangay à 19:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 février 2017

Arrête avec tes mensonges - Philippe Besson

 

9782260029885

Quatrième de couverture :

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répêter : "Arrête avec tes mensonges." J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier ; je suis devenu romancier.

Aujourd'hui, voil) que j'obéis enfin à ma mre : je dis la vérité, pour la première fois. Dans ce livre.

Autant prévenir demblée : pas de règlement de compte, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper. 

Editions :  Julliard - ISBN : 9 782260 029885 - Broché : 194 pages - Prix : 18 €

 

Mon avis : Indiangay 

Dans ce livre Philippe Besson revient sur ses jeunes années, celles des premières émotions, de la découverte de sa différence, de ses premiers émois et de sa première relation amoureuse. L’art de la dissimulation, et l’apprentissage du mensonge, l’acceptation, voire  la résignation. 

Philippe Besson se revoit  en 1984 dans le corps d’un banal jeune homme de 17ans, à la tête bien pleine : Mathieu, lycéen de terminal dans un lycée de province. Souvent moqués par ses condisciples pour une homosexualité supposée en raison de ses gestes et attitudes efféminées, il assume tout en faisant mine d’ignorer pour ne pas confirmer leur doute. 

Dans la cour du lycée il remarque Thomas élève de terminal d’une autre section. C’est le coup de foudre, qu’il croit sans espoir, celui-ci n’ayant pas les mêmes attirances pense-t-il, et bourreau des cœurs de surcroît.

Bien que pour beaucoup les années 1980 soient synonymes de libération sexuelle (à Paris) ; reste qu’en province il n’en est pas tout à fait de même surtout parmi les adolescents. Thomas refuse son homosexualité. Il n’accepte pas ce qu’il ressent, ses émotions. Pour lui, l’apparence est tout.  C’est sous le couvert du secret, qu’il fera le premier pas vers Mathieu, qu'il l’initiera au plaisir de la chair, mais qu’il ne s’autorisera pas à regarder en public, ni à lui faire aucun signe amical, exigeant de celui-ci le silence absolu, sous peine d'une rupture de leur relation. 

Les rapports entre les jeunes gens sont inégaux, l’un ayant déjà connu d’autres hommes mais refusant d’accepter et/ou que ne soit dévoiler cette facette de sa personnalité. Pour le second, s’agissant d’un premier amour, il est prêt à tout accepter pour que celui-ci perdure dans le temps, y compris l’humiliation d’être invisible aux yeux de l’autre à l’intérieur d’un groupe afin de continuer à être aimé, ainsi que son bon vouloir pour une éventuelle nouvelle rencontre. Thomas est lucide, il sait que Mathieu fils d’instituteur poursuivra ses études « ailleurs », alors que lui fils d’agriculteur, restera à la ferme, se conformera aux convenances car c’est son devoir. Les années passant, les jeunes se perdent de vue l’un monte à Paris et devient écrivain, l’autre reste reprenant les terres familiales et assurant sa descendance. 

Les liens distendus mais restés très fort se renoueront à distance par l’intermédiaire du fils de Thomas rencontré par hasard dans un hôtel, lors d’une interview donné par l’écrivain la sortie de son dernier livre, et c’est par lui que nous saurons ce qu’il est advenu de son père, et comment il a mis fin à cette dualité qui était sienne. 

Il fallait toute la sensibilité et la délicatesse de Philippe Besson pour oser avec ce souvenir se mettre à  nu.

 

Posté par Indiangay à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 décembre 2016

Un garçon d'Italie - Philippe Besson

Un garçon d'italie

Quatrième de couverture  :

"L'été finit à Florence, ville des princes et des énigmes. Mon histoire, elle, commence.

Je m'appelle Luca et j'ai disparu. Deux êtres sont à ma recherche : Anna, ma compagne, tout en courage et en douleur, et Leo, jeune homme mystérieux qu'on voit souvent rôder aux abords de la gare.

Que je vous dise : Je suis mort. Pourtant c'est bien moi qui parle."

Editions :  10-18 - ISBN : 978 2 264 051042 - Poche 221 pages - Prix : 7,10 euros

 Mon avis : Volodia

Ce livre est écrit à trois voix, celle du mort : Luca, celle de sa compagne Anna et celle de Leo. 

Le corps de Luca est retrouvé dans l'Arno, la police enquête. Suicide, meurtre, accident ? pour ce faire elle interroge ses proches : ses parents, sa petite amie et au fil de l'enquête en vient à s'intéresser à Léo. Léo prostitué de la gare, qui vend ses charmes aux hommes d'un certain âge, honteux, pressés, mais ne pouvant résister à leurs pulsions.

Dans ce ménage à trois bien compartimentés, Luca aimait Anna et Léo. Anna aimait Luca sans avoir connaissance de l'existence de Leo. Léo aimait Luca et acceptait l'amour qu'il portait à Anna. 

Anna ne cesse de s'interroger sur la mort de son compagnon, ainsi que sur le lien qui les unissait. S'agissait-il réellement d'amour ? ils ne vivaient pas ensemble, il ne lui avait jamais dit je t'aime, il acceptait toutes les marques d'affection mais n'en rendait aucune. Qui était ce mystérieux Léo, comment s'était-il connu ? quel était ses rapports avec lui ? Qui était en réalité Luca ? 

Pour Léo, qui de par son métier à toujours refusé de s'attacher à quelqu'un et n'avait connu que des rencontres fugaces, des amitiés jamais abouties, des liens noués que par intérêt. Qui ne s'était contenté que d'oeillades fuyantes et d'étreintes mécaniques, sans châleur. L'indifférence de Léo, sa décontraction, son aisance on fait la différence. Ils s'étaient trouvés, cétait une évidence !

Luca, celui par qui tout ce désastre arrive. Luca qui a toujours aimé les hommes, sans pour autant renoncer aux femmes, raconte "l'après" sa mort, sa décomposition. Se désole de la découverte de sa double vie, tout en justifiant ses choix. 

Au fil du récit on sent que la mort de Luca est relégué au second plan et sert de catalyseur à une introspection de l'âme de chacun des protagonistes.  

Posté par chezVolodia à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2016

Le Tombeau des Amants - Lang Xyang - Conte chinois des la fin des Ming

51O2KAwQRHL

Quatrième de couverture :

Contrairement à ce que l'on aurait tendance à croire, le thème de l'homosexualité n'est pas rare dans la littérature chinoise, notamment à la fin de la dynastie Ming (1368-1644), mais ce motif particulier reste invariablement traité, à cette époque, au sein d'un genre érotique qui laisse peu de place à l'expression  de sentiments véritables et profonds.

Le Tombeau des Amants, composé quant à lui vers 1635 par un auteur qui ne nous est connu qu'à travers le pseudonyme de Langxian, est le seul à évoquer une belle - quoique tragique - romance, entre deux jeunes étudiants, et ce sans jamais sacrifier à la crudité et à la facilité de scènes lestes 

La traduction de ce conte chinois inédit en français s'est attaché à restituer dans son intégralité la remaquable qualité littéraire de ce texte unique en son genre qui ravira tous les amateurs d'histoires d'amour, quels que soient leurs modes et leurs lieux d'expression.

Editions : Cartouche : ISBN : 9 782915 842920 - Broché : 63 pages - Prix : 12 euros

 

Mon avis : Volodia

Dans ce récit, toutes les étapes de l'intrigue amoureuse traditionnelle sont réunies. 

L'attirance de deux étudiants, due au hasard d'une rencontre, dans ce qui serait de nos jours, l'équivalent d'une classe préparatoire, relative à une entrée sélective dans la bureaucratie impériale, pour une foultitude de candidats.

La naissance d'une passion, non partagée dans un premier temps, puis devenant vite exclusive. Sa montée en puissance avec sa compréhension par le commerce de la chair. Viendra ensuite la découverte de l'idylle par des jaloux moqueurs, qui composent une aussi piquante que cruelle ritournelle accusatrice, cause d'une fuite, ultime solution pour des multi-criminels.

N'ont-ils pas fauté contre toutes les règles de conduite inculquées par une éducation reposant sur la piété filiale ? et enfi, la mort qui ne tardera pas, aussi implacable qu'inexpliquée, laquelle scelle leur union.

Posté par Indiangay à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 juillet 2016

Contes d'amour des samouraï - Saïkakou Ebara

9782915842951

Quatrième de couverture :

Ces contes d'amour rédigés par le grand écrivain Saîkakou Ebara sont la peinture des moeurs de ces chevaliers féodaux, prompts à s'aimer entre eux afin de ne pas tomber dans les rets d'amours féminines jalonnées d'artifices. Car la relation avec une femme passait, dans le milieu des guerriers, pour rendre un homme faible, lâche et.... efféminé.

pourtant, la voie de l'amour mâle n'épargne pas ses adeptes, même lorsqu'ils sont d'insignes combattants. Les affres de passions parfois douloureuses - au point qu'un certain nombre d'entre-elles se soldent par le suicide.

A travers ces treize récits, c'est toute la beauté et la complexité du Japon du XVIIème siècle qui prend corps sous la plume libertine et chevaleresque de Saïkakou.

Editions : Cartouches - ISBN : 9 782915 842951 - Broché 125 pages - Prix : 10,20 euros.

 Mon avis : Volodia

Ce livre est un petit bijou. Il dépeint les moeurs féodales chez les samouraï ou semble-t-il la pédérastie (et non pédophilie je le précise) était chose tout à faire courante et normale vu leur haute opinion des femmes. Celles-ci n'étant considérées que pour leur rôle de reproductrice.

C'est beau, doux, délicat, raffiné, poétique. Sans phrase indécente et/ou obscène.  L'adulte y tenant le rôle d'initiateur, de maître de la connaissance comme aux temps des grecs et des romains, alors que les pages (apprentis et/ou jeunes samouraïs) y faisaient office d'élèves, le favori étant élevé au rang d'amant.

Dans ce livre, il est question d'amour sincère (du samouraï) envers le page (favori) qui l'accepte et lui rend au centuple, de traitrises (par un serviteur ou un autre page jaloux), de bravoure face à l'adversité et surtout d'honneur porté jusqu'au boutisme (donc la mort par hara-kiri). Quelques femmes y font leur apparition, réduites à l'état d'empêcheuses de tourner en rond, souvent haïes quand elles ne sont pas tout simplement ignorées.

Un livre à offrir sans modération à votre aimé...

Posté par chezVolodia à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Martyre précédé de Ken - Yukio Mishima

Martyre

Quatrième de couverture :

Comment qualifier les sentiments ambigus qu'éprouvent l'un pour l'autre Hatakeyama et Watari ? Les deux adolescents hésitent entre haine, désir, fascination et cruauté. Jusqu'où leurs jeux troubles peuvent-ils les conduire.

L'équipe de Kendô a pour capitaine Jirô, l'un des meilleurs sabres (ken) du Japon. Tous lui envient sa force, sa beauté et son talent. Lorsque le club part faire un stage d'une dizaine de jours, les ambitions et les rivalités entre les membres de l'équipe s'exacerbent...

 

Editions : Folio - ISBN : 9 782070 314553 - Poche 123 pages - Prix : 2 euros.

 

Mon avis : Volodia

Les récits de Mishima sont toujours très particuliers, ils évoluent entre étude psychologique, culture et valeurs traditionnelles japonaises avec au premier plan : honneur, pureté, courage, sacrifice, mais également avec des sentiments propres à l'auteur : tels qu'homosexualité refoulée, désir, une certaine forme de sadisme. Ce livre n'y fait pas exception. 

Ken se déroule dans un club de Kendo. Le jeune Mibu admire le capitaine de l'équipe Jirô pour sa maîtrise du sabre, son tempérament et sa force qui en font un adversaire hors du commun. 

Les autres membres de l'équipe profite d'un stage effectué au bord de la mer, pour remettre en cause l'autorité  de leur capitaine qu'ils jalousent. Tiraillé entre son admiration pour Jirô qui représente la perfection qu'il ne pourra jamais atteindre, et sa volonté de ne pas vouloir s'exclure de l'équipe, Mibu hésite,  

L'intérêt de ce récit résulte en la description précise de l'univers typiquement japonais des clubs de kendo, de leur discipline, de leur valeur et de la manière dont les élèves se doivent de les respecter. En plus d'une étude psychologique montrant comment par son talent Jirô cristallise peu à peu la jalousie et la rancoeur des autres kendokas.

Jirô qui porte au plus haut les valeurs de la cuture traditionnelle fussent-elles surannées

ne peut supporter que celles-ci soient bafouées et remise en cause. Aussi, préfère-t-il mettre fin à ses jours dans une ultime et vaine protestation.

 

Martyre  est le récit de deux jeunes gens : Watari et Hatakeyama, vivant dans un pensionnant et entretenant des rapports ambigus, entremêlés de haine, et de désir qui vont pousser Hatakeyama à tenter de tuer Watari.

Dans cette nouvelle Mishima dépeint des sentiments troubles qui évoluent entre désir et lutte pour dominer l'autre, sans possibilité pour le lecteur de n'être jamais fixé sur la vérité des relations qui unient ces deux enfants.

Ces deux récits portent sans équivoque l'empreinte de Mishima, mais ce ne sont pas ceux que je préfère car ils m'ont un peu laissé sur ma faim...! 

Posté par chezVolodia à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 juin 2016

Les dandys de Manningham - (Le siècle des grandes aventures 2) - Jan Guillou

9782330027483

Quatrième de couverture :

A l'issue de ses études en génie civil à Drestde, Sverre, le frère d'Oscar et de Lauritz - dont on suivait les aventures dans les ingénieurs du bout du monde -, s'enfuit à Londres avec son jeune amant, Albert.

Ce dernier vient d'hériter du titre de Comte de Manningham et doit désormais veiller au bon fonctionnement de son grand domaine dans le Wiltshire. Au lendemain des oursuites à l'encontre d'Oscar Wilde, l'heure n'est pas à l'acceptation de l'homosexualité et les deux amoureux sont contraints de trompter les apparences au sein de l'aristocratie anglaise.

Heureusement pour échapper aux règles strictes de la bienséance, il y a les artistes libertins du Bloomsbury Group et la joyeuse effervescence intellecturelle et artistique qui les accompagne. Et si les nuages menaçant de la Grande Guerre obscurcissent déjà l'horizon, personne ne semble encore s'en soucier...

Le deuxième volet de la passionnante saga de Jan guillou sur l'histoire du XXème siècle, revisitée à travers le destin de personnages tous plus attachants et inoubliables les un que les autres.

 

Editions : Babel - ISBN : 9 782330 053260 - Poche : 411 pages - Prix ; 9,70 euros

 

Mon ressenti : Indiangay

Bien qu'il existe un tome 1 et qu'il existera vraisemblablement un tome 3, ce volume peut être lu avec toute la compréhension souhaitable, puisqu'il fait état d'une partie, d'une étape, dans la vie de Sverre, un des trois frères vikings norvégiens.

Dans ce volume : Après avoir été diplômé Ingénieur des chemins de fer, frais émoulus de Dresde (Allemagne), Sverre au lieu de rembourser comme, il s'y était engagé avec ses deux frères, la société de bienfaisance "La Bonne Intention" de Bergen (Norvège) qui leur avait à tous trois payée les études, décide de s'enfuir en Angleterre avec son ami Lord Albert Manningham, surnommé Albie, diplômé lui aussi de la même université.

Les deux hommes ont de grands projets pour améliorer le confort des passager des chemins de fer tant niveau moteur, poussière, suspension des locomotives et des wagons. Toutefois, après quelques mois, il s'avère qu'ils sont l'un et l'autre plus passionnés d'art que de techniques. De part ses obligations de Lord implicant la gestion d'un domaine, Albie continue à s'investir dans son métier alors que Sverre se tourne de plus en plus vers la peinture. 

Au fur et à mesure du déroulement de leur vie, nous suivons non seulement les progrès techniques  du début du 20ème siècle, mais également le carcan qui régit les règles de cette fin du 19ème siècle, avec ces apparences qu'il convient de sauver à tout prix alors que personne n'est dupe. Ces dames, qui bien qu'éduquées selon l'étiquette, jouent les "cache-tapettes'" ou trouvent des moyens d'émancipation avec l'approbation de leur "mari de complaisance".

J'ai particulièrement aimé la façon dont s'incèrent dans le roman les évènements historiques, les raisons qui ont poussé des hommes d'un bout du monde à l'autre, à s'affronter sous prétexte d'apporter la civilisation en Afrique, en prétextant que c'était bien pour eux, que c'est ce que les africains voulaient, puis les répressions disproportionnées pour leur soulèvement et qui n'ont profité qu'aux propriétaires d'exploitations de caoutchouc, de minerai et autres...

La description des critiques sur les premières expositions des peintres impressionnistes français au travers des journaux britanniques de l'époque est effroyable, aussi bien par la virulence de leur propos, que par la violence antifrançaise qui s'y dégage, et le nationalisme triomphant d'un peuple replié sur lui-même, presque maître du monde par ses colonies, mais tellement imbu de sa supériorité et de son bon droit. 

Le scandale des premières suffragettes. Le profilage au loin de cette guerre avec l'Allemagne, dont les anglais estimait qu'elle ne pouvait avoir lieu, tellement ces deux nations étaient amies, se complètaient, et dont personne ne voulait sauf la France pour récupérer des territoires perdues par la guerre de 1870. Les sentiments nationalistes exacerbés lorsque celle-ci éclate, la chasse aux hommes en âge d'être sous les drapeaux, et qui pour une raison ou une autre ne le sont pas, avec en toile de fond la lâcheté pour les homosexuels, la traitrise pour les pacifistes, avec passage à tabac sous les yeux d'une foule déchainée et de policiers complices, avec pour parfaire cette mise en scène la remise d'une plume blanche symbole par excellence de couardise...

Ce livre à tout pour plaire, une histoire de progrès technologique, une histoire d'amour, des évènements historiques et une fin intéressante. Je me permets de le recommander à la lecture.

 

200px-Jan_Guillou

A propos de l'Auteur :

Né en 1944 d'un père français et d'une mère norvégienne, Jan Oscar Sverre Guillou est l'un des plus célèbres écrivains et journaliste suédois. Ses oeuvres se sont vendues à plus de dix millions d'exemplaires en Suède et son traduits en une vingtaine de langues.

 

Posté par Indiangay à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,