21 février 2010

Le protocole compassionnel - Hervé Guibert

753191_2879525"C'est tout bonnement la suite de A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie : exactement ce que j'avais dit que je ne ferais jamais".

Un an et demi a séparé ces deux livres. Le temps de la renonciation à l'écriture, celui de l'expérience. On retrouve les mêmes personnages : Hervé Guibert, écrivain malade du sida, ses proches, la communauté des malades et de leurs soignants. Claudette Dumouchel, un jeune médecin de vingt huit ans, entre en Scène. Une étrange relation va s'inventer à chaque examen entre cette femme très belle et le narrateur. Une relation peut être proche de l'amour, on ne sait Jamais.

Un nouveau médicament, aussi, est apparu, très difficile à obtenir et incertain, encore au stade de l'expérimentation, le DDI. Aux Etats-Unis, il a déjà tué tois cents personnes qui se l'étaient procuré au marché noir et l'avaient utilisé sans connaître les doses, sans surveillance médicale, aveuglément, désespérément. En France, pour l'instant, on le délivre aux malades qui sont à la dernière extrémité, dans un protocole qualifié de "compassionnel" par les médecins.

"C'est ce nouveau médicament qui m'a permis de surmonter mon épuisement, et d'écrire". Si A un ami qui ne m'a pas sauvé la vie raconte l'étonnement et la douleur, la rage et la tristesse d'une homme de trente-cinq ans dans lequel s'est greffé le corps d'une vieillard. Mais le bonheur d'une rémission fait une incursion dans le malheur.

Posté par chezVolodia à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Le Mausolée des amants (journal de 1976 à 1991) - Hervé Guibert

9782070427574Le personnage principal a 22 et 35 ans. Il est journaliste, il aspire à l'écriture, il n'en finit pas de mettre en forme un roman raté avec un personnage à la troisième personne. Le roman s'appelle "Le récit de la mesquinerie" il ne voit pas le jour. Et il glisse : il devient un récit d'amour.

On repère, dans la trame de ce livre, plusieurs livres en un, et aussi plusieurs refus de livres : un livre qui s'appelerait Roman posthume, un autre qui s'appellerait  Mes parents, encore un autre qui s'appellerait Autobus et métro, une suite des Aventures Singulières, un "Journal de travail, mais c'est le Récit d'amour qui l'emporte : bâti comme un amusolée pour les corps des amants.

Apparaît alors, pardessus-tout, le refus de ficeler un roman pour en livrer la matière brute, la vie continuité de la vie, des rêves, des rencontres, des aventures.

Posté par chezVolodia à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 février 2010

Le poulet tueur et la folle honteuse - Tennessee Williams

9782221109663

Les nouvelles de Tennessee William sont ses vraies mémoires. Tout ce qui lui est arrivé dans sa vie, réelle ou fantasmée, lui a servi pour les écrire. C'est particulièrement vrai pour celles que l'on a réunies ici et qui datent des années 1970. On s'en convaincra aisément en lisant "Le poulet et la folle honteuse", histoire d'une initiation gays d'un comique assez irrésistible. Ou encore, au rayon des fantasmes affectueusement misogynes "Miss Coynte de Greene" et Das Wasser ist kalt", délicieuses histoires de femmes attirées par le sexe mâle.

Pour Tennessee William, le désir est au coeur de nos existences. Bien plus important et fondamental qu'on ne se plaît à le reconnaitre. Malgré l'alcool, la maladie, les médicaments et le reste, l'auteur d'Un tramway nommé désir nous a libré dans ses dernières nouvelles un feu d'artifice tout à tout drôle, émouvant et qui - au-delà des excès de ses personnages - touche juste.

Posté par chezVolodia à 21:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2010

Un amour sans résistance - Gilles Rozier

51D7GJP0T3L__SL500_AA240_Quelque part en France, pendant la seconde guerre mondiale, un professeur d’allemand, amoureux de la langue de Heinrich Heine, cache dans sa cave les livres interdits par le régie nazi. Il n’est pas résistant, et accepte de traduire certains documents pour la Gestapo parce que sa sœur est maîtresse d’un SS.

 A la faveur d’une visite hebdomadaire à l’officine nazie, il aperçoit dans un couloir, au milieu d’un groupe de prisonniers, un jeune juif polonais dont il tombe immédiatement amoureux à cause de ses yeux couleur turquoise. Comme par enchantement, il le soustrait  aux griffes de ses futurs tortionnaires et le cache dans les ténèbres de sa bibliothèque clandestine. Chaque jour, il descend à la cave pour s’entretenir avec Hermann, son protégé, dont le corps l’obsède. Il découvre ainsi que l’amour physique, la langue allemande et la langue yiddish ont  chacun leur charme. Le professeur d’allemand, qui par ailleurs est marié, extorque, on l’a compris, le don de son corps au jeune juif en échange de la vie sauve.

 

Posté par chezVolodia à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 décembre 2009

L'homosexualité de Platon à Foucault

de Daniel Borillo et Dominique Colas

Anthologie critique :

2259197655"Vice", "péché", "crime", "maladie", "fléau social", : l'homosexualité - le mot est né au XIXè siècle - a toujours été stigmatisée et souvent persécutée. Cependant des thèses se sont affrontées, avec une intensité qui révèle l'importance des enjeux de la sexualité, de la normalité et de l'altérité : Platon parle sans la critiquer de la relation entre Alcibiade et Socrate, mais Aristote la juge "contre nature" .

Reprise par Saint Thomas et toujours défendue par l'Eglise de Benoît XVI, cette opinion se retrouve chez Kant, au siècle des Lumières. Une époque où; dénoncée par Voltaire , l'homosexualité, acceptée par les libertins comme Mirabeau, est valorisée par Sade.

Rompant avec les discours médicaux du XIXè siècle qui rangent "l'inversion" parmi les "dégénérescences", Freud , tout en classant l'homosexualité dans les "perversions", développe l'idée d'une bisexualité humaine. Une théorie adoptée par Lacan au XXè siècle, alors que Simone de Beauvoir ou Foucault contribuent à un profond changement des représentations et légitiment la revendication de leurs droits par les homosexuels.

Accompagnés d'une introduction et de notices, les textes de cet ouvrage sont signés e plus de cinquante auteurs. Ils relèvent de la philosophie (Christine de Pisan, Montigne, Rousseau, Sartre), du droit (Bentham), de la théologie (Saint Augustin), des sciences sociales (Malinowski, Krafft-Ebing, Dolto).

Cette anthologie sans équivalent est un apport à la réflexion sur les libertés individuelles.

Daniel Borillo, juriste, maître de conférences à l'université de Paris X-Nanterre,  rattché au Cersa-CNRS. Il a publié l'homophobie (PUFn 2001) et codirigé plusieurs ouvrages.

Dominique Colas est professeur de sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Paris, rattaché au Ceri (FNSP-CNRS). Il a publié plus de dix livres, dont Races et Racismes de Platon à Derrida (Plon, 2004).

 

Mon avis : par Volodia

J'ai été agréablement surpris en lisant ce livre qu'au départ, je lisais plus par obligation que par réel plaisir, et que je considérais comme un "pavé" monstrueux et passablement ennuyeux évoquant pour la énième fois les pseudos causes et les éternelles justifications de l'homosexualité et de ses plaisirs, "tare", entre toute de la société, quelque soit les époques.

 

 

Posté par chezVolodia à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 décembre 2009

Oscar Wilde - Frédéric Ferney

Oscar_wilde"Nul ne fut, en son temps, plus admiré et plus dénigré que lui. Oscar Wilde appartient à la race malheureuse des sceptiques des fainéants, des esthètes. Mais ce n'est ni un cynique ni un fripon. Oscar le pitre ou Wilde le martyr ?

Toujours tenté par la dernière extrémité, imbu et un peu las de soi sans être dégoûté du monde, le trublion de l'Angleterre victorienne a été grisé par sa suprématie, foudroyé par le succès, puis il a connu l'opprobre, le déshonneur, la chute.

De l'épreuve subie et obscurément désirée - le procès -, la prison, l'exil -, qui anéantit le poète, l'homme sortira modifié, "auréolé", plus larde de gront et d'épaules devant ses juges. Mais nul n'a été plus lucide ni plus aveugle, sans jamais se renier."

Tout entier sous le charme de cet écrivain cabotin et agaçant, Frédéric Ferney en offre au lecteur un portrait passionnait. S'il avoue s'être demandé parfois "avec la naïveté du biographe attendri" qu'il n'est pas, s'il aurait pu être l'ami d'Oscar Wilde, il nous prouve avec brio et générosité, d'une plume trempée d'humour, qu'il lui est indéfectiblement attaché.

Romancier, critique dramatique, journaliste et animateur de l'émission littéraire Le Bateau Livre sur France 5, Frédéric Ferney est l'auteur de nombreux ouvrages dont La comédie Littéraire, Eloge de la France Immobile, et Le dernier amour de monsieur M.

 

 

Posté par chezVolodia à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 décembre 2009

Au bord du Gouffre - David Wojnarowicz

David Wojnowicz est né en 1954 dans le New Jersey. Peintre, sculpteur, photographe, vidéaste, peformer et écrivain, iQl s'impose au cours des années 80 comme un artiste incontournable de la scène new-yorkaise. Homosexuel militant, il meurt du sida en 1992.

Hujar_David_Wojnarowicz___LOOKING_AT_MUSIC_SIDE_2__at_the_MOMA_thumb_4_..."La nuit en songe je rampe sur des pelouses fraîchement tondues, je contourne les statues et les chiens et les voitures qui  surveillent votre geôle. Je m'introduis dans vos maisons par les plus infimes fissures des briques qui vous procurent un sentiment de confort et de sécurité. Je traverse vos salons et grimpe vos escaliers et pénètre dans vos chambres à coucher. Je vous réveille pour vous raconter ce qui m'est arrivé lorsque j'avais dix ans, un jour que je rôdais autour de times square à la recherche d'un homme qui se coucherait sur moi pour me prodiguer les câlins et les baisers dont ma mère et mon père me privaient. Je me suis fait accoster par un type qui m'a emmené dans un coin reculé le long des quais et m'a roué de coups tant il avait peur des pulsions ardentes enfouies dans ses entrailles. J'aurais aimé l'étrangler mais mes mains trop petites ne pouvaient faire le tour de son cou. Je vous réveillerai pour vous accueillir dans mon cauchemar.".....

Edition : Le Serpent à Plumes - ISBN : 2 84261 476 3 ou 9 782842 614768 - Broché 317 pages - Prix : 22 euros. 

Mon avis : Volodia

Au premier abord, surprise de taille. Pratiquement aucune ponctuation ne marque les 14 premières pages du livre hormis quelques point déposés ça et là après des phrases d'une incroyable longueur. Cela s'arrange bien heureusement par la suite d'où une plus grande facilité de lecture, de suivi et de compréhension du texte et des pensées de l'auteur.

Le texte de ce livre est éructé avec rage et violence avec le langage qu'aurait, tous les marginaux : vagabond, voleur, putain, tapin, micheton et gigolo. Ce genre de voix qu'on s'attend à entendre dans les faubourgs, les quartiers réservés, ou les dits cas sociaux.

David Wojnarowicz a eu une vie courte mais riche et dévastatrice...

Posté par chezVolodia à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2009

Henri III - Jean Solnon

Henri_IIIDans l'histoire de France, jamais roi n'a été autant calomnié qu'Henri III (1551-1589). Ses adversaires l'ont accusé de tous les maux.  L'histoire n'a retenu que l'homme futile et efféminé, peu préoccupé de régner, aux amitiés masculines ambiguës.

Loin des clichés, ce livre raconte un règne de quinze ans dans une France déchirée par la guerre civile. Henri a gouverné, réformé et légiféré. La défense de l'autorité royale a été son souci constant. Pour elle, il a fait exécuter le duc de Guise à Blois. Pour elle, il s'est allié à Henri de Navarre, le future Henri IV. A cause d'elle, il a été assassiné par un moine fanatique à l'âge de 38 ans.

Posté par chezVolodia à 11:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'élexir d'oubli ou les mémoires d'un bardache - Philippe Guimet

L_elexir_d_oubliDevenu l'un des "roués" de Philippe d'Orléans, Henri de Mondétour découvre la vie de Cour et oeuvre dans l'ombre à protéger le Régent des complots qui le menacent. Le Prince de Cellamare et le marquis de Pontcallec auraient en effet, recruté le célèbre bandit Cartouche pour mener à bien leurs sombres desseins : livrer à l'Espagne la couronne de France. Lui-même vcitime d'un chantage, Henry se lancera à corps perdu dans la bataille et croisera le chemin et parfois le fer, des conspirateurs qui éprouveront sa vaillance et sa lubricité et, le soumettront à la nénéneuse tentation de l'élexir d'oubli.

Avec ce deuxième volume des Mémoires d'un bardache, Philippe Guimet nous invite à partager, toujours de l'intérieur, l'ivresse et les excès de la Régence, scrupuleusement restituée, et à découvrir l'envers insoupçonné d'une Histoire dont on ne connait généralement que les grands traits. L'élexir d'oubli est un rendez-vous licencieux, violent et érudit avec l'homosexualité au Siècle des Lumières : Que la fête commence !

 

Posté par chezVolodia à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2009

La Symphonie des adieux de Edmund White

La_symphonie_des_adieuxLa Symphonie des adieux est l'histoire d'un homme qui a vu la plupart de ses amis quitter avant lui la scène de sa vie. Le jour où il célèbre le sixième mois anniversaire de la mort de son amant, il effectue le voyage du souvenir qui le ramène vers ses difficultés d'autrefois à devenir écrivain et la découverte du sens de son homosexualité;

Sa narration pleine d'esprit, menée sur le ton de la conversation, nous transporte des années soixante jusqu'à nos jours, des scènes érotiques les plus crues dans les back-rooms des clubs new-yorkais jusqu'à des épisodes d'une franche hilarité dans certains salons parisiens ou, encore des moments intenses de vérité familiales dans le Midwest américain.

L'incroyable variété des amis et relations qui rencontrent ou accompagnent le narrateur constitue peu à peu le ciment du récit et lui insuffle une force inouîe, emportée par les sentiments vrais que sont l'amitié, l'amour et la perte de l'être aimé.

Posté par chezVolodia à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,