09 novembre 2015

Hombres - Paul Verlaine

9782845471078C'est à une nouvelle lecture des fameux poèmes éotiques de Verlaine célébrant les amours masculines que nous invite Steve Murphy, professeur de littérature française à l'Université Rennes 2, spécialiste du poète et rédacteur en chef de la Revue Verlaine.

Réfutant l'idée reçue d'un recueil posthume amorphe, il se livre à une véritable enquête sur la genèse de ce petit volume sulfureux et met en lumière les stratégies de provocation du poète. Il explique également les nombreuses locutions argotiques qui parsèment ces poèmes et souligne l'humour corrosif, le mélange décapant d'érotique et d'obscène qui donnent à ces textes, présentés ici le plus fidèlement possible aux originaux, toute leur "scandaleuse efficacité".

Editions : Vilo - ISBN : 9 782845 471078 - Poche 127 pages - Prix : 4,90 € 

Mon avis : Volodia

Surprenant, obscène à la limite du supportable, les poêmes contenus dans ce livre sont beaux, la beauté du corps masculin y est sublimée, quant à son amour, il est cru, sans métaphore. A ne pas mettre entre toutes les mains, et surtout pas celles de mineurs. Toutefois, la pondibonderie n'est guère de mise au lecteur parcourant ces pages. Si vous vous sentez l'âme d'un poête, que vous désirez chanter les charmes de l'être aimé, bonne lecture, ce livre vous est destiné.

Je ne peux résister au plaisir de vous faire lire un avant goût de ce que vous pourrez y trouvez : 

Le Sonnet du Trou du Cul  - par Arthur Rimbaud et Paul Verlaine

(En forme de parodie d'un volume d'Albert Mérat intitulée l'Idole où sont détaillées toutes les beautés d'une dame)

Obscur et foncé comme un oeillet violet

Il respire, humblement tapi parmi la mousse,

Humide encor d'amour qui suit la pente douce

Des fesses blanches jusqu'au bord  de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait

Ont pleuré, sous  l'autan cruel qui les repousse,

A travers de petits caillots de marne rousse,

Pour s'en aller où la pente les appelait.

Ma bouche s'accoupla souvent à sa ventouse,

Mon  âme, du coït matériel jalouse,

En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée et la flûte cäline,

C'est le tube où descend la céleste praline,

Chanaan féminin dans les moiteurs éclos ! 

 

Posté par chezVolodia à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 septembre 2013

Le Con d'Irène - Aragon

Le Con d'irèneQuatrième de couverture :

Qui pouvait lire vraiment "Le Con d'Irène" jusqu'à une époque récente ? Qui aurait osé penser que Sade serait un jour imprimé sur papier bible ? Il n'y a plus de livre sous le manteau, plus d'Enfer.

Aragon, dans les années 20 du vingtième siècle, brûle ses vaisseaux. Pas de retour possile en b ourgeoisie, pas de compréhension de la part de ses amis surréalistes. Il va rentrer dans l'ordre "prolétarien", c'est-à-dire là où on ne se doute de rien.

Le camarade Aragon serait l'auteur du "Con d'Irène" ? Vous voulez rire, c'est une provocation. Et pourtant, la planète de la censure tourne, la défense de l'infini nous montre que rien n'était fatal dans la régression "poétique" ou "réaliste" qui a suivi.

Cela gêne beaucoup de monde ? Trop.

Pour l'instant restons avec Irène : "Il flotte autour d'elle un grand parfum de brunen de brune heureuse, où l'idée d'autruit se dissout".

Editions : Mercure de France - ISBN : 978 2 7152 2139 0 - Poche : 93 pages - 93 - Prix : 4euros

 

Mon avis : Volodia

En préparation.

Posté par chezVolodia à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,