11 juin 2011

Le Mouvement Transgenre - changer de sexe - Pat Califia

arton3417_0d74cQuatrième de Couverture, mot de l'auteur :

"Briser les préjugés est le travail de toute une vie. Récemment, j'ai eu une expérience très instructive. J'ai découvert qu'une de ces femmes que je côtoyais depuis longtemps était transgenre. Cette découverte me fit de la peine car j'aime croire que mon système "radar" repère aussi bien les trans que les gays.

Elle n'avait pas l'intention de me mentir : Elle pensait que je le savais déjà. Etant donné que cela ne ferait pas beaucoup de différence. Mais je me suis surprise à la regarder différemment. Tout à coup, ses mains paraissaient trop grandes, son nez était bizarre et que dire de sa pomme d'Adam ? N'avait-elle pas une voix un peu grave pour une femme ? N'était-elle pas terriblement autoritaire, exactement comme un homme ? Et, mon Dieux, que ses avant-bras étaient poilus !

Quand je me suis surprise à penser cela, j'ai ri, même s'il y avait un peu de tristesse dans mon rire. Il est très difficile d'éradiquer la transphobie.

Le genre n'est pas seulement un problème théorique ou politique. De tous les sujets "personnels donc politiques", celui-ci est le plus personnel de tous. La peur des transsexuels est chez chacun directement liée à la peur de son "moi" du sexe opposé".   Pat Califia

Changer de sexe est une étude transversale de la transsexualité, de la dysphorie de genre et du transgendérisme au XXe siècle. L’ouvrage propose un historique détaillé du transgendérisme ; l’auteur fait aussi état d’entretiens, développe une analyse culturelle et ajoute des anecdotes personnelles, afin de mieux comprendre les problèmes médicaux, sexuels, politiques et sociaux rencontrés par les personnes dysphoriques de genre. Il évoque la vie de quelques transsexuels dont l’histoire personnelle a fait événement, comme Christine Jorgensen, Jan Morris ou Mario Martino.

Après une présentation de la première génération de littérature transsexuelle, le livre relève les changements intervenus avec une deuxième vague d’autobiographies. Sont analysés : les travaux des premiers « experts » du genre tels H. Benjamin, J. Money ou R. Stoller ; la question de la réaction féministe à l’encontre de la dysphorie de genre et de la réassignation sexuelle ; les recherches d’intellectuels gays (Katz, Roscoe...) sur les berdaches d’Amérique du Nord, les hijras d’Inde et les passing women, ces femmes qui s’habillent et vivent comme des hommes ; l’histoire des combats politiques d’activistes transsexuels. Califia a écrit ce livre pour dire son refus de la discrimination et de la haine dirigées contre les personnes différentes de genre.

Editions : Epel, les Grands Classiques de l'Erotodologie Moderne - ISBN : 2 782908 855753 - Prix 24 euros - broché 382 p.

Mon avis : Volodia

Bien que j'ai trouvé intéressantes les théories développées dans ce livre, j'y ai recensé également beaucoup de clichés et non des moindres, entre autres et difficilement reconnus par eux qu'ils sont eux/elles-mêmes également hétérophobes et/ou homophobes.... Et que cette catégorie de personnes se complait dans le rôle de victimes . C'est tellement plus facile pour faire accepter des abbérations et pour certains faire passer des comportements et des perversités, pour d'autres façons de concevoir  une "certaine forme" de sexualité et la façon de la satisfaire...

A propos de l'auteur :

Pat Califia est un transsexuel bi-sexuel diplomé de psychologie de l'Université de San Francisco. Il a écrit des livres décrivant la sexualité butch-femme et les pratiques SM.

 

Posté par chezVolodia à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 mai 2010

La Princesse - Emmanuelle Bayamack-Tam

livre_la_princesse_deHéroïnomane, ex-anorexique, fétichiste, princesse de nuit... à 25 ans, Daniel a déjà une sérieuse propension aux "vices" en tout genre. Et daniel a beau être un homme, il est femme depuis toujours.

Emmanuelle Bayamack-Tam esquisse ici, le portrait d'une jeune homme consient de son inaptitude à vivre comme tout le monde et fatigué de jouer au jeu de la duplicité, surtout face à une mère pour laquelle il voue une adoration sans borne.

D'une somme de clichés, l'auteure donne corps au mtf (male-to-female) le plus authentique qui soit. L'âpreté de sa plume, la brutalité des mots et le réalisme des descriptions font de ce roman un récit quelque peu incisif, mais dans lequel le trivialité ambiante donne naissance à une déconcernante poésie.

Posté par chezVolodia à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2010

Manifeste contrat-sexuel - Beatriz Préciado

manifeste_contraVoici le manifeste de la génération “queer”, une frange des communautés gay et lesbienne militant contre les " effets normatifs de l’identité sexuelle ". Beatriz Preciado, jeune philosophe barcelonaise, porte-parole de ce mouvement, revendique " la dissolution des sexes ". Elle invite à renoncer à la condition naturelle d’" homme " ou de " femme ", aux " liens de filiation assignés par la société hétérocentrée ", et à se reconnaître en tant que " corps ". Hard.

Le manifeste se veut une relecture de la sexualité, à la lumière des travaux de Deleuze, Foucault, mais aussi dans la lignée du féminisme matérialiste (Wittig) et des recherches sur le genre (Butler).
Un essai provocateur de la logique du trou à la pratique du gode qui fera du bruit.

Ce livre a été réédité et est donc à nouveau disponible

Posté par chezVolodia à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Testo Junkie - Beatriz Preciado

Queer pour en finir avec la femme.

9782246732716Ni homme, ni femme, ni lesbienne, ni transsexuelle, Beatriz Preciado se définit comme un "consquitador sans bite". Cette disciple de Jacques Derrida, chercheuse à l'université de Princeton, a écrit l'un des libres les plus décapants de la dernière décennie.

Testo junkie relate son expérience philosophico-loléculaire ; pendant 236 jours et nuits, elle s'est administrée des doses de Testogel, médicament réservé aux hommes qui souffrent d'un déficit de testostérone " Je ne prends pas de la testostérone pour me tansformeren homme, ni pour transsexualiser mon corps, précise-t-elle, mais pour trahir ce que la société a voulu faire de moi, pour écrire, pour baiser, pour ressentir une forme de plaisir postpornographique."

Transgressive et troublante, elle philosophe avec son corps et ses hormones. Au passage, elle dynamite les catégories hommes/femmes ou Hoto/hétéro, construction sociales dont il faudrait faire le deuil. En lieu et place de ces identités assignées par la nature ou l'état civile, elle prône la reconnaissance d'une multiplicité de pratiques, de désirs et de sensibilités.

Sa "politique des multitudes queer" s'inscrit dans le cadre d'une analyse plus globale de la "société pharmaco-pornographique" actuelle, où déferlent simultanément images porno et substances chimiques (viagra, pilules contraceptives, prozac, etc...). Un monde où comencent à émerger de nouveaux corps, hommes sans pénis, femmes à testicules, "gouines-bouchères" et "pédé coiffeuses", cyborgs...

Comme Judith Butler, théoricienne des gender studies, Beatriz Preciado considère donc que le féminisme est dans l'impasse puisqu'il emprisonne les femmes dans une identité sexuée. Comme Virginie Despentes, l'auteure de Baise-moi ! et de  King Kong qui fut son amante, elle dévoile les coulisses d'une hypermodernité porno-punk et psychotropique. Complètement déjantée ou ultralucide, sordide ou exaltante, elle s'impose en tout cas comme une nouvelle maîtresse du genre.

preciado

 

Posté par chezVolodia à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 février 2010

Orlando - Virginia Woolf

9782253029830Orlando, ce sont les mille et une vies dont nous disposons, que nous étouffons et qu'Orlando seul libère, car il lui est donné de vivre trois siècles  en ayant toujours 30 ans.

Jeune lord comblé d'honneurs, il est nommé ambassadeur en Turquie, devient femme et rejoint une tribu de bohémien, puis retourne vivre sous les traits d'une femme de lettres dans l'Angleterre victorienne.

Assoiffé de vie et de poésie, à l'image de Virginia Woolf, Orlando traverse les siècles, accumule les sensations, déploie les multiples facettes qui composent notre être. La nature de l'homme et de la femme, l'amour, la vie en société, la littérature, tous est mis à nu avec un prodigieux humour. Hymne à la joie, au plaisir, ce conte fantastique révèle que la pensée créatrice est bien "de tous les moyens de transport, le plus divagant et le plus fou !"

Posté par Indiangay à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La reine des connes - Laurent Martin

9782353060160En général, Annabelle n'a pas de chance. C'est vrai qu'elle se lance dans les plans les plus pourris pour pouvoir se payer en Thaïlande l'opération qui va la faire passer définitivement de "il en elle".

Une sacrée dose de volontarisme, mélangée à une bonne pincée de naïveté, ne lui suffira pas pour arriver à ses fins. Surtout qu'elle fait affaire avec, d'un côté, toutes les crapules de la Porte de Montreuil et de l'autre, sa propre famille aussi coincée qu'une porte de prison. Alors il ne lui reste plus qu'à se comporter comme le "mec" qu'elle n'est presque plus...

 

Mon avis : Volodia

Dès les premières pages du livre, j'ai été accroché dans tous les sens du terme. interpellé par le style, la gouaille, l'histoire d'Annabelle.  On ne peut que  rire de sa naiveté et de ses aventures tragi-comique qui ne peuvent arriver qu'à elle ou des personnes du même genre...

Posté par chezVolodia à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 décembre 2009

Les Excentriques - Florence Müller

"On devrait tous être un peu invraisemblable" Oscar Wilde

9782842773496Sous la bannière d'un groupe (dandys, zazous, punks) ; dans la liberté d'occasions exceptionnelles (fêtes, courses, parades) ou avec l'audace de leur extravagance personnelle (Peggy Guggenheim, Barbara Cartland, Edith  Sirtwell), les excentriques rejettent toujours un peu plus loin les limites de la norme et du goût.

Parce qu'ils font parfois de leur excentricités une oeuvre d'art (Molinier, Orlan, Kusama ou Dali) ou qu'ils signent par de folles tenues, un nouveau manifeste de l'apparence (Pearl, Anna Piaggi, Leigh Bowery, ils bousculent nos idées reçues et modifient le regard que nous portons sur le monde. Les images qu'ils nous offrent , du XVIIIe siècle à nos jours, tour à tour étonnantes, drôles ou dérangeantes, ne cessent d'interroger les limites de notre imagination et de notre tolérance. Une certitude demeure : la liberté est dans la diversité.

Posté par chezVolodia à 11:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,