22 mars 2015

Minorités - Didier Lestrade

41I+hV2-BbL__SY344_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture :

Le site Minorités, créé en 2008 par Didier Lestrade, Laurent chambon, et Mehmet Koksal avait l'ambition de créer une base d'expression la plus libre possible, pour tout le monde. Ce fût un OVNI dans le paysage éditorial - un petit think tank sur les marges et les intersectionnalités. Des textes puissants, des interviews complètes, des appels au secours énervés, des litanies personnelles, des tergiversations intimes, des manifestes et de l'humour...

L'idée initiale était de rendre compte de l'extrémement petit pour intervenir dans le champ politique plus large. Apparu avec la première année de la crise économique, il était évident que de nombreuses personnes, connues ou pas, auraient à s'exprimer à un moment où les injustices et les haines se développaient à cause d'une disparité de plus en plus révoltante entre les riches de ce monde. et nous, les autres. Dans la préface, Didier Lestrade explique :

"Et en tant que gays dans une époque marquée par le 11 septembre, et les émeutes de 2005 en France, notre rôle était d'ouvrir un média entièrement consacré à ce pont entre les communautés. Dans notre  joli pays, cela se résume souvent à parler des Arabes et des Noirs et de l'Islam. Et pour établir que ces sujets minoritaires n'étaient pas sans lien avec d'autres sujets en retard dans la Société, il fallait s'exprimer librement sur les séropos (ou pas), les transgenres, les autistes, les voguers, les clubbers, les jeunes, les putes, les Basques, les immigrants, les Asiats et les Africains, les vieux gays, le chomdu, la colonisation, l'outing, etc..."

Minorités aura pensé les contours du monde qu'il nous appartient maintenant de réinventer. Mais avant ça, relire ce qu'ils/elles en disaient...

Editions : Des ailes sur un tracteur - ISBN : 978 1 291 78027 76 - Broché : 264 pages - Prix : 18 €

 

Mon avis : Volodia

Le projet était ambitieux, mais avait le mérite d'attirer notre attention non seulement là où ça fait mal, mais encore de faire connaitre et d'aborder des sujets encore tabou relatifs à la communauté  gay.

Ce livre est une prolongation de ce site qui, malheureusement pour nous, a été fermé par décision de son créateur, et reprend certains articles spécifiques à un problème de société particulier. Ces articles ont été réalisés par des personnes  : Journalistes, Universitaires, Transsexuelles, Prostitué (e), Cinéaste, Médecins, de différentes nationalités, toutes impliquées à divers degrés dans un des probèmes soulevés.

Alors bien évidemment on ne peut être d'accord sur tout et encore moins de la manière dont les évènements sont présentés, qui relèvent également de la façon dont ils ont été vus et compris avant d'être retranscrits, mais ils ont tout en commun le mérite de nous faire nous interpeller, nous faire réfléchir, la solution ne pouvant appartenir qu'à nous. Je pense notamment aux articles : Gays et la crise, "Juif-arabe", une identité confisquée. Gays du slam à revendre.

D'autres, m'ont semblé de parti pris avec des idées, des raccourcis et des réflexions toutes faites, telles celles de Didier Lestrade sur : Le porno gay au secours de la propagande israélienne, l'Islamophoblie, et j'en passe et des meilleurs, mais quand Didier Lestrade dit lui-même dans un de ces livres qu'il aimerait un jour baiser avec un noir (ce qui manque semble"t-il à son palmarès) on ne doute pas qu'il est un grand ami de ceux-ci, et des musulmans blancs, n'est-il pas né en Algérie, une certaine nostalgie pour un passé révolu, et ou on pouvait faire ce qu'on voulait des et ou avec des fellahs?

Certain article m'ont un peu saoulé par leur récurrence tel  celui : d'Hélène Hazera sur "Basta" avec vos fantasmes sur les Trans. Hum on connait son histoire et son parcours  par coeur, de même son combat et les revendications des trans. Au point d'en être écoeuré comme d'une chose que l'on a trop consommée.

Reste que ce livre est à lire en témoignagne de ce qui a été accompli, de ce qui est actuellement et resterait à changer pour faire de notre monde sinon une société idéale, une société plus juste. 

 

Posté par chezVolodia à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


11 novembre 2012

Danish girl - David Ebershoff

001975231A Copenhague en 1925 Einar Wegener et Greta Waud, son épouse, forment un couple étonnant. Lui, peintre paysagiste reconnu, petit, délicat est discret jusqu'à l'effacement. Elle, peintre également, est grande, américaine, blonde et issue d'une famille riche.

Tous deux s'harmonisent étrangement jusqu'au jour où Greta, en l'absence de son modèle féminin, demande à son mari d'enfiler une paire de bas. De cette demande et du trouble qu'il en advient va naître Lili, qui petit à petit prendra le dessus sur celui qui l'a engendrée comme par inadvertance. Einar se sent femme. Il ne se déguise pas, il ne joue pas. Il est celle qui peut tomber amoureuse et désire donner la vie.

Il sera le premier hommme, en pleine montée du nazisme, à changer physiquement de sexe. Une histoire vraie, celle du premier transsexel connu, que David Ebershoff retrace ici avec une délicatesse et une force remarquable. 

 

Editions : Libretto - ISBN : 978 2 7529 9767 7 - Poche : 383 pages - Prix : 10,80 euros

 

Mon avis : Volodia

J'ai été agréablement surpris  par la manière délicate et sensible, dont nous est présenté l'histoire de ce couple hors du commun, de leur amour qui fait accepter à Einart sur la demande de son épouse et pour la "dépanner" de revêtir une tenue féminine, et qui suite à cela y prendra goût au point de devenir double. Lily" s'immisce alors dans le couple prenant petit à petit possession de Einart jusqu'à l'absorber en totalité.

L'amour de Greta, qui depuis plusieurs mois sent que son mari lui échappe, se refuse à elle, dissimulant son mal être sous divers motifs.  Leur amour mutuel enfin qui fera que Greta acceptera l'innommable, prendra rendez-vous avec des spécialites pour savoir comment aider son époux à se sentir mieux. Taxé d'homosexuel, de travesti, de schizophrène. Considéré comme dangereux pour lui même et pour les autres, il risque l'enfermement d'office au Danemark.

Le couple se réfugie en France ou "Lili" s'épanouie et se démène pour faire reconnaître son âme féminine afin d'avoir une vie à part entière. Suite à sa rencontre avec le professeur Bolk, qui pouvait le transformer en ce qu'il aspirait le plus, il le suivit en Allemagne en pleine montée du nazisme, afin de devenir  Lili pour l'éternité.  Il subit cinq interventions chirurgicales et c'est suite à des complications survenues lors de la dernière qu'il trouva la mort. 

 

David EbershoffA propos de l'auteur :

Né en 1969, à Pasadena en Californie, diplômé de Brown University et de l'université de Chigago, David Ebershoff a également étudié au Japon. Il vit à New York, est éditeur chez Randon House. The Danish Girl, publié en 2000 est son premier roman.