17 mars 2014

Rachid O

plusieurs vies RACHID OQuatrième de couverture :

"L'été 1990, je suis allé Suisse chez Vincent dont j'étais tombé amoureux. C'était la première fois que je prenais l'avion. J'étais fou de joie, d'une part de prendre un avion, et d'autre part parce que pour la première fois je sortais du Maroc pour aller en Europe.

Je ne connaissais pas très bien Vincent, je l'avais connu pendant quatre heures à peine, marchant sur la plage à Rabat. C'était au mois de mai, nous étions tous les deux à marcher sur la plage. Il visitait le Maroc avec des amis à lui. La seule chose qu'il faisait tout seul et qui lui faisait plaisir, c'était de se balader sur cette place, il en avait assez de tout faire avec eux.

On avait parlé pendant très longtemps sur cette plage, trois heures, et ensuite on était allé prendre un verre et je l'avais trouvé très agréable. Il avait des dents très belles qui m'avaient frappé. Je lui avais dit, d'ailleurs. Il m'avait répondu qu'il était dentiste. Je trouvais qu'il n'y avait pas de raison d'avoir de belles dents parce qu'on était dentiste, et le lui ai dit : "Elles sont fausses alors ?" Ca l'avait fait rire.

 

Editions : Folio -  ISBN : 9 782070 404537 - Poche :  152 pages - Prix 5,50 euros.

 

Mon avis : Indiangay

C'est le deuxième livre biographique de l'auteur, mais bon, il aurait pu s'abstenir. Il aime les hommes on le sait et n'est guère farouche.

Dans ce livre, il nous fait part de sa rencontre avec divers hommes qui l'ont emmené en Europe en l'occurrence en Suisse, mais qui nous dit-il n'éprouvait rien pour lui ??? aussi a-t-il choisi de partir à l'aventure. Au gré de ses rencontres nous avons une vision de ce que peut être l'homosexualité pour un jeune marocain, décomplexé et n'ayant aucun crainte de son avenir, ni même à vivre son homosexualité dans son pays ou ailleurs du reste.

Je l'ai terminé difficilement, et m'y suis ennuyé profondément. Mais peut être ne l'ais-je pas compris !

 

Posté par Indiangay à 21:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


19 juillet 2012

HOMOS-GHETTO - Franck Chaumont

Gays et lesbiennes dans les cités - les clandestins de la répubublique.Homos-ghetto

Quatrième de couverture :

Ils s’appellent Nadir, Sébastien, Dialo, Nadia… Ils sont black, blancs ou beurs. Certains rasent les murs, le regard fuyant. D’autres se la jouent viril et vont même jusqu’à casser du pédé à l’occasion. Mais tous ont en commun le mensonge et la schizophrénie liés à leur double vie et à la peur d’être démasqués.

Pour obtenir leurs témoignages, il a fallu deux années d’enquête à Franck Chaumont. Deux ans de rendez-vous manqués, de téléphone raccroché au nez, d’attentes vaines dans des bars ou des gare… Car en parlant ils risquaient tout, leur honneur, bien sûr. Mais aussi leur vie.

Si certains ont osé, c’est dans l’espoir que nous sachions… Que les politiques, les citoyens , les notabilités homosexuelles dans les centres-villes sachent qu’à deux ou trois stations de RER, la République Française a abandonné certains de ces enfants ; être un garçon ou une fille homo dans les cités de France est un crime passible des pires châtiments.

Les gays et lesbiennes des cités ghettos de France sont aujourd’hui les clandestins de notre République !

Au-delà du cri de détresse d’une population souvent exclue, victime du chômage et des discriminations, ce livre dresse un portrait terrifiant de nos banlieues gangrenées par la misère sociale, éducative, affective et sexuelle.

Editions : Le Cherche-midi - ISBN : 978 2 7491 - 0943 - 5 - Broché 199 pages - prix : 15 euros

 

Mon avis : Volodia

J'ai apprécié à sa juste valeur le travail fourni pour écrire ce livre et l'abnégation de son auteur. Toutefois, je n'éprouve aucune empathie pour les situations évoquées lors du recueil des témoignages qui relèvent plus de cas sociaux que du réel problème de l'homosexualité.

Nadia : "...43 ans, lesbienne, seule dans un 2 pièces ayant 7 chiens dont 3 rotweillers, en procédure d'expulsion pour des loyers impayés..."

Majid: "... Tu vois, j'aime pas les pd qui s'assument, qui tordent le cul à casser les murs..."

et  j'en passe et des meilleurs...

L'auteur a mené son enquête exclusivement dans les banlieues ghetto comme il le dit lui-même, ce qui veux dire, les banlieues regroupant le plus de cas sociaux et par la même occasion de diversités ethniques au m2. Banlieues ravagées par les gangs, la drogue et les trafics en tout genre. Vu le parcours professionnel de l'auteur je comprends mieux son choix et ses motivations à vouloir nous faire partager le quotidien de personnes qui au travers de leurs témoignages se montrent sous un jour aussi peu intéressantes que sympathiques, mais qui font montre, tout de même, de lucidité quant à leur situation.

"...T'es rebeu, t'es une pute...". Le portier m'a dit : "... Les putes rentrent pas ici !..."

Aussi, bien qu'il nous démontre parfaitement comment ces banlieues se sont refermées sur elles-mêmes, il n'en reste pas moins que ce sont les habitants eux-mêmes qui les ont ainsi transformées, qui ont institué des codes qu'ils soient vestimentaires, de langage, et qui refusent d'en changer. Ils le disent, eux-mêmes, ce sont des ghettos ouverts dont ils pourraient en sortir s'ils le voulaient et avec suffisamment de volonté, mais bien peu le souhaitent, famille, copains, repères et trafics en tous genres. C'est trop facile d'accuser la société, la République de les avoir abandonnés. 

Il y a toujours eu des pauvres, et des immigrés en France, et ce à n'importe qu'elle époque, de toutes races et de religions et il y en aura toujours, mais chaque communauté a réussi à force de courage et de volongé à trouver sa place et à y vivre convenablement. Mais cela parce qu'elles l'ont voulu avec force et courage, contrairement à d'autres qui veulent tout mais ne donnent rien de bon en échange.

Pauvreté ne veut pas dire, "racaille" et c'est sur cela que l'auteur aurait du insister. Car les témoignages cités dans ce livre ne font que conforter l'opinion de ceux qui les méprisent.

Je vais d'ailleurs créer une page sur ce blog relative à ce livre

 Franck Chaumont :

A propos de l'auteur :

Franck Chaumont a été journaliste à Beur FM puis RFI avant de diriger la communication du mouvement Ni putes ni soumises jusqu’en 2007. Homo-Ghetto est son premier livre.

 

Posté par chezVolodia à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juin 2012

Pourquoi les gays sont passés à droite

9782021050370_mainQuatrième de couverture :

Les gays sont depuis longtemps comme une minorité engagée à gauche, tolérante et progressiste. 

Figure éminante et dérangeante de la communauté gay, Didier Lestrade affirme que ce n'est plus le cas. Il montre que le racisme gagne du terrain chez les gays, en France mais aussi en Europe. on oublie ainsi souvent de Pim Fortuyn le leader de l'extrême droite aux Pays-Bas, était ouvertement gay. Et à la différence de son père, Marine Le Pen s'est bien décidée à "draguer" les homosexuels qui, parfois, se laissent séduire par son discours.

Mais ce n'est pas tout. La France découvre l'égoïsme et l'absence de scrupules de certaines personnalités gays dont les "frasques" sont révélées à l'opinion publique. Pour Didier Lestrade, cette élite gay (souvent au "placard"), obsédée par ses privilèges, son prestige et son argent, témoigne aussi de la droitisation des gays, symptôme d'un individualisme et d'un consumérisme forcenés qui gagnent la communauté.

Editions : Seuil - ISBN : 9 78 2 02 105037 0 - Poche : 141 pages - prix : 14,50 euros.

Mon avis : Volodia

A la lecture de ce livre, on sent le militant pur et dur, qui ne transige pas avec ce qu'il pense être la réalité, sa réalité, même si parfois il en prend à son aise.

Didier Lestrade, est un homme de terrain, qui défend ses idées au-delà du boutisme et par conséquent son livre ne peut laisser indifférent. Il est "entier" et n'a pas peur des mots et de ce qu'il avance. Ces "haines" sont sincères même si parfois elles me semblent injustifiées, comme ces propos injustes et déplacés envers Frédéric Mitterrand, Mace-Scarron, Fourrest, et bien d'autres).

J'ai du mal à lui pardonner son outing des homosexuels qui seraient encore "dans le placard"  mais qui de part leur position pourrait jouer un rôle positif en faveur de la communauté. Hum oui, quoi qu'il en dise, il n'hésite pas à les "dénoncer" publiquement au travers de ces livres et pour moi ça le discrédite un peu. Mais bon, malgré sa mauvaise foi, ses coups de gueule, son caractère tranché, il reste un pilier de la lutte pour les droits homosexuels et de la lutte contre le sida à qui nous devons tous beaucoup. Il faut pas l'oublier. De toute façon même si on le voulait, lui, ne nous laisserait pas l'oublier.

 

Mon avis : Indiangay

Je ne connais que depuis peu Mr Lestrade et son implication active dans la communauté gays, mais je sais qu'il a beaucoup donné et peu reçu. Son livre m'a semblé écrit avec colère, pour ne pas dire rage, et avec une certaine rancoeur (de ne pas être reconnu à sa juste valeur ?).

Si j'aime les hommes qui ont du caractère, je dois avouer que certaines de "ses" vérités nous sont assénées de façon lapidaire et sans réel fondement. De plus, ses idées relatives à ce que les gays ayant un peu de pouvoir politique sortent obligatoirement "du placard" pour donner l'exemple à tous les jeunes qui n'osent pas le faire, c'est moyen. Et de les outer en les nommant dans son livre vraiement moche.

Même si son livre est intéressant, j'ai trouvé qu'il en profitait pour régler ses comptes. Tout le monde n'évolue pas dans le milieu homosexuel à son aise, et le problème de se dévoiler ne résulte pas seulement du fait de faire de la peine à sa famille mais bien d'affronter la pression sociale. Surtout pour un homme politique dont les moindres faits et gestes sont scrutés et dont on s'empresserait d'user de son homosexualité pour le prendre à défaut quelque soit les opinions qu'il pourrait avoir.

Malgré tout, même si certaines idées exprimées m'ont déplues voire, insupportées, j'ai bien aimé son livre.

 Lestrade Didier

A propos de l'auteur :

Journaliste, écrivain, militant, Didier Lestrade est une figure imortante de la communauté gay, et l'auteur de plusieurs livres parmi lesquels Act Up, Une histoire (Delanoël, 2000) et, plus récemment, Cheikh, Journal de campagne (Flammarion, 2007).

Il  a quitté Paris en 2002 et vit actuellement en Normandie.

 

Posté par chezVolodia à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mai 2010

"Lèvres Pêches" - Cui Zi'en

9782070128525Suite de monologues intérieurs, ce roman raconte la terrible histoire d'un père qui après avoir découvert l'homosexualité de son fils le châtre de sang-froid au bistouri.

Quand on sait que l'homosexualité en Chine est encore punie de 5 ans de prision, on a peu de peine à imaginer que ce livre n'a jamais été publié dans son pays. Texte sensible et puissant, entre conte initiatique et philosophique, un nouveau Pasolini à la mode orientale est né.

Posté par chezVolodia à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2010

La reine des connes - Laurent Martin

9782353060160En général, Annabelle n'a pas de chance. C'est vrai qu'elle se lance dans les plans les plus pourris pour pouvoir se payer en Thaïlande l'opération qui va la faire passer définitivement de "il en elle".

Une sacrée dose de volontarisme, mélangée à une bonne pincée de naïveté, ne lui suffira pas pour arriver à ses fins. Surtout qu'elle fait affaire avec, d'un côté, toutes les crapules de la Porte de Montreuil et de l'autre, sa propre famille aussi coincée qu'une porte de prison. Alors il ne lui reste plus qu'à se comporter comme le "mec" qu'elle n'est presque plus...

 

Mon avis : Volodia

Dès les premières pages du livre, j'ai été accroché dans tous les sens du terme. interpellé par le style, la gouaille, l'histoire d'Annabelle.  On ne peut que  rire de sa naiveté et de ses aventures tragi-comique qui ne peuvent arriver qu'à elle ou des personnes du même genre...

Posté par chezVolodia à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 février 2010

Le protocole compassionnel - Hervé Guibert

753191_2879525"C'est tout bonnement la suite de A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie : exactement ce que j'avais dit que je ne ferais jamais".

Un an et demi a séparé ces deux livres. Le temps de la renonciation à l'écriture, celui de l'expérience. On retrouve les mêmes personnages : Hervé Guibert, écrivain malade du sida, ses proches, la communauté des malades et de leurs soignants. Claudette Dumouchel, un jeune médecin de vingt huit ans, entre en Scène. Une étrange relation va s'inventer à chaque examen entre cette femme très belle et le narrateur. Une relation peut être proche de l'amour, on ne sait Jamais.

Un nouveau médicament, aussi, est apparu, très difficile à obtenir et incertain, encore au stade de l'expérimentation, le DDI. Aux Etats-Unis, il a déjà tué tois cents personnes qui se l'étaient procuré au marché noir et l'avaient utilisé sans connaître les doses, sans surveillance médicale, aveuglément, désespérément. En France, pour l'instant, on le délivre aux malades qui sont à la dernière extrémité, dans un protocole qualifié de "compassionnel" par les médecins.

"C'est ce nouveau médicament qui m'a permis de surmonter mon épuisement, et d'écrire". Si A un ami qui ne m'a pas sauvé la vie raconte l'étonnement et la douleur, la rage et la tristesse d'une homme de trente-cinq ans dans lequel s'est greffé le corps d'une vieillard. Mais le bonheur d'une rémission fait une incursion dans le malheur.

Posté par chezVolodia à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Le Mausolée des amants (journal de 1976 à 1991) - Hervé Guibert

9782070427574Le personnage principal a 22 et 35 ans. Il est journaliste, il aspire à l'écriture, il n'en finit pas de mettre en forme un roman raté avec un personnage à la troisième personne. Le roman s'appelle "Le récit de la mesquinerie" il ne voit pas le jour. Et il glisse : il devient un récit d'amour.

On repère, dans la trame de ce livre, plusieurs livres en un, et aussi plusieurs refus de livres : un livre qui s'appelerait Roman posthume, un autre qui s'appellerait  Mes parents, encore un autre qui s'appellerait Autobus et métro, une suite des Aventures Singulières, un "Journal de travail, mais c'est le Récit d'amour qui l'emporte : bâti comme un amusolée pour les corps des amants.

Apparaît alors, pardessus-tout, le refus de ficeler un roman pour en livrer la matière brute, la vie continuité de la vie, des rêves, des rencontres, des aventures.

Posté par chezVolodia à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2009

Le Gentilhomme Assassin - Philippe Guimet

A ne mettre que dans les mains d'un public très averti donc + 18 ans

le_gentilhomme_assassinArrivé à l'apogée de sa carrière au services de la Couronne de France, Henry de Mondétour exerce les talents d'ange exterminateur auprès du cardinal de Fleury, principal ministre du jeune Louis XV. Sous ses ordres, il embarque pour un périple licencieux à travers une Europe déchirée entre Ombres et Lumières. De Paris à Florence, de Londres à Saint-Pétersbourg, de Naples à Constatinople, ses rencontres avec l'impératrice de Russie, le roi de Prusse et le dernier des Médicis ne seront pas sans conséquences innatendues. Mais les amis frimassons d'Henry s'inquiètent : jusqu'où l'exigence de jouir le conduira-t-elle ? Parviendront-ils à le détourner des penchants criminels vers lesquels ses ennemis l'entraînent ?

 Toujours fidèle à la véracité historique. Philippe Gimet nous convie, avec le gentilhomme assassin, à une odyssée baroque où se mêlent hommes de Cour, artistes et assassins : une luxurieuse invitation au voyage

 Mon avis :

Suite et fin de l'histoire des bardaches ?  J'espère que non, j'ai dévoré ce volume au même titre que les deux précédents avec toutefois une préférence pour "l'élixir d'oubli". Dans ce dernier volume, notre bardache à vieilli mais n'a rien perdu de ce qui a fait son succès auprès de tous les débauchés du royaume et des Cours d'Europe. Il a même, malgré le changement annonçant à plus ou moins long terme la disparition des bardaches, pu conserver les accointances de la police et du clergé...

Cette trilogie racontant la vie des bardaches se lie comme un roman d'aventures avec l'érotisme en plus.

Philippe Gimet est né dans le Sud de la France en 1963. Après des études littéraires et artistiques, il a exploré, de Marseille à Montréal en passant par Istanbul et Bruxelles, tous les maillons de la chaîne graphique, puis s'est fixé à Paris pour y exercer le métier de journaliste spécialisé. Il a déja publié, chez H&O. Le Sceau de Kropotkine et l'élixir d'oubli.

Posté par Indiangay à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 septembre 2009

Dorian de Wil Self

 

 

 



Histoire :

Henry Wotton est un dandy qui use et abuse de tous les plaisirs illicites : sexe, drogue, alcool, et bons mots. Dans le studio de son ami (et ex-amant) Basil Hallward, vidéaste très en vogue, il rencontre Dorian Gray, un jeune homme d'une grande beauté. Il se propose de l'initier à toute une vie de débauche...
Dorian se laisse tenter, tout en faisant le voeu de garder la fraîcheur et l'innocence de la jeunesse. Mais il y a le sida et ses ravages...

Dorian est le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde transposé une siècle plus tard. Wil racontait la déchéance du XIX siècle finissant, Will Self, lui, raconte la lente dérive du Londres décadent des années 80 et 90. Dans ces variations sur un mythe, il dépeint, avec le cynisme et l'humour qu'on lui connaît, une fin de siècle désormais révolue.

Mon Avis :

C'est bien particulier, mais c'est un très bon livre. Pour les personnes qui ne connaissent pas le milieu gay et en particulier cuir et autres, hum ce livre n'est pas à mettre dans toutes les mains. Mais il reflète bien une époque pas si lointaine et qui refait surface. Car les drogues sont devenues plus courantes, moins chères, certains sont avides de nouvelles sensations et prêts à toutes les folies d'autant que de nouveaux traitements contre le VIH ont vu le jour avec un certain succès.

Pour ce qui est des boites cuirs et des backs room, la France à ce qu'il faut même si en 80 certaines boites ont été fermées pour diverses causes : drogues, mineurs, débauches en tout genre. Exemple les boites de la rue Saint Anne dont la plupart appartenaient à Roger Peyrefitte, oui oui celui-là même, l'écrivain. D'autres comme La Mendigotte ou il y a eu des accidents décès par overdoses ...

Ce genre de boites est très particulier ainsi que ceux qui les fréquentent. Beaucoup prennent sciemment le risque de ne pas porter de préservatif, ça fait partie du risque lié à chaque rencontre, ça lui rajoute du piment. A l'inverse de la femme, l'homme peut avoir du sexe pour du sexe, sans avoir besoin d'aimer la personne.

Ce livre est intéressant car il met en scène une fiction avec des éléments d'histoires réelles.

 

 

Posté par chezVolodia à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 septembre 2009

"Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles" de Gyles Brandreth

9782264048554

Oscar Wilde en Sherlock Holmes et le narrateur en Docteur Watson, voilà ce que nous propose l'auteur de ce roman policier.

Wilde découvre le cadavre dans une maison à Londres d'un adolescent de sa connaissance. Celui-ci a été égorgé et déposé, nu, dans un cercles de bougies. S'agit-il d'un rituel ? Oscar décide donc de mener l'enquête.

Une intrigue surprenante qui respecte à la fois l'image de l'écrivain dandy, l'esprit victorien et les règles du genre?. on aurait apprécié un peu plus d'originalité.

 

Mon avis : Volodia

Un petit bijou du genre. J'ai trouvé ce livre très original dans l'idée de placer Oscar Wilde en détective. L'époque victorienne avec son ambiance hypocrite est très bien reconstituée quant à l'intrigue elle m'a tenu en haleine jusqu'au bout. Le dénouement en est particulièrement inattendu....

Posté par chezVolodia à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,