06 août 2017

Pride Chroniques de la révolution gay - Erik Rémès

 

1120360493

Quatrième de couverture :

Il restait à écrire une histoire ordinaire de l'homosexualité, qui rend compte des réalités que taisent les livres d'histoire et les films documentaires. Erik Rémès le fait brillamment en livrant un témoignage exceptionnel sur la vie des homosexuels français dans les dernières années du XXème siècle. Après la dépénalisation en 1982, il décrit entre humour et gravité des années pleine de contrastes : années de la fête malgré la stigmatisation, affirmation de la fierté dans les affres du sida, progression des droits sur fond d'homophobie.

Pride, chroniques de la révolution gay est un recueil d'articles, éditoriaux, billets d'humeurs, coups de gueule, et témoignages, dans leurs versions intégrales non censurées, parus entre 1992 et 2005 dans la presse gay et généraliste : Libération,Nova magazine, Gai Pied Hebdo, Illico, etc... En douze chapitres : Visibilité, Mariae, Homoparentalité, Homophobie, Hétérophobie, Politique, Homonormativité, Subversion, Voyage, Drogues, Sexualité, Prévention, Années sida. 

Editions : La Musardine - ISBN : 9 78242717766 - Broché : 368 pages - Prix 18 euros 

Mon avis : Volodia

Comme certainement beaucoup, à l'annonce d'un nouvel écrit d'Erik Rémès, je trépigne d'impatience jusqu'à sa parution et, dès l'ouvrage entre mes mains, je le compulse de manière fébrile et frénétique, ne doutant pas que celui-ci va provoquer en moi nombre de réactions, bonnes et/ou mauvaises. Et là, je ne suis pas déçu par ce livre qui regroupe diverses chroniques relatives aux débats et avancées de la cause homosexuelle dans la Société. Celles-ci ne sont pas classées par date mais par thème et ont été publiées dans la presse généraliste et LGBT.

Je tiens dans un premier temps à remercier l'auteur d'avoir récapitulé pour nous, nés en 1980 et après, l'histoire et les évènements qui ont marqué l'avancée de nos droits en France et ce, avec une précision toute journalistique. Ce livre est une mine d'informations que nous n'arrivions pas à obtenir en totalité, la plupart nous arrivant tronquées et/ou déformées pour diverses raisons, voulues ou pas ? la question reste ouverte.

Il fallait s'y attendre, Erik Rémès en bon provocateur aborde des sujets qui fâchent, voire trash. Mais on ne peut lui en vouloir, car c'est sa marque de fabrique, le grain de sable dans la mécanique bien huilée et lisse voulue par la communauté homosexuelle. Peu lui chaut de donner une mauvaise image de la communauté gay, qu'il connaît mieux que tout autre - traînant ses guêtres là ou le commun des mortels n'a pas forcément ses entrées, ni l'envie de s'y rendre lorsque par hasard il en a entendu parler, à moins de faire preuve d'une curiosité à toute épreuve - Erik Rémès est un révèlateur de conscience et peu importe si ladite communauté est égratignée; Il nous rapporte des comportements, des situations complexes, voire choquantes, mais sans jamais s'ériger en juge sur ce qu'il voit et/ou sur ces auteurs. Il nous explique les différents moyens, de s'exprimer, d'aimer, de sociabilité, d'exister enfin des divers groupes gays auxquels il s'est "frotté".

Il ose tout et peut se le permettre, rien ne le retient. Lorsqu'il ouvre la bouche ou laisse courir sa plume ce n'est pas pour débiter des fadaises en voulant nous faire croire qu'elles sont d'importances comme certains le baille. Il a des choses à dire et fait mouche à tous les coups, c'est ce qui fait l'intérêt de ses livres. Il écrit bien, même si ce n'est pas de la littérature à proprement parler ! 

Il existe aussi, des pages ou le masque du provocateur tombe pour laisser place à un homme extrémement humain dans ses réactions, ses coups de gueule, mais également dans sa sensibilité et qui, quoi que l'on puisse en penser, laisse paraître son respect de l'autre, de l'amant du moment.

Les dernières pages de Pride qui regroupent les pensées, les réflexions de l'auteur, ses questionnements, sont particulièrement belles et bouleversantes de sincérité et de profondeur. Elles nous sont balancées avec humour et citronnées en diable, mais au travers de celles-ci on sent  que l'intéressé a pour objectif de vivre avec intensité et s'est fait un compagnon de son virus. Ce virus qui a détruit une partie de sa vie, mais qui lui a permis de vivre l'autre en transformant sa personnalité, de devenir "quelqu'un", un écrivain du sida ! Virus mortel à l'origine et qui s'est transformé en maladie chronique. Le sida générateur de célébrité et source de revenus, qui l'aurait cru, il y a quelques années !

Reste que si j'ai aimé ce livre, cela ne m'empêchera pas de publier un droit de réponse sur certains points évoqués par Erik Rémès qui ont provoqué mon ire et ne l'ont pas fait retomber.......

Posté par chezVolodia à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 septembre 2015

21e SEX - Erik Rémès

1540-0

Quatrième de couverture :

Le 21e Sex est un roman porno-philosophique, un ouvrage politique qui tache bien les draps, parce qu'à travers la sexualité, et notamment une homosexualité dépravée, toxicomane et juteuse, ce sont tous les rapports de pouvoir qui se mettent en branle dans nos sociétés dépressives et anxiogènes sur le déclin.

Le 21e Sex est tout à la fois un roman gay, une histoire d'amour passionnelle et poétique sur fonds de drogues et d'orgies, ainsi qu'un pamphlet sur l'homosexualité et la place qu'elle tient dans la société.

 

Editeurs : Textes Gays - ISBN : 9 79102940073 - Broché : 192 pages - Prix 14 €.

 

Mon avis : Volodia 

C’est un livre trash, un dégueuloir jeté à la face des bien-pensants, éructé avec force, rage et colère mais également émaillé d’un humour acide, de celui qu’on redoute, mais qui a les accents de la vérité.

Que l’on aime ou pas Erik Rémès on n’en attendait pas moins de lui. Fidèle à son image d’auteur sulfureux qui n’hésite pas à mettre le doigt là où ça fait mal, sans souci du politiquement correct. Il en aurait été autrement, nous aurions été déçus. Mais force est de convenir qu’il a raison sur bien des points. Pas sur tout bien sûr, mais sur une grande partie de ce qu’il énonce dans son livre, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il connait parfaitement son sujet et le milieu homosexuel, ses pratiques y compris les plus inavouables.

 Toutefois, comme toutes ces grandes figures de la scène homosexuelle qui ont connu la répression, qui ont milité pour la libération sexuelle, pour enfin de nos jours accéder à une reconnaissance, sinon à une acceptation (loin d’être totale, mais du moins partielle) d’une sexualité que l’on dit particulière, il  n’exprime par sa voix que les résultats d’une analyse de la société vue que par une certaine communauté d’homosexuels. Erik Rémès est resté bloqué dans les années 80. 

Je lui reproche un peu d’avoir une opinion toute faite et méprisante sur une partie de la communauté homosexuelle, celle qu’il qualifie d’intégrationniste, qui se suffit des droits obtenus et n’aspire qu’à vivre comme les hétéros, des petits bourgeois. Le monde évolue, les gays aussi, et le fait de vouloir se fondre dans la société fait partie de cette évolution, et puis tous les gays ne pense pas cul. Tous les gays ne fréquentent pas le milieu, spécial et assez glauque, il faut bien l’avouer, des hardeurs, des slameurs. Tous ne pratiquent pas le sexe pour le sexe. Tous n’ont pas l'ambition d’être des performers, des bêtes de sexe (pour ma part, je préfère jouer les jardiniers que les maquignons), de se droguer au risque de friser la folie pour atteindre une extase sexuelle ou plus simplement pour oublier leur solitude. Et enfin, ce n’est pas parce qu’on est homosexuel qu’on doit pratiquer la sodomie. A y est le mot est lâché ! Hum oui d’après Erik Rémès un hétérosexuel est un gay qui ne pratique pas la pénétration ??? Ah bon ! Faut-il entendre qu’un homosexuel qui ne la pratique pas est hétéro ? Je le rassure, on peut aimer son compagnon, se donner, être à lui  corps et âme sans cette pratique, si si puisque je vous le dis ! Hum on peut être sexologue et n'avoir pas toutes les réponses, l'amour est complexe .... 

Dans ce livre, Erik Rémès aborde tous les sujets de ce qu’on pourrait appeler la culture LGBT, y compris le plus important à mon sens, la santé.  Quand on parle santé on parle prévention et là les sujets qui fâchent ne manquent pas. Des campagnes de prévention inadaptées aux nouvelles pratiques, et à la recrudescence des maladies qu’on croyait disparues telles la syphilis, l’hépatite C, et autres maladies vénériennes. Le bareback abordé de façon ligth où j’ai bien compris qu’il s’agissait de donner au partenaire le libre choix de mettre ou non une capote, et surtout ne pas le déresponsabiliser quant au choix qu’il fera. Alors là même si je comprends sa pensée, je n’approuve pas. Beaucoup sont inconscients, pour diverses raisons : alcool, drogues, amour, confiance. Il faut le reconnaître car malheureusement, ça existe, des salopes qui ont attrapé une cochonnerie  et se fichent de la refiler si ne n’est par égoïsme de leur propre plaisir, par inconscience ou bien par vengeance. Donc là contrairement à Erik Rémès je suis pour traîner ces personnes en justice. Quand aux nouveaux traitements permettant à un séropositif de ne plus être contaminant petit bémol, ils ne préservent pas des autres maladies vénériennes donc… ! 

Ce livre est intitulé roman, j’ai toutefois la nette impression que la fiction et la réalité s’entrecroisent voire se confondent, car on ne peut nier la réalité des évènements historiques et manquer de faire des rapprochements, que l’auteur laisse échapper intentionnellement ? 

Certains passages sont non seulement difficiles à lire, mais à comprendre, notamment l’intimité de son couple dévoilée, ses violences dues à la consommation de drogues, ses plans culs, d’autant que l’auteur est titulaire d’une maitrise de psychologie…Mais j’ai aimé ce livre, malgré son manque de style, ses redites, ses outrances, sa violence, sa part d’exhibitionnisme, son indécence, mais également et surtout pour sa sincérité. 

Posté par chezVolodia à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,