25 octobre 2012

Serial Fucker journal d'un barebacker - Erik Remès

Serial fuckerErik Rémès n'imaginait pas que la publication de Serial Fucker, journal d'un barebacker, déclencherait d'aussi violentes réactions au sein de la communauté gay. C'est ainsi que les bureaux de son éditeur furent dévastés et que Thierry Ardisson fut violemment pris à parti car il avait "osé"  inviter Erik Remès.

Mais quel crime avait donc commis Erik Rémès ?

Pour la première fois dans un roman underground, il avait révélé une pratique courante du monde gay, mais méconnue, "le barebacking" qui désigne les rapports non protégés entre séropositifs. Il inclut également le culte du sperme et les rapports sexuels impersonnels avec des partenaires multiples.

Pour les barebackers, les capotes empêcheraient de bander. Elles seraient un indice de honte de soi et de haine du sexe. Ce mouvement correspondrait également au "ras-le-bol" du "safe-sex" après vingt ans d'épidémie du sida.

En faisant de cette pratique à risque le centre de son roman, Erik Rémès brise, selon ses ennemis, la vitrine de respectabilité et d'honorabilité que s'efforcent de donner les représentants de la communauté. Mais taire ou feindre d'ignorer le barebacking n'évitera pas la réalité de cette pratique qui se développe.

Serial fucker est un livre obsédant, fort et dérangeant qui interroge. Que sont la vie, l'amour, la mort et le respectde l'autre dans une société individualiste enquête, au mieux d'une nouvelle éthique, au pire, du néant ?

 

Editions : Blanche - ISBN : 2 84628 111 4 - Poche 310 pages - Prix : 10 €

Lien de la vidéo de Erik Rmès chez Ardisson :  http://www.youtube.com/watch?v=9NA_Ky35NVM

Pour personnes très très averties - Absolument interdit aux mineurs


 

Posté par chezVolodia à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Je bande donc je suis - Erik Remès

jE BANDE DONC JE SUISJe bande donc je suis est un de ces romans qui marque son époque. Récit d'une décennie, il se place d'emblée dans la texture des années 90, tant il évoque l'urgence, la quête individuelle de sens et la fragmentation du réel.

Mais s'agit-il vraiment d'un roman sur "la manière dont les pédés baisent entre eux" ? Assurément oui, de prime abord, mais très vite le lecteur se rend compte que le propos n'est pas si simple, ou du moins ne peut se réduire à la scrupuleuse comptabilité des milles et une façons dont un jeune gay aujourd'hui peut user et abuser de son corps.

L'auteur sait aussi qu'il ne fera pas l'économie de devoir se justifier sur la manière dont son héros aborde la sexualité au temps du sida. On le traitera d'irresponsable pour avoir mis en avant un personnage séropositif qui non seulement a des relations sexuelles non protégées, mais revendique même le désir du sexe sans précaution, en toute connaissance de ses conséquences.

Par-delà la mise en avant d'un certain mode de vie, l'auteur nous invite surtout à partager une recherche exigeante, celle de la connaissance de soi.

 

Editions : La musardine - ISBN : 978 2 84271 453 6 - Poche 245 pages - Prix : 8,70 €

 

Mon avis : Volodia

Le titre déjà fait scandale au point que je me suis demandé si j’allais lire ce livre ou bien le classer d’office dans les non « fréquentables ». Erik Rémès se veut choquant, et ne s’embarrasse pas de faux semblants et de fioritures. Les termes sont crus et efficaces, et le titre de son livre peut attirer les amateurs de livre de culs, soit en dégoûter les autres.

Dans ce livre, l’auteur met en scène l’histoire de Berlin Tintin, et Berlin Tintin se raconte, son enfance, son abandon, ses problèmes de genre, sa relation déjà bien affirmée au sexe, malgré son jeune âge (11 ans), et ses relations d’enfant déjà adulte avec des ouvriers maghrébins . Sa séroposité à 18 ans qui découle d’une trahison et sa tentative de suicide..; 

« A 19 ans alors que 15 000 cas de sida ont été recensés en France, et estimant qu’il n’a plus rien à perdre , il fonce, ailes déployées prêt à se consumer. Conscient d’être porteur VIH, mais voulant se sentir léger, recherchant comme tout jeune de 20 ans le plaisir, le plaisir de la chair, l’oubli, se vouloir « heureux coûte que coûte, être positif avant d’être séro-machin quelque chose », il hante les parcs, les toilettes publiques de la ville, s’enfonce dans les back rooms à la « recherche de sexes et de trous torrides ». Il se libère de cette honte d’être un pd, un enculé. Vivant dans le Marais, il n’a aucun problème pour draguer et trouver des partenaires; 

Il s’initie à toutes les pratiques et se livre à tous les excès pour oublier sa solitude pour se prouver à lui comme aux autres séronégatifs qu’il vit, pleinement conscient, mais affranchi de toutes les barrières morales. Il est libre d‘être différent. Il n‘est pas une statistique. Lui il est vivant. 

Ce qui choque dans son livre, à part le le titre, c’est qu’il ne met aucun tabou a décrire le « milieu gay » pas celui des gentilles folles dont la passion résident uniquement dans le paraître, mais également les endroits plus sombres de l’esprit et de la perversion humaine, dans les plaisirs Sado-maso avec tout ce que cela comporte de pratiques, et pour certains d’aversions. De risques assumés et acceptés pour beaucoup, la sécurité-santé étant sacrifiée sur l’autel des plaisirs physiques. 

Lorsqu’Erik Rémès a présenté son livre dans une émission télévisée d’Ardisson ou était également invité Didier Lestrade, et que ce dernier lui reprochait son apologie du bareback, et entre-autres, d’avoir contaminé sciemment ses partenaires, Rémès a répondu qu’il s’agissait d’un roman, et qu’il s’agissait pour lui de décrire la réalité du terrain afin de mieux s‘en préserver... Hum, je dois avouer qu’à la lecture de son livre, il m’est arrivé de douter, de me demander si je lisais une fiction ou une autobiographie romancée de la vie de l’auteur. 

Connaissant par leurs textes les deux auteurs et ayant rencontré physiquement et lui ayant parlé Didier Lestrade, il faut convenir que c’est un militant pur et dur, à grande gueule, qui ne fait aucune concession, à raison sans doute, puisque lui aussi séropositif. Je ne connais Erik Rémès pour l’instant que par deux trois livres que j’ai lu de lui, et par quelques contacts internet en tant qu’admirateur de ses peintures, et je dois avouer que j’ai été agréablement surpris. 

Sans m’attendre à un m’as-tu vu, je m’attendais à une personnalité plus marquée. Non qu’il n’en ait pas, j’ai juste été surpris par sa simplicité, sa discrétion, sa gentillesse et une certaine réserve sur sa vie privée que je n’imaginais pas. Tout cela fait que j’ai beaucoup de mal à l’imaginer percer des préservatifs pour contaminer sciemment ses partenaires. D’un autre côté, il dit fréquenter les endroits de dragues ou il « baise » sans préservatif…. Et de l’autre, il est marié et n’a pas contaminé son partenaire (même si depuis il a divorcé). Donc l’un serait-il un défouloir pour éviter de souiller l’autre ??? 

Bref, ce livre est intéressant à plus d’un titre, non seulement pour « naviguer » dans le monde de l’amour gay, mais également pour les interrogations qu’ils soulèvent, à chacun de trouver les réponses à ce qu’il cherche. 

 

Posté par chezVolodia à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 octobre 2012

Deux garçons bien sous tous rapports - William Corlett

9782221132142Quatrième de couverture :

Nous sommes au coeur de la campagne anglaise, à Bellingford, dont le château vient d'être vendu à deux messieurs "de la ville". Les nouveaux venus excitent la curiosité des habitants.

"My God !" s'écrie-t-on quand on découvrre que Richard, un producteur de théâtre à succès, et Bless, le fringant jeune homme qui l'accompagne, sont venus là pour vivre en amoureux. Un vent de folie souffle alors sur le village jusqu'alors tranquille, et les malentendus, quiproquos et situations absurdent se succèdent à une allure vertigineuse.

L'auteur de ce roman délicieux met en présence avec un humour joyeux deux mondes que tout semble opposer. Jusqu'au moment où les différences s'estompent et où les masques tombent. Un divertissement tendre et vaudevillesque, tout de finesse et de gaité.

 

Editions : Robert Laffont Pavillon Poche - ISBN : 9 782221 132 142 - 487 pages - Prix 10,90€

 

Mon avis : Volodia

Il est des livres comme ça ou dès les premières lignes on se trouve accroché. C'est le cas de celui-ci. Divertissant, avec des personnages stéréotypés à souhait, qui aborde le droit à la différence et se joue de bien des préjugés.

Posté par chezVolodia à 19:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

18 octobre 2012

R.W.FASSBINDER un cinéaste d'Allemagne - de Thomas Elsaesser

FASSBINDERRainer Werner Fassbinder est incontestablement l'un des auteurs les plus importants du cinéma européen de l'après-guerre. En quinze ans à peine, il a réalisé plus d'une quarantaine de films, dont b eaucoup ont accédé au rang de classiques, tels Le Marchand des quatre-saisons, Les Larmes de Petra Von Kant, Tous les autres s'appellent Ali, Le Mariage de Maria Braun et le monumental Berlin Alexanderplatz. La plupart des études sur Fassbinder insistent sur sa personnalité provocatrice et y trouvent les ressorts de sa productivité frénétique. Cherchant plutôt la "vérité" de Fassinder dans l'analyse approfondie des films.

  Elsaesser met en évidence l'extraordinaire richesse des personnages et des sentiments, la capacité du cinéaste à saisir milieux et classes sociales. Il révèle ainsi toute l'importance de cette oeuvre qui dessine un portrait complexe, mêlant compassion et cruauté, de l'âme" ouest-allemande pendant les premières décennies qui ont suivi le régime nazi.

Thomas Elsaesser tend à montrer que le regard unique de Fassbinder sur l'homme, la Société, la politique et l'idéologie, son sens aigu de l'Histoire parlent aussi de l'Allemagne d'aujourd'hui, de la nouvelle Europe et des défis culturels auxquels elle est confrontée.

Editions : Centre Pompidou - ISBN : 2 84426 273 2 - Broché 571 pages - Prix : 39,90 euros.

A propos de l'auteur :

Elsaesserhomas Eslaesser est  Professeur d'Etudes Cinématographiques et Audiovisuelles  l'Université d'Amsterdam. Il a notamment publié New German Cinema : A History (1989). A Second Life : German Cinema's First Decades (1996) . Weimar Cinema and After (2000), Metropolis (2001). Filmgeschichte und frühes kino (2002) et Harun Farocki-Working on the Slightlines (2004).

Il contribue régulièrement à plusieurs revues de cinéma à travers le monde dont "Trafic", "Iris", "Sight and Sound", "October", "Screen" et "New German Critique".

Posté par chezVolodia à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2012

Millesime - Daniel Fazan

 

fazan-livre-600pxQuatrième de couverture :

Deux hommes s'aiment. Délaissant leurs épouses, ils sont dès lors confrontés aux quolibets de leur milieu conformiste et terrien : le viticulture. Loin des villes, ce microcosme étriqué et peu parlant s'évertue à leur faire payer cet écart de la norme.

Dans l'un des plus beaux décors du monde, la quête d'identité et le souffle de la mort traversent ce roman entre cie, terre et eau. La rudesse des caractères, de la pente et du travail infiniment recommencé sous l'assaut des saisons s'oppose au désir de tendresse.

Un roman qui convoque C.F.Ramuz en ses terres, mais au XXIème siècle. Avec pertinence. -

 

Editeur : Oliver Morattel - Isbn : 978 2 9700701 8 4 - Broché 149 pages - Prix : 17 euros

 

Mon avis : Volodia

J’ai aimé ce livre pour diverses raisons, mais en particulier par l’originalité de l’endroit ou se situe l’histoire : le milieu des viticulteurs-vignerons. Ensuite par la façon dont nous en prenons connaissance. Nous sommes dans un monde exclusivement masculin.

Tout d’abord, il y a Paul, «garçon au cœur de fille», Roberte, sa femme aigrie après des années de vie commune et qui ne lui inspire plus qu’indifférence sinon haine : "matrone aigre qui sabote mes jours". Sa rencontre avec Roger, son "amoureux", vigneron également,  qui vit dans un autre village plus haut..

De par son hérédité et l’exercice de son métier, Paul est devenu alcoolique. Pour tenter d’y remédier et sur les conseils de Roger sur qui le sevrage a bien fonctionné, il entreprend de voir régulièrement une psy qu’il appelle Madame. Ce qui lui permet de lui  raconter sa vie, ses manques, ses demandes névrotiques et dépendantes et de se remémorer ses réflexions et ses émotions.

Nous partageons, son quotidien, rythmé par les saisons et l’entretien des cépages, la récolte du raisin, la fabrication du vin et ses aller-retour réguliers à la cave pour les dégustations, les visites de touristes, clients potentiels et une vie de couple pleine de rancœurs et de non dit. Nous  assistons à la rivalité des maisons voisines toutes concurrentes entre-elles.

"Sait-on quand on visite un village typique du bout du monde et sympathique et chaleureux, architecturalement irréprochable qu’il est un guépier, un dépotoir muet de rancunes ancestrales, de chapelles et de clans opposés"

Dans ce village ou il ne se passe jamais rien, sa relation avec Roger, provoque des sous-entendus, des regards en coin, des sourires narquois, harcelés par une «corneille» qui on le saura plus tard n‘est autre que l‘épouse du pasteur et subissant les tags provocateurs des ados du village. "On" s’interroge sur ce que peut penser l’épouse et son rôle dans ce ménage à trois :

"car si les regards sont indifférents, les pensées, elles, ne le sont pas".

Paul aime Roger, dont « le visage a cette noblesse terrienne des aristocrates de la terre penchée », avare de paroles, bourru physiquement et de caractère : "sa timidité subit l’érosion de ma tendresse".

dont les gestes rares font qu’ils se comprennent sans avoir besoin de parler, et avec qui il peut laisser libre court à ce qui fait sa féminité : douceur, sensibilité et  sensualité. 

Pendant que Roberte l’épouse de Paul s’est absentée pour rendre visite à sa fille installée en Afrique, Paul et Roger surnommés les deux cousines par un voisinage puritain et malveillant essaient de vivre, discrètement mais plus ou moins au grand jour, leur relation.

"Quel est l’avenir de deux vignerons gays, dans la sclérose d’un pays de traditions, d’esprits le plus souvent moralistes. Combien de décennies pour rattraper ce que nous avons vu dans la capitale proche ?  Dépravation qui sans nous choquer ne nous plait pas. Débauches vues ou racontées, vulgarité ordinaire et guidée seulement par les sens les plus primaires".

Nous n’en demandons pas temps. Qu’on ne nous fuie pas, qu’on évite de nous ignorer en face tout en se retournant après s’être croisés près de la fontaine. Voir des amoureux comme des assassins me paraît gougnafier".

Ils profitent de l'absence de Roberte et d’un mois calme en vigne pour se faire plaisir et  se rendre à la Scala, à bord d’un car plein de gays, puisque l’agence organisatrice ne fait que des gaystours. (Petit étonnement de ma part quand même, car pour des personnes découvrant leur homosexualité réciproque au fin fond de la Suisse Romande… mais bon, on va pas chipoter)

Roberte revient après quelques mois passés en Afrique ou elle était allée visiter sa fille, et ou subir quelques transformations esthétiques. A partir de là, fini la tranquillité :

"Roberte n’a plus qu’une mission, vitale pour elle : me faire payer la note de la honte, son ulcération morale".

l’enfer quotidien reprend ses droits et pour le fuir, Paul part vivre chez Roger. La mort accidentelle de Roberte le lendemain de son retour d‘Afrique, laisse la place libre à Roger. Aucun regret ne viendra attrister Paul qui feindra la tristesse non par conviction mais par convenances.

Ce livre est bon et beau. D’une lecture agréable. On sent que l‘auteur connaît parfaitement son sujet. les termes, les expressions sont choisies avec soin. Contrairement à beaucoup de livres traitant d’homosexualité, nul besoin d’écrits imagés. La vulgarité n’a pas sa place

 

A propos de l'Auteur :

Daniel FazanHomme de radio francophone, Daniel Fazan poursuit une longue carrière riche en rencontres fortes.Son humanisme et sa manière peu conformiste de questionner sont sa marque de fabrique.

Auteur déjà de trois ouvrages, dont le très remarqué "Vacarme d'Automne", il se soucie, dans son écriture, de la concision qu'exige la radio ainsi que du charisme des protagoniste de ses romans. Son regard exigeant et malicieux éclaire ses livres d'une lumière très particulière.

 

Posté par chezVolodia à 20:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


03 octobre 2012

Kannnibal - Erik Rémès

9782846281751Quatrième de couverture  :

J'ai commencé par les animaux. Eventrer - étriper - dépecer : je me masturbe toujours en pensant à cette continuité de mouvements, toujours forts excitants. Lorsqu'arrive la puberté, vers l'âge de 12 ans, pervers, un nouvel élément vient s'insinuer dans mon fantasme et l'idée de manger mon prochan finit par s'ajouter tout naturellement à mon rituel.

Le 10 mars 2011, l'Allemagne découvre, effarée, le plus atroce fait divers depuis l'après-guerre. Ralf M., un homme de 41 ans a émasculé, égorgé, dépecé et dévoré un ingenieur berlinois de 43 ans, Karl-Einz B. avec son consentement, à la suite d'une annonce passée sur internet.

C'est à ce faits divers hors norme que s'est intéressé Erik Rémès, remontant dans le passé du cannibale élevé par une mère castratrice, enn proie aux risées des enfants de son âge. S'immergeant dans son personnage, il  nous en montre tous les contours pour tenter de comprendre ce qui pousse un homme à dépasser les bornes de l'horreur. Grâce aux éléments de l'enquête et à divers témoignages, Erik Rémès a reconstitué le drame et les semaines les précédant.

D'une écriture précise et envoutante, Erik Rémès nous fait vivre ces instants de folie où victime comme bourreau communient avec l'horreur.

Editions : Editions Blanche - ISBN : 9 782846 281751 - Broché 205 pages - Prix : 17 euros.

 

 Mon avis : Volodia

Je ne sais quoi penser et du livre et de son auteur. Ce livre est une monstruosité, de par les faits qui se sont déroulés et de la façon dont-ils sont relatés par Erik Rémès. Malgré que je ne sois pas parvenu à "entrer à l’intérieur" de l’histoire en me mettant dans la peau de l‘un ou de l‘autre des protagonistes, j’en ai ressenti les effets, malsains, dévastateurs. Je l’ai lu en 'spectateur" ce qui n’est déjà pas si mal ; Et nombre de fois le dégoût m’est venu aux lèvres au point d’avoir été dans l’obligation de faire des pauses, en fermant le livre, que j’ai réussi à finir par "épisodes".

Ce récit est, nous dit son auteur, un fait divers réel, largement interprété (là il s’est défoulé dans le nauséabond, dans tous les sens du terme) et la description de ce qui je suppose a été portée à la connaissance du public m’a remplit d’effroi. De même, j’ai du mal à saisir comment Erik Rémès a pu écrire un tel livre. Dans quel état d’esprit était-il ? car il semble mettre une certaine complaisance à décrire et à faire des redites sur les perversités de Ralf, l’auteur des faits, et les supplices endurés par sa victime, consentante peut être à mourir, mais certainement pas à être suppliciée d’une telle façon, faisant preuve parfois d’un humour noir plus que douteux dans les dialogues qu’il leur fait tenir ou qu’il leur impute. Et je ne parle pas des recettes de cuisine développées dans le livre à base des chairs et des abats du malheureux Karl-Heinz.

 Ralf (l’auteur des faits comme l’auteur du livre Erik Rémès, insistent sur cette mise à mort désirée, voulue, et donnée par amour. Hum, alors si c’était le cas, comment interpréter ses phases de lucidité dans lesquelles il reconnaît et dit la "puanteur" de telle partie du corps de son amant, les mots orduriers qu’ils lui lancent à la figure alors qu’il est en train d’agoniser..

Erik Rémès relate les faits en se plaçant parfois en spectateur, puis en se mettant en scène dans la peau du supplicié, le faisant parler, en lui prêtant des propos sortis tout droit de son imagination. Puis, il se place dans la tête du bourreau et essaye de nous entraîner dans son univers de perversion et de folie meurtrière.

C’est sans doute ce qu’il voulait démontrer en nous relatant cette sordide histoire. C’est un livre choquant par la cruauté des faits, mais également par la délectation que prend l’auteur à vouloir nous faire pénétrer le sens d’une folie meurtrière et dans sa description. Son parcours intellectuel et professionnel y sont certainement pour quelque chose.

erik remesA propos de l'Auteur :

Journaliste d'expérience, Erik Rémès est titulaire de maîtrises de psychologie clinique et de philosophie. Il a longuement enquêté sur ce qu'il qualifie "d'histoire d'amour hallucinée et psychotique".

Posté par chezVolodia à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juillet 2012

The End - Didier Lestrade

9782207254240_1_75

Quatrième de couverture :

Le sida ne fait plus peur.

Ce constat peut sembler incroyable pourtant, depuis l'arrivée des multithérapies en 1996, la prise de risque dans les relations sexuelles s'est imposée jusqu'à devenir un style de vie : le bareback. Une sexualité libérée passe désormais par le sida. le Préservatif est devenu un repoussoir. Résultat : une nouvelle vague de l'épidémie touche les pays riches. La présention en direction des homosexuels est en train d'échouer, à la faveur notamment du développement du business du sexe et de la multiplication des rencontres sur le web.

 Cet abandon de l'orthodoxie d'une sexualité protégée est l'un des symptômes les plus significatifs de la perte de repère qui affecte les gays. Consumérisme forcené, individualisme aliénant, futilité permanente ne sont que des échappatoires au désespoir et au repli où les homosexuels sont acculés. Au-delà des atteintes du sida, ce dépérissement touche également à l'essence de l'homosexualité. La pornographie, la house-music, l'esprit communautaire, la draque, les sentiments amoureux sont pollués par un état d'esprit délétère qui valorise la dépression.

Les associations de lutte contre le sida semblent désarmées face à l'apologie de la contamination. Bien qu'elles aient pris conscience avec retard des problèmes posés par le bareback, elles seules sont susceptibles de pallier la démission des pouvoirs publics sur le sujet. L'espoir est mince. La place des gays au sein de la société est donc menacée. Une fin éventuelle qui aurait des conséquences désastreuses pour une communauté déjà fragilisée par l'épidémie depuis plus de vingt ans.

Jusqu'à présent, pratiquement personne n'a osé s'élever contre les dérives mortifères à l'oeuvre dans l'homosexualité au nom d'une prétendie liberté d'écrire et d'agir. Ce livre est une défense des valeurs qui devraient fonder les relations entre les gays. Alors que les contaminations reprennent, un débat doit s'ouvrir au plus vite. Il en va du futur des homosexuels. Avec le bareback, l'amour, le sexe et l'épidémiologie sont à nouveaux liés. 

Editions : Denoël - ISBN : 9 782207 25424 0 - Broché 384 pages - Prix 23 euros.

 

Mon avis : Volodia

Il le dit lui-même : «…Ce livre est autant un témoignage de colère sur les homosexuels qui se ne protègent plus, qu’il est une réflexion sur les difficultés amoureuses des homos en général …»

Et ce coup de gueule il le pousse avec raison, à mon sens, car après toutes ces années de lutte pour la prévention en vue d’enrayer la progression du sida, il reste encore des personnes qui ne se protègent pas, par méconnaissance de leur séropositivité, mais également par relapse (abandon du préservatif) alors qu’elles multiplient les expériences et donc les partenaires.

D’autres encore, qui se disent conscients et responsables font l’apologie du barebacking, au nom d’une soi-disant liberté, prévenant ou pas de leur sérologie et n‘hésitant pas à sacrifier sur l‘auteur de leur plaisir, leurs partenaires successifs qu’ils soient déjà séropositifs (alors que le risque de risque de surinfection existe bien) ou séronégatifs. Prétextant que a prise de risque fait partie du plaisir et de la sexualité homosexuelle.

Mais, il n’y a pas que cela d’évoqué dans ce livre, la difficulté des gays à trouver un « mari » y est aussi décryptée. Comment un homme qui fréquente régulièrement les lieux de drague (bars, boites) et plus glauque, les saunas, les back room, ou le choix d’un partenaire se fait uniquement en fonction de ses pectoraux, de son sexe « avantageux », et ou pratiquement aucune parole n’est échangée, ou la consommation se fait sur place devant un nombre x de voyeurs, comment trouver dans un tel contexte l’homme de sa vie ?

Pourquoi, le SM qui était une pratique marginale des homos cuir, se trouve-t-il tout d’un coup au pinacle des relations gays et queer. Le sex hard s’est banalisé, et on assiste à une recrudescence de sida, mais pas également de maladies vénériennes particulièrement contagieuses et dangereuses telles la syphilliis, et quand je vois de petites fiottes, qui pour faire «à la mode» en arborent, sans en connaître véritablement le sens, une partie des tenues vestimentaires, ça me met hors de moi avant de me faire rire.

Le grand fantasme des gays fréquentant se genre d’endroit, c’est la baise, violente, dans sous-sol, un parking, un souterrain, le tout puant la pisse et la merde et si pour couronner le tout on a un beur comme partenaire et qu’on a droit à une tournante c’est le pied. Plus c’est profond, plus c’est crade, mieux c’est. Comment en sommes-nous arrivés là. La perversité est-elle notre apanage ?

Tout ses comportements à risques sont dénoncés dans ce livre. Ils sont malheureusement réels et ne sont pas prêts de s’arrêter, les trithérapies ayant fait reculer la mortalité des personnes contaminées et le cinéma pornographique ayant fait son lit dans la fange.

Et je suis d'accord avec lui. Quand à l'heure actuelle, un jeune qui attrape le sida dit : je ne savais pas...Le préservatif c'est dur à mettre... Non, je n'y crois pas avec toutes les campagnes de prévention, les préservatifs gratuits mis à disposition à l'entrée des bars, des boites, des saunas, (pas toujours des back room), etc...Et puis si tu sais pas mettre ton préservatif demande à ton copain, ça renforcera votre intimité et ça peut être synonyme d'un préliminaire procurant beaucoup de plaisirs, si si, puisque je te le dis.

Didier Lestrade, scrute au microscope toute la communauté homosexuelle. Tout y passe, le consumérisme des gays, les relations amoureuses, sexuelles, le barebacking (qui reste son cheval de bataille), les règlements de compte avec les diverses associations, et surtout avec Guillaume Dustan et Erik Rémès ferveurs défenseurs du barebacking qui lui on fait un publicité d’enfer, au point que baiser safe fait s’arrondir en point d’interrogation les yeux de beaucoup de mecs dans les bars. Didier Lestrade, appui là ou ça fait mal et on comprends mieux pourquoi il gêne, malgré tout ce qu’il a fait pour la communauté gay

Posté par chezVolodia à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ils m'appelaient Fanchette - Jean-Paul Tapie

9782845472433

Quatrième de couverture :

Parce qu'il était un peu différent de ses camarades, Germain Fanchet a été le souffre-douleur de toute sa classe. De la seconde à la terminale, la vie au lycée a été pour lui un enfer quotidien. Les humiliations, les injures, les coups parfois ont fini par le persuader lui-même qu'il était "anormal".

Trente ans ont passé, Fanchet est devenu infirmier aux Urgences. Il a caparaçonné son coeur, il a pratiqué le sport et la musculation jusqu'à en imposér aux autres hommes. Il est devenu cynique et volontiers moqueur et n'a jamais pu vivre une histoire d'amour au-delà de quelques mois.

Et voilà qu'arrive dans son service un accidenté de la route. L'homme est salement amoché, mais Fanchet reconnaît immédiatement son principal tourmenteur, la bête noire du lycée, celui qui, jour apèrs jour pendant trois longues années, à joui de le torturer : Rémi Laurent-Dubreuil. Tout lui revient alors en mémoire, et le projet d'une vengeance définitive, celle qui lavera les offenses faites à toutes les "fanchettes" de la terre, germe bientôt dans son esprit...

Editions : H & 0 - ISBN : 9 782845 472433 - Poche 188 pages - Prix : 5,20 euros

 

Mon avis : Volodia

Il croyait avoir tout oublié, mais il avait simplement appris à composer avec ses douleurs.

... " Les bourreaux croient toujours que leurs victimes ont la mémoire aussi courte que la leur parce qu'elle se taisent. Mais les victimes n'oublient jamais ; elles enjambent..."

L'homme qu'il est devenu s'est construit autour de ce traumatisme. Les heures passées en salle de musculation pour se constituer un corps, pour apprendre à se défendre, tenter d'oublier le collège

"... Je rembourrais mes rares conversations. Je n'en finissais pas de me protéger..."

comprendre sa différence. Et, pour cela il part en Israël 3 ans à la recherche de lui-même, en travaillant dans des kibboutz.

"... Israël  m'a donné une leçon que j'ai retenue : Que l'on peut, que l'on doit même survivre à l'insulte et à la haine ce qui est leur unique façon de leur donner un sens..."

Ce livre s'écrit au présent avec des retours au passé. L'auteur se raconte avec une grande sensibilité. Nous partageons ses émotions au fil des lignes : la peur de la proie, l'humiliation du jeune homme, sa lâcheté provoquée par la non compréhension de ce qu'il est, et pourquoi cet acharnement à son encontre. Ses espoirs d'un avenir et d'un amour plus conforme à ses aspirations, et ses déceptions sans cesse renouvelées à la sortie des saunas et autres bars ou boites gays ou on ne prend même pas la peine de lui parler mais de l'évacuer d'un simple geste de la main eu égard à la banalité de son physique.

Son esprit de vengeance toujours vivace après 30 ans, et qu'il assouvira non en tuant son ennemi, alors qu'il est à sa merci, mais en l'humiliant comme il l'avait été lui, en lui faisant éprouver la peur, "la peur animal de Fanchette".

Posté par chezVolodia à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juillet 2012

HOMOS-GHETTO - Franck Chaumont

Gays et lesbiennes dans les cités - les clandestins de la répubublique.Homos-ghetto

Quatrième de couverture :

Ils s’appellent Nadir, Sébastien, Dialo, Nadia… Ils sont black, blancs ou beurs. Certains rasent les murs, le regard fuyant. D’autres se la jouent viril et vont même jusqu’à casser du pédé à l’occasion. Mais tous ont en commun le mensonge et la schizophrénie liés à leur double vie et à la peur d’être démasqués.

Pour obtenir leurs témoignages, il a fallu deux années d’enquête à Franck Chaumont. Deux ans de rendez-vous manqués, de téléphone raccroché au nez, d’attentes vaines dans des bars ou des gare… Car en parlant ils risquaient tout, leur honneur, bien sûr. Mais aussi leur vie.

Si certains ont osé, c’est dans l’espoir que nous sachions… Que les politiques, les citoyens , les notabilités homosexuelles dans les centres-villes sachent qu’à deux ou trois stations de RER, la République Française a abandonné certains de ces enfants ; être un garçon ou une fille homo dans les cités de France est un crime passible des pires châtiments.

Les gays et lesbiennes des cités ghettos de France sont aujourd’hui les clandestins de notre République !

Au-delà du cri de détresse d’une population souvent exclue, victime du chômage et des discriminations, ce livre dresse un portrait terrifiant de nos banlieues gangrenées par la misère sociale, éducative, affective et sexuelle.

Editions : Le Cherche-midi - ISBN : 978 2 7491 - 0943 - 5 - Broché 199 pages - prix : 15 euros

 

Mon avis : Volodia

J'ai apprécié à sa juste valeur le travail fourni pour écrire ce livre et l'abnégation de son auteur. Toutefois, je n'éprouve aucune empathie pour les situations évoquées lors du recueil des témoignages qui relèvent plus de cas sociaux que du réel problème de l'homosexualité.

Nadia : "...43 ans, lesbienne, seule dans un 2 pièces ayant 7 chiens dont 3 rotweillers, en procédure d'expulsion pour des loyers impayés..."

Majid: "... Tu vois, j'aime pas les pd qui s'assument, qui tordent le cul à casser les murs..."

et  j'en passe et des meilleurs...

L'auteur a mené son enquête exclusivement dans les banlieues ghetto comme il le dit lui-même, ce qui veux dire, les banlieues regroupant le plus de cas sociaux et par la même occasion de diversités ethniques au m2. Banlieues ravagées par les gangs, la drogue et les trafics en tout genre. Vu le parcours professionnel de l'auteur je comprends mieux son choix et ses motivations à vouloir nous faire partager le quotidien de personnes qui au travers de leurs témoignages se montrent sous un jour aussi peu intéressantes que sympathiques, mais qui font montre, tout de même, de lucidité quant à leur situation.

"...T'es rebeu, t'es une pute...". Le portier m'a dit : "... Les putes rentrent pas ici !..."

Aussi, bien qu'il nous démontre parfaitement comment ces banlieues se sont refermées sur elles-mêmes, il n'en reste pas moins que ce sont les habitants eux-mêmes qui les ont ainsi transformées, qui ont institué des codes qu'ils soient vestimentaires, de langage, et qui refusent d'en changer. Ils le disent, eux-mêmes, ce sont des ghettos ouverts dont ils pourraient en sortir s'ils le voulaient et avec suffisamment de volonté, mais bien peu le souhaitent, famille, copains, repères et trafics en tous genres. C'est trop facile d'accuser la société, la République de les avoir abandonnés. 

Il y a toujours eu des pauvres, et des immigrés en France, et ce à n'importe qu'elle époque, de toutes races et de religions et il y en aura toujours, mais chaque communauté a réussi à force de courage et de volongé à trouver sa place et à y vivre convenablement. Mais cela parce qu'elles l'ont voulu avec force et courage, contrairement à d'autres qui veulent tout mais ne donnent rien de bon en échange.

Pauvreté ne veut pas dire, "racaille" et c'est sur cela que l'auteur aurait du insister. Car les témoignages cités dans ce livre ne font que conforter l'opinion de ceux qui les méprisent.

Je vais d'ailleurs créer une page sur ce blog relative à ce livre

 Franck Chaumont :

A propos de l'auteur :

Franck Chaumont a été journaliste à Beur FM puis RFI avant de diriger la communication du mouvement Ni putes ni soumises jusqu’en 2007. Homo-Ghetto est son premier livre.

 

Posté par chezVolodia à 20:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juillet 2012

Bougres et Tribades - L'homosexualité au XVIIIème siècle - Nicole Masson - Patrick Cardon

 P1100301 (375x500)

Quatrième de couverture :

Au XVIIIème siècle, les homosexuels, hommes et femmes, vivent des expériences pour le moins contrastées. "Vice à la mode" à la cour et dans l'aristrocratie, orientation sexuelle liée à la débauche la plus infâme dans l'opinion commune, crime social puni de mort, il est bien difficile aujourd'hui d'imaginer la vie des bougres (homosexuels) et des tribades (homosexuelles).

Bougres et tribades mêle tous les genres que se disputaient les libertins pour évoquer le règne du "péché philisophique", comme l'appelle Voltaire. On trouve ici parfois des propos grossiers et insidieux que l'on qualifierait aujourd'hui d'homophobes, mais qui démontrent l'intensité de la vie homosexuelle avec ses lieux, ses modes de vie, ses expressions et l'on peut lire de véritables manifestes en faveur de lajouissance, sous toutes ses formes. Les problèmes sont déjà posés d'une manière très moderne : affirmation de soi face à un discours moral, judiciaire, religieux ou médical, souffle de liberté revendiquée, enjeux politiques.

Editions : Au Chêne - ISBN : 978 2 81230 588 7 - Prix : 15,50 euros.

 

Mon avis : Volodia

 P1100302 (500x375)

Ce livre est non seulement instructif mais également très plaisant et distrayant à lire. Il se présente comme un "écrin", en format "missel" que l'on peut glisser très aisément dans une poche, son édition en est soignée et de qualité (papier, tranches des feuilles dorées, gravures).

Les textes répertoriés sont des extraits de procès judiciaires, de journaux, de lettres personnelles, voire de traité et d'encyclopédie, et sont assez "croustillants" non pas leur érotisme, mais dans la façon de l'exprimer : P1100304

"un garçon, il faut qu'il soit bien nu,

 Souvent on trouve, c'est connu,

 Superbe tête et vilain cul !"

Et on y constate que l'homosexualité pourtant si fortement décriée et cruellement punie, était somme toute chose assez commune. On y parle aussi d'hermaphrodisme mais non en tant qu'individu, qui plus est souffrant, mais plutôt en terme de curiosité, les ramenant tout simplement à des "cas".Nous y découvrons également, l'origine, non dénuée d'intérêt, du nom de "bougres". 

NICOLE MASSON

A propos des auteurs :

Nicole Masson, spécialiste du XVIIIème siècle et  professeur d'Université à la faculté des Lettres et Langues de Poitiers et membre de l'équipe FoReLL (EA 3816).

Spécialiste de Voltaire, d'histoire du livre et de poésie au XVIIIe siècle, elle est l'auteur, notamment, de La Poésie fugitive au XVIIIe s., Champion, 2002 et elle préside la Société Rétif de La Bretonne

 

Patrick Cardon

Patrick Cardon est titulaire d'un diplôme de sciences politiques et d'un doctorat de lettres. Militant de la cause homosexuelle il est éditeur chez Gaykitchcamp de textes aujourd'hui introuvables.

Nicole Masson et Patrick Cardon ont coopéré pour choisir des déclarations époustouflantes, des anecdotes cocasses, mais aussi des récits touchants, troublants et étonnants.

 

Posté par chezVolodia à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,