09 novembre 2015

Hombres - Paul Verlaine

9782845471078C'est à une nouvelle lecture des fameux poèmes éotiques de Verlaine célébrant les amours masculines que nous invite Steve Murphy, professeur de littérature française à l'Université Rennes 2, spécialiste du poète et rédacteur en chef de la Revue Verlaine.

Réfutant l'idée reçue d'un recueil posthume amorphe, il se livre à une véritable enquête sur la genèse de ce petit volume sulfureux et met en lumière les stratégies de provocation du poète. Il explique également les nombreuses locutions argotiques qui parsèment ces poèmes et souligne l'humour corrosif, le mélange décapant d'érotique et d'obscène qui donnent à ces textes, présentés ici le plus fidèlement possible aux originaux, toute leur "scandaleuse efficacité".

Editions : Vilo - ISBN : 9 782845 471078 - Poche 127 pages - Prix : 4,90 € 

Mon avis : Volodia

Surprenant, obscène à la limite du supportable, les poêmes contenus dans ce livre sont beaux, la beauté du corps masculin y est sublimée, quant à son amour, il est cru, sans métaphore. A ne pas mettre entre toutes les mains, et surtout pas celles de mineurs. Toutefois, la pondibonderie n'est guère de mise au lecteur parcourant ces pages. Si vous vous sentez l'âme d'un poête, que vous désirez chanter les charmes de l'être aimé, bonne lecture, ce livre vous est destiné.

Je ne peux résister au plaisir de vous faire lire un avant goût de ce que vous pourrez y trouvez : 

Le Sonnet du Trou du Cul  - par Arthur Rimbaud et Paul Verlaine

(En forme de parodie d'un volume d'Albert Mérat intitulée l'Idole où sont détaillées toutes les beautés d'une dame)

Obscur et foncé comme un oeillet violet

Il respire, humblement tapi parmi la mousse,

Humide encor d'amour qui suit la pente douce

Des fesses blanches jusqu'au bord  de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait

Ont pleuré, sous  l'autan cruel qui les repousse,

A travers de petits caillots de marne rousse,

Pour s'en aller où la pente les appelait.

Ma bouche s'accoupla souvent à sa ventouse,

Mon  âme, du coït matériel jalouse,

En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée et la flûte cäline,

C'est le tube où descend la céleste praline,

Chanaan féminin dans les moiteurs éclos ! 

 

Posté par chezVolodia à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


05 octobre 2015

La Nuit des Princes Charmants - Michel Tremblay

 

51kSVT7obgL

Quatrième de couverture :

Une soirée d’opéra - au programme, Roméo et Juliette - qui se transforme en odyssée nocurne au cœur de Montréal, et voilà Jean-Marc, le narrateur de cette histoire, cynique Candida, courant à la perte de sa virginité.

Du café El Cortijo au cabaret des Quatre Coins du Monde, Michel Tremblay nous propose le parcours initiatique d’un jeune « beatnik » qui découvre un monde burlesque, de folie et de transgression, où les passions se déchaînent, où partout éclatent le mensonge et la vérité dans l’urgence du désir.

Editions : Babel - ISBN : 9 782742 726196 - Poche 242 pages - Prix : 7,70 €

Mon avis : Volodia

Jean-Marc 18 ans est amateur d’opéra. Bien que fréquentant les parcs publics pour des rencontres furtives, il est toujours le seul homosexuel de « sa gang » et surtout puceau. Toutefois, timide, il ne sait pas comment en rencontrer d’autres. C’est à l’occasion d’une sortie à l’Opéra, sans ses parents qu’il décide de jeter sa gourme. Issu d’une famille pauvre de Montréalais francophone, il lui faut d’abord obtenir l’argent de sa mère pour réserver sa place à l’unique représentation de « Roméo et Juliette de Gounod » chantée par la grande vedette Pierrette Alarie, voire repérer les éventuels princes charmants possibles. 

Le grand soir arrive et Jean-Marc après « s’être fait beau » avec son « petit pantalon serré » et son « os de veau » en pendentif, s’y rend plein d’espoir, persuadé d’être « fun ». Après un spectacle catastrophique tant par la mise en scène, les décors que le jeu des acteurs (ce qui nous vaudra un récit de critiques citronnées de sa part, d’autant qu’il se sent en décalage avec les m’as-tu vu assistant au spectacle). Il rencontrera François Villeneuve, un jeune acteur amateur et chansonnier de talent en qui il voit déjà l’élu. Mais, il est attiré également par Alan Montréalais Anglophone, qu’il n’a pu draguer à l’opéra en raison de la présence de sa mère, et qui fait l’effort de parler français. François ou Alan, son cœur balance… 

S’ensuit un inénarrable périple effectué clopin-clopant (Jean-Marc s’est cassé la figure sur la glace, en courant après François) à travers Montréal : de l’opéra, à un cabaret de chansonniers, d’un bar gays, à un cabaret de travesties. Le tout raconté dans le phrasé si particulier et jouissif des Canadiens francophones, Jean-Marc qui n’a pas la langue dans sa poche, enchaine les réparties et les commentaires qu’il se fait à lui-même sur ce qu’il voit, ce qu’il ressent, quant à son attitude, au fil des évènements. La sexualité y est exprimée sans fard, sans toutefois verser dans la pornographie. 

Le retour à la maison après cette nuit de folie (malgré les innombrables atermoiements et excuses envisagées) pose également problème pour Jean-Marc qui n’a jamais découché et a peur d’affronter sa mère, maîtresse femme, qui le considère encore comme « son petit garçon. 

Ce roman sous le ton de l’humour, nous dévoile également que l’homosexualité peut ne pas se vivre cachée, sans honte, car François dans ses chansons, n’hésite pas à exprimer son orientation sexuelle ce que ses amis hétéros acceptent. Il nous dévoile également les rivalités linguistique et sociale entre Canadiens francophones et les Canadiens anglophones, les premiers ne souhaitant pas utiliser l’anglais pour se faire comprendre et les seconds s’estimant « supérieurs », avec un niveau de vie semble-t-il plus aisé. 

A lire impérativement, peut être un des meilleurs romans de Michel Tremblay. 

Posté par chezVolodia à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 septembre 2015

Dans ma chambre - Guillaume Dustan

1497671_4622848Il s'agit du premier roman de Guillaume Dustan. Essentiellement autobiographique qui nous fait pénétrer dans l'intimité de la vie de l'auteur. Ses journées entières à pianoter sur minitel, pour rencontrer des "coups d'un soir". Des soirées et des nuits à se droguer, à s'envoyer en l'air avec des types qu'on drague et qu'on ramène chez soi comme des courses du supermarché.

C'est un livre cru, certains diront érotiques, d'autres dont je fais parti le jugeront pornographique, mais avec quelque chose d'autre que du cul et des performances sexuels, autre chose que la trivialité de l'auteur. Il est le reflet d'une époque en pleine période sida, une époque ou dans le milieu gay, tout le monde couche avec tout le monde, ou l'on ne s'étonne plus d'être séropositif et ou c'est la minorité qui est séronégatif. Une époque ou l'on commente la mort d'un tel avec une certaine indifférence. Une époque ou après l'étonnement, la peur et l'hécatombe des premiers cas de sida, un traitement vient de faire son apparition et l'on se reprend à espérer avoir encore quelques années à vivre, à profiter de tout ce qu'elle nous offre y compris ses excès. Car malgré la maladie, personne ne songe à changer ses habitudes, et l'on continue à draguer, à se shooter,  à "coucher" avec ou sans capotes, fréquenter les back rom du "Transfert" et du "Qg".  

Dustan, nous dévoile ses goûts à la limite de la violence dans le fantasme, les codes sado-maso et cette quête effrénée de mecs, de culs, de sperme et de drogues, toutes les drogues (popers, extasy, acide, cocaîne) qui circulent semble-t-il librement et que l'on offre ou s'offre comme on le ferait d'un verre.

Les descriptions torrides de scènes d'amour entre deux hommes, la description du "matériel" contenu dans ses placards, les initiations éprouvantes d'un partenaire. Nous assistons à une quête sans fin dans lequel Dustan semble se perdre à la recherche d'un amour impossible ?

Ce livre n'a pas les qualités littéraires que l'on s'attendrait à trouver chez n'importe quel auteur. Il n'a pas de style, pas de ponctuations, les phrases sont décousues, parfois incompréhensibles. Mais c'est un livre fort. Dustan a ce don de nous prendre aux tripes, de nous faire partager sa vie au point de s'oublier soi-même ce qui pour moi est assez est rare et,  j'ai aimé !

Editions : P.O.L. - ISBN : 9 782867 445255 - Broché 155 pages - Prix 14 euros

 

277192_192628567426080_4258714_nA propos de l'auteur:

Guillaume Dustan, de son vrai nom William Baranès est né en 1965 à Paris. Il y est décédé en 2005 après avoir avalé par accident une surdose médicamenteuse (version officielle). Il a exercé la profession de Magistrat avant de se tourner vers l'écriture puis l'édition.

Il cré au Editions Balland, le Rayon Gay, qui deviendra par la suite "le Rayon" qui sera la première collection entièrement  LGBT éditée en France. Une cinquantaine de titres y seront publiés avant sa fermeture en 2003.

En 1999 il reçoit le prix de Flore pour son roman "Nicolas Page". Sa renommée s'est accru en raison de sa position sur le barebacking, littérallement "monter à cru" ce qui lui vaudra les foudres de Didier Lestrade de l'association de lutte contre le sida Act Up.

Posté par chezVolodia à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 septembre 2015

21e SEX - Erik Rémès

1540-0

Quatrième de couverture :

Le 21e Sex est un roman porno-philosophique, un ouvrage politique qui tache bien les draps, parce qu'à travers la sexualité, et notamment une homosexualité dépravée, toxicomane et juteuse, ce sont tous les rapports de pouvoir qui se mettent en branle dans nos sociétés dépressives et anxiogènes sur le déclin.

Le 21e Sex est tout à la fois un roman gay, une histoire d'amour passionnelle et poétique sur fonds de drogues et d'orgies, ainsi qu'un pamphlet sur l'homosexualité et la place qu'elle tient dans la société.

 

Editeurs : Textes Gays - ISBN : 9 79102940073 - Broché : 192 pages - Prix 14 €.

 

Mon avis : Volodia 

C’est un livre trash, un dégueuloir jeté à la face des bien-pensants, éructé avec force, rage et colère mais également émaillé d’un humour acide, de celui qu’on redoute, mais qui a les accents de la vérité.

Que l’on aime ou pas Erik Rémès on n’en attendait pas moins de lui. Fidèle à son image d’auteur sulfureux qui n’hésite pas à mettre le doigt là où ça fait mal, sans souci du politiquement correct. Il en aurait été autrement, nous aurions été déçus. Mais force est de convenir qu’il a raison sur bien des points. Pas sur tout bien sûr, mais sur une grande partie de ce qu’il énonce dans son livre, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il connait parfaitement son sujet et le milieu homosexuel, ses pratiques y compris les plus inavouables.

 Toutefois, comme toutes ces grandes figures de la scène homosexuelle qui ont connu la répression, qui ont milité pour la libération sexuelle, pour enfin de nos jours accéder à une reconnaissance, sinon à une acceptation (loin d’être totale, mais du moins partielle) d’une sexualité que l’on dit particulière, il  n’exprime par sa voix que les résultats d’une analyse de la société vue que par une certaine communauté d’homosexuels. Erik Rémès est resté bloqué dans les années 80. 

Je lui reproche un peu d’avoir une opinion toute faite et méprisante sur une partie de la communauté homosexuelle, celle qu’il qualifie d’intégrationniste, qui se suffit des droits obtenus et n’aspire qu’à vivre comme les hétéros, des petits bourgeois. Le monde évolue, les gays aussi, et le fait de vouloir se fondre dans la société fait partie de cette évolution, et puis tous les gays ne pense pas cul. Tous les gays ne fréquentent pas le milieu, spécial et assez glauque, il faut bien l’avouer, des hardeurs, des slameurs. Tous ne pratiquent pas le sexe pour le sexe. Tous n’ont pas l'ambition d’être des performers, des bêtes de sexe (pour ma part, je préfère jouer les jardiniers que les maquignons), de se droguer au risque de friser la folie pour atteindre une extase sexuelle ou plus simplement pour oublier leur solitude. Et enfin, ce n’est pas parce qu’on est homosexuel qu’on doit pratiquer la sodomie. A y est le mot est lâché ! Hum oui d’après Erik Rémès un hétérosexuel est un gay qui ne pratique pas la pénétration ??? Ah bon ! Faut-il entendre qu’un homosexuel qui ne la pratique pas est hétéro ? Je le rassure, on peut aimer son compagnon, se donner, être à lui  corps et âme sans cette pratique, si si puisque je vous le dis ! Hum on peut être sexologue et n'avoir pas toutes les réponses, l'amour est complexe .... 

Dans ce livre, Erik Rémès aborde tous les sujets de ce qu’on pourrait appeler la culture LGBT, y compris le plus important à mon sens, la santé.  Quand on parle santé on parle prévention et là les sujets qui fâchent ne manquent pas. Des campagnes de prévention inadaptées aux nouvelles pratiques, et à la recrudescence des maladies qu’on croyait disparues telles la syphilis, l’hépatite C, et autres maladies vénériennes. Le bareback abordé de façon ligth où j’ai bien compris qu’il s’agissait de donner au partenaire le libre choix de mettre ou non une capote, et surtout ne pas le déresponsabiliser quant au choix qu’il fera. Alors là même si je comprends sa pensée, je n’approuve pas. Beaucoup sont inconscients, pour diverses raisons : alcool, drogues, amour, confiance. Il faut le reconnaître car malheureusement, ça existe, des salopes qui ont attrapé une cochonnerie  et se fichent de la refiler si ne n’est par égoïsme de leur propre plaisir, par inconscience ou bien par vengeance. Donc là contrairement à Erik Rémès je suis pour traîner ces personnes en justice. Quand aux nouveaux traitements permettant à un séropositif de ne plus être contaminant petit bémol, ils ne préservent pas des autres maladies vénériennes donc… ! 

Ce livre est intitulé roman, j’ai toutefois la nette impression que la fiction et la réalité s’entrecroisent voire se confondent, car on ne peut nier la réalité des évènements historiques et manquer de faire des rapprochements, que l’auteur laisse échapper intentionnellement ? 

Certains passages sont non seulement difficiles à lire, mais à comprendre, notamment l’intimité de son couple dévoilée, ses violences dues à la consommation de drogues, ses plans culs, d’autant que l’auteur est titulaire d’une maitrise de psychologie…Mais j’ai aimé ce livre, malgré son manque de style, ses redites, ses outrances, sa violence, sa part d’exhibitionnisme, son indécence, mais également et surtout pour sa sincérité. 

Posté par chezVolodia à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juin 2015

Le chant d'Achille - Madeline Miller

978_2_91954_726_51_270x395Quatrième de couverture :

Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu'Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l'amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible.

Quand à l'appel du roi Agamemnon, les deux jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l'un et la colère de l'autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre... Au risque de faire mentir l'Olympe et ses oracles.

Editions : Pocket - ISBN : 978 2 266 25243 0 - Poches 480 pages - Prix : 7,90 euros.

 

Mon ressenti : Indiangay

L'Illiade, qui ne connaît cette merveilleuse épopée d'Homère dans laquelle s'affrontent/et ou s'allient selon les circonstances, les hommes, les Dieux et  demi-Dieux ; Mais qui connaît l'histoire plus personnelle des héros un peu en retrait de la guerre de Troie ?

C'est au travers des yeux de Patrocle que l'auteure nous conte  une version romancée de la destinée d'Achille et Patrocle unit depuis l'enfance par une amitié plus que fraternelle, dans une Grèce  où les hommes  étaient férus  de combats, de gloire et fiers, à la limite de l'arrogance, de leur naissance.

A l'époque ces amitiés particulières étaient courantes, mais ne perduraient pas au-delà de l'adolescence, au risque de voir ses protagonistes moqués et méprisés. L'amour que porte Achille à Patrocle et vice versa, va défier le temps, les hommes et les Dieux, sans pour autant porter atteinte à leur virilité, leur honneur, et sera respecté par leur entourage au grand dam de Thétis, néréide et mère d'Achille qui estime que Patrocle n'est pas "à la hauteur" de son fils, et qui a fait tout ce qui était en son pouvoir pour les séparer.

Pour un premier roman, Madeline a "tapé fort". Elle a su nous raconter l'amour puissant qui unit nos deux héros, la guerre de Troie venant en arrière plan, sans mièvrerie, avec beaucoup de finesse et de pudeur, tout en préservant leurs qualités virils et leur sens du devoir.

J'ai beaucoup aimé et dévoré ce livre qui m'a fait me replonger dans la Mythologie Grecque et, retrouver les récits et personnages qui ont enchanté mon enfance et mon adolescence. C'est beau, bien écrit et tout et tout. Ne surtout pas y voir un éloge à l'homosexualité ou une quelconque revendication militante lgbt !

 

Posté par Indiangay à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 mai 2015

Le baiser de la femme araignée - Manuel Puig

LE BAISER DE LA FEMME ARAIGNEE

Quatrième de couverture :

Molina, homosexuel arrêté pour attentat à la pudeur parle, et Valentin le militant de gauche en cheville avec des groupements politiques clandestins, écoute. Derrière les murs et les barreaux de la prison de Villa Devoto, le dialogue est leur seul échappatoire.

Molina raconte à Valentin les films qu'il a vus, quand la liberté n'était pas un mirage lointain, et de tous les détails dont il se souvient. Les récits merveilleux, les histoires étranges, le suspense, les stars aux visages d'ange.

L'imagination dans la nuit poussiéreuse de leur cellule est comme un avant-goût de liberté qui les attend peut être. Mais malgré la complicité qui lie les deux hommes, Molina n'a pas encore fait tomber le masque...

Editions : Points - ISBN : 978 2757 8317 86 - Broché 50 pages - Prix : 8,70 euros

 

Mon avis : Volodia

Deux prisonniers partagent un cellule dans l'Argentine de la dictature militaire : Molina, étalagiste homosexuel, personnage frivole et égocentrique, emprisonné pour corruption de mineur, et Valentin, accusé de subversion et obsédé par la femme qu'il a abandonné pour s'engager dans la lutte révolutionnaire.

Pour oublier les séances de torture auxquelles ils sont régulièrement soumis, Molina commence à raconter à Valentin les intrigues des vieux films romantiques qu'il adore. Réticent au départ, Valentin rejoint Molina à l'intérieur de cet univers glamour et sentimental, attendant la prochaine histoire avec impatience. Molina, lui, finit par embrasser la cause de Valentin.

Le face à face des acteurs avec la violence de Valentin mis en parallèle avec la "fluidité" de Molina est parfois insoutenable. La situation des personnages des scénarios de Molina reflétent la relation entre les deux hommes, qui passe de l'indifférence à l'amitié, de la compassion à l'amour.

Une rencontre fascinante entre la question du "compromis" essentielle aux débats politiques et les prérogatives de la fantaisie et de l'imagination.

Posté par chezVolodia à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La piscine-bibliothèque - Alan Hollinghurst

 

9782226314581m

Quatrième de couverture :

Véritable bombe littéraire qui suscita les passions lors de sa parution en Angleterre. La piscine-bibliothèque est le premier roman d'Alan Hollinghurst. Lauréat  du Man Boocker Prize pour La ligne de beauté et prix du Meilleur Livre Etranger pour L'enfant de l'étranger, il est depuis considéré comme l'un des plus grands romanciers anglais contemporains.

Introuvable en France depuis plus de dix ans, cette oeuvre majeure reparaît dans une nouvelle et magistrale traduction établie en collaboration avec l'auteur.  Elle nous plonge dans l'atmosphère  débridée du Londres des années 1980, avant que le sida ne décime la communauté homosexuelle.

Au bord de la piscine du Corinthian, lieu de drague et de sexe, un jeune dandy extraverti rencontre un homme plus âgé, puissant et conservateur, qui lui demande d'écrire sa biographie.

Editions : Albin Michel - ISBN : 9 782226 314581 - Broché 534 pages - Prix : 26 €.

 

Divers avis :

"Certainement le meilleur roman jamais écrit par un auteur anglais sur l'homosexualité"

Edmund White, Sunday Time

"Le premier roman en Angleterre à avoir abordé l'homosexualité dans un contexte moderne... Un roman historique et précurseur"

The Guardian

 

 Mon avis : Volodia

Ce roman est un récit exubérant de l'homosexualité telle qu'elle était vécue en 1983 et réflète l'hédonisme du dernier été du genre avant que la crise du sida ne se déclenche réellement. Ce roman, assez tras, se complait dans la compagnie d'hommes et dans le sexe homosexuel.

Deux vies sont opposées, celle de Lord Nantwich, ancien administrateur colonial en Afrique et celle de William Beckwith, jeune homosexuel indépendant.

Après avoir sauvé la vie de son ainé, William accepte d'écrire sa biographie et prend possession de ses journaux. Ceux-ci offrent un récit parallèle et les ressemblances dérangeantes qui unissent la vie des deux hommes, malgré la différence de génération, deviennent de plus en plus évidentes. Le racisme et les insultes persistent. Quinze ans après la légalisation de l'homosexualité, les homosexuels sont toujours persécutés et l'arrestation d'un ami de William par un policier en mission clandestine, lui-même gay, fait écho aux circonstances qui ont valu à Nantwich un séjours en prison en 1950.

Malgré une liberté licencieuse, l'oppression n'est jamais très loin dans ce roman, et le soupçon de nostalgie vis-à-vis de cette dimension érotique qu'offre l'illégalité met en évidence la complexisté du désir. Le bémol mis à la libération homosexuelle contemporaine par les dangers de pratiques homosexuelles illicites nous rappelle que loin de sombrer dans l'autosatisfaction, nous devons tant aux défaites passées qu'aux victoires présentes.

Posté par chezVolodia à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 avril 2015

Queer - William Burroughs

 

412vSU7uK1L__SY344_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture :

"J'avais écrit Junkie dans une intention évidente : relater en termes très précis et aussi clairs que possible mon expérience de la drogue.

Les motivations qui me poussèrent à écrire Queer étaient plus complexe et viennent seulement de m'apparaître. Pourquoi vouloir relater avec tant de minutie des souvenirs aussi pénibles, aussi déplaisants, aussi déchirants ? Si j'ai bien écrit Junkie, j'ai l'impression que mon existence se trouve transcrite dans Queer. J'ai également pris grand soin de m'assurer les moyens de continuer à écrire, histoire de mettre les choses au net... l'écriture peut fonctionner comme vaccination préventive..."

Editions : Christian Bourgeois - ISBN : 978 2 267 02118 9 - Poche  202 pages - Prix 7,10 €.

Mon avis : Volodia

Je me suis ennuyé dans ce livre, déjà lors de l'introduction assez conséquente (une cinquantaine de pages) destinée à nous présenter l'oeuvre et dans quelle contexte elle avait été écrite, puis dans les nombreuses digressions faites par le personnage principal.

L'histoire se passe au Mexique. Bill Lee, Américain quarantenaire oisif erre sans but dans le pays, de bar gay en bar gay, sans en apprécier ni l'ambiance ni la clientèle trop efféminée à son goût. Drogué jusqu'à la moelle et homosexuel à tendance pédéraste, il jette son dévolu sur Allerton, jeune homme dont il s'éprend de manière obsessionnelle, qui dans un premier temps repousse ses avances, pour finir par y céder, selon son humeur du jour.

Lee ayant essayé nombre de drogues entend parler du yage, plante aux vertus hallucinogènes qui prodiguerait à ses consommateurs des dons de télépathie, que les soviétiques et les américains utiliseraient aux fins de recherches scientifiques.

Il propose donc à Allerton d'aller, tous frais payés et sous conditions que celui-ci accepte ses ardeurs deux nuits par semaine, à la recherche de ladite drogue. S'ensuivent des pérégrinations dans toute l'Amérique du Sud, l'Equateur avec pour paysage, les mêmes villes crasseuses peuplées de populations laides et pauvres. La brousse, la jungle, la chaleur moite, les bouges à putes et des gamins "roués" s'ébattant au bord du fleuve jaune, où sont amarrés pirogues, bateaux rouillés et parfois quelques voiliers luxueux. Après quelques jours de recherches infructueuses, les populations locales se montrant méfiantes, ils reviendront au Mexique et se sépareront.

Ce livre est triste, sans réel intérêt, nous dépeignant un pays ou allait se perdre tous ceux qui avaient maille à partir avec la justice dans leur pays d'origine, ou tout se vendait et pouvait s'acquérir (y compris les services de l'Etat) à partir du moment ou on y mettait le prix. C'est une mise en scène du désir inassouvi, du rejet - Allerton étant un amant peu enthousiaste - et de la dépendance à la drogue. On sent qu'il a été écrit par un auteur d'un certain âge. Par ailleurs, ce récit n'aurait pas eu lieu, me semble-t-il, si l'auteur n'avait pas fait de la prison aux USA pour avoir accidentellement tué son épouse. C'est à sa sortie qu'il choisit  d'oublier et de se faire oublier en partant au Mexique,

 

Posté par chezVolodia à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 mars 2015

Travesti - David Dumortier

Travesti

Quatrième de couverture :

Néant.

 

Editions : La Dilettante - ISBN : 978 2 84263 700 2 6 Broché 254 pages - Prix : 17 euros

 

 

Mon avis : Volodia 

Hum, voilà, voilà, j’ai mis un temps certain temps à lire et finir ce livre dont je ne sais quoi penser !

Amoral, ce livre l’est incontestablement, mais pas que, de ces écrits se dégage une certaine forme de poésie. Lui faudrait-il comme le lotus, la boue pour pouvoir éclore et s'épanouir ???

Dans cette autobiographie, l’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère dans ses révélations. Poète écrivain le jour, il devient travesti prostituée la nuit, pour subvenir à ses besoins, mais surtout financer son activité de poète qu’il souhaiterait exercer à plein temps. Il lit du reste ses poèmes dans les écoles avec l’accréditation de l’Education Nationale.

Maîtresse Sophia lève ses clients par internet, dans la rue. Ce ne sont pas des hommes riches mais des employés modestes : livreurs de pizzas, coursiers, vendeurs de téléphone, et autres …essentiellement maghrébins ou africains, qui trouvent en venant chez elle une compréhension, la possibilité d’être eux-mêmes sans engagement, sans être jugés,  ce qui leur est refusé par la société extérieure en raison de la pression sociale liée à leur origines, leur religion. Il lui arrive également d’être généreuse avec eux s’ils n’ont pas de quoi payer la prestation et c'est selon, si le Monsieur concerné lui plait vraiment...

Salope au lit (c’est elle qui le dit) elle soigne son apparence à grand renfort de rouge à lèvres, de perruque,  ne lésinant pas sur les strings et les guêpières affriolantes. N’hésitant pas à se refuser si elle en a décidé ainsi, ou si elle perçoit un attachement d’un de ses clients, car Maîtresse Sophia se veut libre !

Ce livre est une claque à la bienséance. David Dumortier est féroce, salace, mais lyrique en diable.  Nous sommes loin de la (du) pauvre prostituée (é) accidentel accablé de maux. Il a choisi librement ses métiers, tous ses métiers. Il assume tout.

 

Posté par chezVolodia à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mars 2015

Le journal du Sida - Chroniques 1994/2013

cover225x225

De 1994 à 2013, le journal du Sida a publié 124 chroniques de Didier Lestrade. C’est le seul témoignage de la vie d’une personne séropositive sur une si longue période, presque vingt ans, un document quasi puisque très peu de lecteurs ont eu accès à ces archives.

A travers ces textes très intimes, on découvre la lutte communautaire contre l’épidémie des années 90 tandis que les années 2000 sont celles de la renaissance au centre du grand débat sur la prévention.

Pour cette édition, chaque année comporte des références d’articles qui permettent de mieux comprendre le contexte de l’époque. Sans oublier des liens musicaux et autres archives qui enrichiront la lecture du dernier livre de l’auteur sur le thème du sida

 

Editions : Ce livre a été autoédité par Didier Lestrade. Vous pouvez le commander par internet et à la librairie « Les Mots à la Bouche » au prix de 19,99 euros la version papier et de 4,99 en version epub.

 

Mon avis : Volodia

Ces chroniques oscillent entre journal intime et retranscription d’évènements avant, pendant et après la virulente épidémie du sida.

Dans ce livre Didier Lestrade, nous rappelle, ou pour ceux comme nous qui étions trop jeunes ou pas nés, comment des hommes qui n’étaient pas médecins prirent leur destin en main en allant s’informer, travailler,   avec les chercheurs et les laboratoires, sur la recherche de traitement, jouer les cobayes pour les essais thérapeutiques à mener, en même temps qu’ils traduisaient en langage accessible aux profanes, les termes techniques, décrivant les symptômes de la maladie , tout en expliquant le rôle des médicaments et leurs effets secondaires, et ce malgré le ton supérieur des «grands spécialites.» 

Ils n’étaient plus des victimes résignées, spectateurs de leur propre mort, mais combattants et relayeurs de l’information. Pour nous permettre de suivre l’évolution de la maladie et des progrès dans sa prévention, le livre est répertorié de façon rigoureuse par année, en citant les évènements s’y rapportant ainsi que les liens nécessaires pour approfondir, ce qui rend sa lecture agréable tout en conservant son importance, mais en évitant une certaine lourdeur, eu égard à la complexité et à la sévérité du sujet.

Bien évidemment quand il s’agit de prévention, le bareback est largement pointé du doigt comme vecteur important de la contamination que ce soit au vih mais également à toutes autres maladies vénériennes. De même que sont cloués au piloris ceux qui non seulement le pratique mais en font l’apologie. Et là je dois bien reconnaître comme justifiée, la colère, de Didier Lestrade, militant de la première heure à s’être battu (et qui se bat encore)  envers et contre presque tous pour éviter que cette pratique ne s’étende, et ce malgré des adeptes qui l’encense et se justifient au motif que chacun est responsable de sa santé…  Il y a des coups de gueule compréhensifs, le dégoût, la démotivation puis l’indifférence quand on voit que tout ce qu’on a fait pendant x années est remis en cause et ne sert plus à grand-chose en 2015, alors qu’il y a une recrudescence du sida et que les maladies vénériennes courent et caracolent du fait de la relapse. Après, comme tout militant pur et dur, Didier Lestrade est souvent excessif surtout sur un sujet qui lui tient à cœur.

Dans ces chroniques, l’auteur fait également état des luttes intestines entre associations qui ont mis trop de temps avant de prendre des initiatives de prévention alors qu’elles percevaient des subventions à ce titre, plus préoccupées à se tirer dans les pattes que par la cohésion de leurs troupes.

De même cette histoire d’archives lgbt qui traine en longueur et dont tout le monde et personne ne s’occupe alors qu’en son temps des subsides avaient été débloquées pour la création d’un centre de mémoire gay qui devait les regrouper et pour des raisons qui nous sont expliquées dans ce livre,  tout a capoté…

L’auteur, fait également beaucoup de digressions sur bien d’autres choses encore : la musique qui a tenu beaucoup de place dans sa vie, son exil à la campagne, sa découverte du philosophe Henri-David Thoreau et son retour aux sources du besoin, sa solitude qui fut d’abord choisie, puis les années passant, est devenue pesante…

J’ai trouvé ce livre très intéressant, même si je me doute de certains partis pris, il dévoile les dessous du pouvoir qu’on certains et certaines dans la communication, absolument indispensable pour mener à bien un tel combat. Ce que nous pauvres péquins  ne pouvons connaître si nous ne sommes pas militants (et encore)…Par ailleurs, contrairement à de précédents écrits, je l’ai trouvé «apaisé» et c‘est bien, j‘aime les livres de Didier Lestrade, mais certaines aigreurs étaient difficiles à supporter  et gâchaient mon plaisir de lire. 

Posté par chezVolodia à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,