09 novembre 2015

Hombres - Paul Verlaine

9782845471078C'est à une nouvelle lecture des fameux poèmes éotiques de Verlaine célébrant les amours masculines que nous invite Steve Murphy, professeur de littérature française à l'Université Rennes 2, spécialiste du poète et rédacteur en chef de la Revue Verlaine.

Réfutant l'idée reçue d'un recueil posthume amorphe, il se livre à une véritable enquête sur la genèse de ce petit volume sulfureux et met en lumière les stratégies de provocation du poète. Il explique également les nombreuses locutions argotiques qui parsèment ces poèmes et souligne l'humour corrosif, le mélange décapant d'érotique et d'obscène qui donnent à ces textes, présentés ici le plus fidèlement possible aux originaux, toute leur "scandaleuse efficacité".

Editions : Vilo - ISBN : 9 782845 471078 - Poche 127 pages - Prix : 4,90 € 

Mon avis : Volodia

Surprenant, obscène à la limite du supportable, les poêmes contenus dans ce livre sont beaux, la beauté du corps masculin y est sublimée, quant à son amour, il est cru, sans métaphore. A ne pas mettre entre toutes les mains, et surtout pas celles de mineurs. Toutefois, la pondibonderie n'est guère de mise au lecteur parcourant ces pages. Si vous vous sentez l'âme d'un poête, que vous désirez chanter les charmes de l'être aimé, bonne lecture, ce livre vous est destiné.

Je ne peux résister au plaisir de vous faire lire un avant goût de ce que vous pourrez y trouvez : 

Le Sonnet du Trou du Cul  - par Arthur Rimbaud et Paul Verlaine

(En forme de parodie d'un volume d'Albert Mérat intitulée l'Idole où sont détaillées toutes les beautés d'une dame)

Obscur et foncé comme un oeillet violet

Il respire, humblement tapi parmi la mousse,

Humide encor d'amour qui suit la pente douce

Des fesses blanches jusqu'au bord  de son ourlet.

Des filaments pareils à des larmes de lait

Ont pleuré, sous  l'autan cruel qui les repousse,

A travers de petits caillots de marne rousse,

Pour s'en aller où la pente les appelait.

Ma bouche s'accoupla souvent à sa ventouse,

Mon  âme, du coït matériel jalouse,

En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.

C'est l'olive pâmée et la flûte cäline,

C'est le tube où descend la céleste praline,

Chanaan féminin dans les moiteurs éclos ! 

 

Posté par chezVolodia à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 septembre 2013

Le Con d'Irène - Aragon

Le Con d'irèneQuatrième de couverture :

Qui pouvait lire vraiment "Le Con d'Irène" jusqu'à une époque récente ? Qui aurait osé penser que Sade serait un jour imprimé sur papier bible ? Il n'y a plus de livre sous le manteau, plus d'Enfer.

Aragon, dans les années 20 du vingtième siècle, brûle ses vaisseaux. Pas de retour possile en b ourgeoisie, pas de compréhension de la part de ses amis surréalistes. Il va rentrer dans l'ordre "prolétarien", c'est-à-dire là où on ne se doute de rien.

Le camarade Aragon serait l'auteur du "Con d'Irène" ? Vous voulez rire, c'est une provocation. Et pourtant, la planète de la censure tourne, la défense de l'infini nous montre que rien n'était fatal dans la régression "poétique" ou "réaliste" qui a suivi.

Cela gêne beaucoup de monde ? Trop.

Pour l'instant restons avec Irène : "Il flotte autour d'elle un grand parfum de brunen de brune heureuse, où l'idée d'autruit se dissout".

Editions : Mercure de France - ISBN : 978 2 7152 2139 0 - Poche : 93 pages - 93 - Prix : 4euros

 

Mon avis : Volodia

En préparation.

Posté par chezVolodia à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 février 2012

Le Ramier - André Gide

9782070766918Quatrième de couverture :

Le 28 juillet 1907, André Gide, qui s'éjournait dans la propriété de son ami Eugène Rouart à Bagnols-de Grenade, non loin de Toulouse, fait la rencontre d'un jeune homme, Ferdinand, fils d'un valet de ferme.

Avec celui qu'il surnommera le "ramier", en raison d'une sorte de roucoulement qu'il produisait en faisant l'amour, l'écrivain presque quadragénaire va vivre une nuit d'extase dont il sortira "plus jeune de dix ans". A chaud, il écrira le récit lyrique et minutieux de cet épisode, et le fera lire à quelques proches, dont Jacques Copeau. Plusieurs fois, Gide reviendra à Bagnols, et se préoccupera du sort du jeune Ferdinand, qui mourra en 1910. Mais son Ramie, il ne le publiera jamais.

Près d'un siècle après qu'il a été écrit, voici donc, retrouvé récemment par Catherine Gide dans les dossiers de son père, ce Ramier totalement inédit que les lecteurs de l'écrivain découvriront avec bonheur : rarement Gide se sera montré aussi libre, aussi spontané.

Une étude sur Le Ramier, enrichie d'extraits inédits de la correspondance Gide-Rouard, complète ce volume.

Editions : NRF Gallimard - ISBN : 2 07 076691 8 - Broché 70 pages - Prix : 9 euros

Mon avis : Volodia

Ce livre n'a pas de qualité littéraire particulière, hormis qu'il n'avait pas vocation à être publié. Il s'agit d'une nouvelle érotique et autobiographique toute en élégance et en retenue" comme Gide sait le faire si naturellement. Son titre en est, s'il le fallait, la preuve : Le Ramier nom que Gide donne à son amant qui roucoule comme tel au moment de l'étreinte. Par ailleurs, ce qui pouvait passer pour une révélation sulfureuse pour l'époque, est pour la nôtre bien "sage".

Ceci dit, j'ai été beaucoup plus intéressé par la façon dont ont été découverts les feuillets narrant cette aventure, ainsi que par les relations Gide-Rouart. Les précautions d'usage, les codes de reconnaissance employés avant la revélation à l'un comme à l'autre de ce qu'ils sont et de ce et ceux qu'ils osent aimer... 

Je note également, la complaisance des épouses, filles de l'époque qui n'avait aucune illusion sur les goûts de leur époux, de leur père et qui si elles en avaient savaient fermer les yeux avec complaisance.

Posté par chezVolodia à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juillet 2011

The complete kake comic - TOM FINLAND (I)

 

42395594_pAttention : Livre interdit au moins de 18 ans et à ne mettre dans les mains que de personnes très averties.

Tom Finland de son vrai nom Touko Laaksonen est né en 1920 en Finlande. Très tôt, il a pris conscience de son attirance pour les hommes.

Obligé de dissimuler car à l'époque l'homosexualité était passible d'emprisonnement, Il trouva dans le dessin une échappatoire capitale.

Il réalisait des bandes dessinées qui exprimaient ses goûts personnels, phantasmes d'une sexualité virile entre hommes représentant de solides gaillards avec une préférence certaines pour des idéaux masculins : Ouvriers du bâtiment, bucherons, policiers, marins, motards avec une certaine fascination pour les blousons, les jodhpurs et les bottes de cuir.

Editions : Taschen - ISBN 978 3 8365 0290 0 - Broché - Prix : 19,90 eruros

Mon avis : Volodia

Cet artiste représentait ce que l'on pourrait appeler les canons de la beauté gay, en fait : des hommes caricaturés et bodybuldés, au sexe hypertrophié et mettant en scène des situations qui dans la vrai vie pourraient être dramatiques et qui dans ce livre sont traitées de façon comique.

Les dessins sont superbes et pour pornographiques qu'ils soient on ne peut s'en choquer tellement ils sont beaux et qu'une invitation aux plaisirs de la chair et de la vie sont présents dans chacune de ces pages.

Posté par chezVolodia à 06:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juillet 2011

Tom of finland (Livre II)

2486_3_v_Tom_of_FinlandLivre strictement destiné à un public adulte et très averti

Un nouveau livre des histoires de Tom Finland vient de paraître. Les bandes dessinées sont au nombre de 14 et sont toujours aussi, drôles et d'une pornographie sans borne. Toujours les mêmes hommes surbodybuldés, au membre hypertrophié. Pas de "précieuses" mais des bûcherons, des routiers, des militaires et surtout des "cuirs".

Tom Finland affiche son amour des hommes. Il affiche ses fantasmes sans complexe à travers ses dessins à une époque ou, il faut bien le reconnaître, être gay n'était pas encore à la mode. Ces dessins sont superbes et à travers ce qu'ils expriment on peut voir défiler la vie des back room, des urinoirs, des endroits boisés, et même nous retrouver dans des contrés exotiques avec des tribus sauvages (gays bien évidemment) et être sauvé par Tarzan...

Editions : Taschen - ISBN : 9 783836 524865 - Broché - Prix : 9,99 euros.

Mon avis : Indiangay

Contrairement au premier livre (qui figure sur ce blog) la couverture de ce volume est rigide et la jaquette est reversible. Côté face deux magnifiques apollon dans une pose très suggestive. Côté pile, la couverture est vert imitant celle d'un livre ancien, ce qui permet de le regarder n'importe où (enfin presque). Attention quand même quand vous l'ouvrez, vous risquez d'offusquez les personnes se trouvant à porter.

Posté par Indiangay à 22:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 septembre 2010

Teleny - Oscar Wilde

telenyIgnoré (très volontairement) pendant longtemps de ses biographes, Teleny est pourtant un des meilleurs romans d'Oscar Wilde, en tout cas celui où il livre le plus librement sa nature sexuelle profonde et contradictoire.

Conçu semble-t-il au début comme une sorte de jeu littéraire érotique avec certains de ses amis, Teleny fut très vite repris totalement par Wilde lui-même, et publié clandestinement à Londres - à très  petit tirage et hors de prix. Et traduit à Paris (toujours clandestinement, évidemment) seulement en 1934.

Or Teleny, est probablement le roman le plus révèlateur de Wilde, et avant-tout, répétons-le, à travers des audaces sexuelles où la clandestinité lui permet de s'aventurer plus franchement que jamais. Si l'on n'a jamais encore découvert Oscar Wilde, c'est par Teleny, qu'il faut commencer.


Editions : La Musardière - ISBN : 978 2 84271 342 3 - Poche : 187 pages - Prix :  9,70 €


Mon avis : Volodia

J'ai littéralement dévoré ce livre et l'ai au combien apprécié. Car l'amour entre deux hommes y est sublimé. Rien ne nous est caché. Tout est dévoilé avec beaucoup d'émotions de sensibilité avec parfois des mots crus mais justes.

J'ai compris en lisant ce livre, pourquoi il est resté dans la clandestinité si longtemps, car en plus de son amoralité, il dénonce l'hypocrisie sociale et de moeurs (aussi bien femmes que hommes) qui régnait à l'époque Victorienne.

Posté par chezVolodia à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2010

Le fils de Loth - François Paul Alibert

9782842712419Ce livre est réservé au + de 18 ans et aux personnes très averties

 

 

Histoire :

Deux jeunes hommes s'ébattent sur le sable. Ils sont beaux, ils s'aiment. L'un deux pose à l'autre une question : « Qui t'a initié à l'amour ? » La réponse vient malaisément : « Mon père ! ».

Suit alors un récit murmuré dans une langue magnifique, celui de l'initiation sexuelle d'un jeune garçon par son père. La découverte du corps de son père, la fascination pour le sexe de son père, son amour pour son père, et, enfin, une relation sexuelle ô combien émouvante et subversive.

 Mon avis : Volodia

Je n'ai pas aimé ce livre qui sous le couvert d'un confession que je juge peu crédible et fortement improbable, relate en long en large et en détail une relation pédophile et incestueuse. Cette histoire revèle-t-elle les fantasmes de son auteur ? et si oui jusqu'où peut on les exprimer en littérature ? Par ailleurs, j'aime lorsque je lis un livre y entrer, m'y fondre. Or là, je suis resté "à la porte". Je suis resté un lecteur qui lisait une histoire et qui s'y est ennuyé au bout de quelques pages ; Ou peut être, aux yeux de personnes plus avisées, qui n'y a rien compris.

 Le Fils de Loth, demeuré à l'état de manuscrit depuis sa rédaction dans les années trente. Dans l'histoire littéraire, jalonnée de livres interdits, on comprendra aisément que celui-ci soit resté caché : si le roman s'ouvre de façon lyrique sur les ébats amoureux de deux beaux adolescents (André et Roland), il glisse rapidement vers la confession d'un jeune homme, André, initié à l'amour par son père, "un splendide colosse". Rien de moins ! Le style de la phrase est classique, mais tranche volontiers avec un récit fortement imagé et sans ambiguïté, d'une sodomie l'autre. Dans la Bible, il est dit que Loth, à défaut de sa femme (métamorphosée en statue de sel pour s'être retournée contrairement à la défense divine) et à défaut d'autres créatures féminines, aurait abusé de ses propres filles. C'est précisément cette légende que reprend et détourne François-Paul Alibert, jusqu'à lui donner le titre de cet ouvrage sulfureux. D'autant plus sulfureux qu'ici, le père n'abuse pas mais initie son fils aux jeux de l'amour.

Posté par chezVolodia à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2009

La mort propagande de Hervé Guibert

9782070125845

Ce livre est stictement pour adultes avertis.

Etude du corps jouissant, souffrant, agonisant, puis mort.

La Mort Propagande trace en douze brefs chapitres un troublant autoportrait de son auteur.

D'une violence et d'une force de provocation inouie, La Mort Propagande fut le premier livre publié d'Hervé Guibert, alors âgé de vingt et un an.

Hervé Guibert est né en 1955. Il est mort à Paris en 1991. Ecrivain, Journaliste et Photograhe, il es l'auteur de nombreux livres parmi lesquels : Mes parents, A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie,  un journal posthume, Le mausolée des amants, des recueils d'articles, la photo, inéluctablement, Articles intrépides.

Posté par chezVolodia à 04:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2009

La Symphonie des adieux de Edmund White

La_symphonie_des_adieuxLa Symphonie des adieux est l'histoire d'un homme qui a vu la plupart de ses amis quitter avant lui la scène de sa vie. Le jour où il célèbre le sixième mois anniversaire de la mort de son amant, il effectue le voyage du souvenir qui le ramène vers ses difficultés d'autrefois à devenir écrivain et la découverte du sens de son homosexualité;

Sa narration pleine d'esprit, menée sur le ton de la conversation, nous transporte des années soixante jusqu'à nos jours, des scènes érotiques les plus crues dans les back-rooms des clubs new-yorkais jusqu'à des épisodes d'une franche hilarité dans certains salons parisiens ou, encore des moments intenses de vérité familiales dans le Midwest américain.

L'incroyable variété des amis et relations qui rencontrent ou accompagnent le narrateur constitue peu à peu le ciment du récit et lui insuffle une force inouîe, emportée par les sentiments vrais que sont l'amitié, l'amour et la perte de l'être aimé.

Posté par chezVolodia à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

19 septembre 2009

Dorian de Wil Self

 

 

 



Histoire :

Henry Wotton est un dandy qui use et abuse de tous les plaisirs illicites : sexe, drogue, alcool, et bons mots. Dans le studio de son ami (et ex-amant) Basil Hallward, vidéaste très en vogue, il rencontre Dorian Gray, un jeune homme d'une grande beauté. Il se propose de l'initier à toute une vie de débauche...
Dorian se laisse tenter, tout en faisant le voeu de garder la fraîcheur et l'innocence de la jeunesse. Mais il y a le sida et ses ravages...

Dorian est le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde transposé une siècle plus tard. Wil racontait la déchéance du XIX siècle finissant, Will Self, lui, raconte la lente dérive du Londres décadent des années 80 et 90. Dans ces variations sur un mythe, il dépeint, avec le cynisme et l'humour qu'on lui connaît, une fin de siècle désormais révolue.

Mon Avis :

C'est bien particulier, mais c'est un très bon livre. Pour les personnes qui ne connaissent pas le milieu gay et en particulier cuir et autres, hum ce livre n'est pas à mettre dans toutes les mains. Mais il reflète bien une époque pas si lointaine et qui refait surface. Car les drogues sont devenues plus courantes, moins chères, certains sont avides de nouvelles sensations et prêts à toutes les folies d'autant que de nouveaux traitements contre le VIH ont vu le jour avec un certain succès.

Pour ce qui est des boites cuirs et des backs room, la France à ce qu'il faut même si en 80 certaines boites ont été fermées pour diverses causes : drogues, mineurs, débauches en tout genre. Exemple les boites de la rue Saint Anne dont la plupart appartenaient à Roger Peyrefitte, oui oui celui-là même, l'écrivain. D'autres comme La Mendigotte ou il y a eu des accidents décès par overdoses ...

Ce genre de boites est très particulier ainsi que ceux qui les fréquentent. Beaucoup prennent sciemment le risque de ne pas porter de préservatif, ça fait partie du risque lié à chaque rencontre, ça lui rajoute du piment. A l'inverse de la femme, l'homme peut avoir du sexe pour du sexe, sans avoir besoin d'aimer la personne.

Ce livre est intéressant car il met en scène une fiction avec des éléments d'histoires réelles.

 

 

Posté par chezVolodia à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,