15 juin 2013

L'infortunée - Wesley Stace

l-infortunee-wesley-stace-9782290355664Quatrième de couverture :

Londres 1823. Fille de Lord Loveall, l'homme le plus riche d'Angleterre, la jeune Rose fait le bonheur de son père. Elle vit dans un magnifique manoir, entourée de domestiques dévoués. Rose à une enfance comme toutes les petites filles rèvent d'en avoir. Mais voilà, Rose n'est pas une fille. Rose est un garçon. Ses parents ne sont pas ses vrais parents. Et la révélation de cette vérité va bouleverser la vie de Rose et de toute la maison.

Best seller dans de nombreux pays, "L'infortunée" est une fresque victorienne passionnante qui se lit déjà comme un classique.

 

Editions : J'ai Lu - Collection Par ailleurs - ISBN : 978 2 290 35566 4 - Poche 603 pages - Prix : 8,20 €

 

Mon avis : Volodia

L'histoire :

A Londres en 1820, Lord Geofroy Loveall recueille un nourrisson. En l’adoptant sa mère et lui espèrent déjouer les plans de leurs cousins qui souhaitent hériter du domaine familial.

Avant de mourir, Lady Loveall s’aperçoit que le nouveau-né est un garçon, mais sir Geoffroy persiste dans son « erreur » et le fait élever comme Rose la future Lady Loveall. A l’adolescence le scandale éclate et Rose s’exile.

 

Développement :

Dès les premières pages du livre nous sommes plongés dans le Londres sordide du XIXème siècle (Dickens). Un bébé vient au monde chez une faiseuse d’anges dans un des plus bas quartiers de la Cité et est abandonné sur un tas d’ordures.

Recueilli et sauvé par une des plus  grandes  fortunes  d’Angleterre,  Lord  Loveall, fragile, malheureux et perturbé  depuis  le décès de Dolorès, sa jeune sœur à qui  il vouait un amour sans limite. Cloîtré depuis des années, incapable de nouer des liens sociaux et voué à n’avoir aucune  descendance, il voit dans ce nourrisson un « signe du ciel ». Enfin une petite fille, une adorable petite fille sur laquelle reporter  tout l’amour qu’il portait à Dolorès et qui depuis son décès était resté en attente.

Mais voilà, le nourrisson est un garçon ! Incapable d’accepter cette réalité, Lord Loveall  persiste dans erreur et l’élèvera comme une petite fille qui sera prénommée Rose. Durant  toute son enfance, Rose ne manquera de rien, ni attention, ni affection, ni aisance matérielle. A l’adolescence tout  se complique lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle est « différente » de sa meilleure amie Sarah à qui elle voue de tendres sentiments.

A la mort de son père, le scandale éclate. Il s’ensuit une sombre histoire d’héritage et des intrigues menées par des cousins jaloux et envieux qui ont dilapidé leur propre fortune et souhaitent s’installer dans le domaine familial. Désespéré d’avoir été trompée et surtout ne comprenant pas pourquoi, Rose s’exile afin de se trouver  elle-même. Elle  parcours  le monde à la recherche de son identité.

L’histoire est  difficile à suivre en raison de nombreuses digressions. Toutefois, ce qui a retenu mon attention s’est surtout le questionnement sur l’identité. Comment un garçon peut-il être persuadé d’être une fille ? Comment  dissocier le sexe de l’individu et son éducation ? Quelle séparation entre l’inné et l’acquis ? Quel regard portons nous sur un homme habillé en femme ? 

Dans ce livre, la féminité de Rose ne colle pas à l’éthique homosexualité, au contraire des clichés courant mais plutôt  à une métrosexualité  d‘époque.  Une envie d’être selon ses choix, ses besoins, accepter sa masculinité et/ou sa féminité sans entrer dans le clivage.

Rose s’arrange très bien de cette dualité. Elle/il porte la moustache, mais également des robes, des tenues féminines et cache son visage sous une voilette pour sortir. Il est amoureux de Sarah à qui il fera un enfant. A noter toutefois, qu’il s’agit bien d’une histoire qui n’aurait pu avoir lieu dans la réalité à l’époque où elle se situe, car je doute que Rose aurait pu faire quelques mètres en dehors de chez lui, en costume féminin sans qu’un policier ne l’interpelle.

Sans pour autant être enthousiasmé par ce livre, je l’ai apprécié dans tout ce qu’il avait de questionnement,  de dérangeant. C’est un récit plaisant et le style en est délicat.

 

 


11 juin 2012

Elle ou lui ? - Une histoire des transsexuels en France - Maxime Foerster

9782842714000L'histoire des transsexuels en France est à la croisée de plusieurs chemins.

Celui, tout d'abord, d'hommes et de femmes ne se reconnaissant pas dans leur sexe de naissance et qui, grâce à l'activisme de certains chirurgiens et aux progrès de la médecine, purent choisir le corps qui correspondait à leur véritable identité. Celui aussi de personnalités issues de la société civile ou du monde de la nuit, ainsi que des politiques et des religieux qui, chacun à leur manière, ont contribué à sortir la transsexualité de la marginalité et à exiger son respect.

Tout au long du 20ème siècle, la question transsexuelle n'aura eu de cesse d'occuper l'espace public, remettant en cause la conception même de genre. Ce livre raconte le parcours des pionnières (Michel-Marie Poulain, Marie-André Schwidenhammer), la naissance d'une culture cabaret transgenre, sous l'égide de Coccinelle , et les débus du militantisme. L'auteur nous fait entendre la voix de celles et ceux qui sont allés au bout de leurs questionnements identitaires et ont offert un visage et une légitimité à leur cause.

Au-delà de son intérêt historique, ce texte, illustré de nombreux documents, permet de comprendre les enjeux du transsexualisme et de la lutte contre la transphobie.

Editions : La Musardine - ISBN : 978 2 842271 400 0 - 215 pages - Prix : 16 euros.

 Mon avis : Indiangay

Cette histoire de la transsexualité est complexe, car souvent confondue avec le travestissement et l’homosexualité et donc réprimée comme tels par la police, les politiques et le médical, qui ne voyant souvent là qu’un désordre psychologique.

Ce qui est intéressant à découvrir, pour ceux qui ne connaissent pas ce milieu, se sont les rapports productifs, mais parfois souvent conflictuels entre les gays, lesbiennes et les transsexuels (lles).

Comment un militantisme assez minoritaire a su et pu imposer ses revendications aux mouvements gays et lesbiens, et à présent, directement eux-mêmes ?

Par ailleurs, les parcours individuels de ceux et celles qui ont marqué la voie sont émouvants, et à bien des titres exceptionnels, par le courage tant psychologique que physique qu’ils/elles ont montré envers une société qui ne les comprenait pas et donc niait leur existence. 

moi_couv1A propos de l'auteur :

Maxime Foerster, docteur es lettres, est l'auteur de la Différence des sexes à l'épreuve de la République, Penser le désir. A propos de ené Schérer et l'Art d'être odieux nouveaux essais sur le dandysme (Vous pourrez retrouver les référence et notre avis sur ce dernier ouvrage sur notre blog littérature générale Adygha .http://adighee.canalblog.com/archives/2011/07/14/21605381.html

Posté par chezVolodia à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2011

Khâtem une enfant d'Arabie

9782330000769Ayant perdu dans les guerres et les épidémies toute sa descendance masculine, le cheikh Nassib, à la tête d'une famille patricienne de La Mecque, finit par adopter le fils d'une servante afin de pouvoir à travers lui perpétuer son nom Prestigieux. Et voilà que sa femme donne le jour à une sixième fille, qu'ils prénomment Khâtem (en arabe, "sceau" ou "ultime").

La vie de Khâtem est environnée de mystère. Elle est venue au monde sans l'intervention d'une sage-femme et, avec son corps trop mince et son visage trop pâle, elle a les allures d'un garçon manqué. Peu à peu, à travers des scènes de la vie quotidienne, on commence à percer son secret,  mais c'est seulement lors de sa rencontre inopinée avec une musicienne venue de Syrie qu'elle découvre elle-même, avec le plaisir, sa propre ambiguité sexuelle d'hermaphrodite. Elle doit enfin, lors d'un conflit violent qui agite la ville, quitter l'appartement des femmes où elle a vécu, et meurt en homme.

L'écriture maitrisée de Raja Alem, d'une élégance classique, lui permet de conduire son récit comme la révélation progressive d'une énigme. Avec son constant souci de précision dans la description des êtres et des choses. Elle fait admirablement revivre la société mecquoise traditionnelle du début du XXè siècle.

Editions : Actes Sud - ISBN : 9 782330 00076 9 - Broché 207 pages - Prix : 20 €.

RAJA_ALEMA propos de l'auteure :

Raja Alem est née à la Mecque en 1970. Elle a fait des études de langue et de littérature anglaises avant de publier uen douzaine d'ouvrages : romans, recueil de nouvelles, pièces de théâtre, Khâtem a été traduit en espagnol  et a obtenu, en mars 2011, le prestigieux Prix international du roman arabe.

Posté par Indiangay à 19:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2011

La loi du genre - Laure Murat

Homme ou femme. Existe-t-il un espace viable entre ou hors ces deux catégories ?

9782213620428Une invention théorique et poétique a tenté de fournir, au cours de l'histoire, une réponse à cette question : le "troisième sexe", celui qui défierait la loi du genre. L'expression désigne, à partir du XIXè siècle, les figures considérées comme déplacées par rapport aux canons de la virilité et de la féminité : les "tantinettes" traquées par la police dans le Paris de Balzac, les saphstes de roman et les invertis étudiés par la psychiatrie, les "fastueux travestis" des bals populaires, les femmes émancipées de la Belle Epoque et les premiers transsexuels opérés des années 1930.

Derrière toutes ces figures dissidentes, l'idée d'un "troisième sexe" provoque, dérange et renvoie la société à cette énigme inépuisable : que signifie vraiment être une "femme" ou un homme" ?

Exploitant des archives inédites de la police, des textes méconnus de la sexologie ou de la littérature, Laure Murat a élaboré ici une analyse inattendue et passionnante, éclairant d'un jour nouveau l'archéologie des discours sur les questions de genre que notre époque ne cesse d'interroger.

 

Chercheuse spécialisée dans l'histoire culturelle, Laure Murat est l'auteure de plusieurs livres, dont La Maison du Docteur Blanche (2001, Goncourt de la biographie) et Passage de l'Odéon (2003), qui ont obtenu un accueil critique et public exceptionnel. Diplomée de l'EHESS, docteure en histoire, elle vient d'être nommée professseure au département d'études françaises et francophones de l'Université de Californie-Los Angeles.

 

Posté par Indiangay à 19:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Un baiser sous X - Eric Paradisi

Un_baiser_sous_x"Fille et garçon je suis né. Mon anomalie s'était vue confirmée à l'échographie, dévoilant la présence d'un testicule et d'un ovaire. Garçon et filles, je demeurais. Comme n'importe quel enfant, je croyais que nous avions tous le même sexe, et qu'il ne jouerait aucun rôle prédominant dans ma vie. Je me trompais".

Eric Paradisi fait apparaître un hermaphrodite dans sa chair et son âme, partagé entre ses deux identités, égaré dans une modernité qui le prive de son mythe, tourmenté à l'idée même de l'amour.

Mon avis : Volodia

C'est là un roman, sensible, fin sur l'hermaphrodisme qui nous est présenté. Il évite les écueils du genre, notamment le voyeurisme et relate la difficulté d'être et de se définir lorsqu'on a une double identité physique.

Dans un monde ou nos sociétés aiment que les choses soient claires, ce sont en principe les médecins qui a la naissance et au vu des parties génitales prédominantes chez le nouveau né décident ce qu'il sera le mieux pour l'enfant et en fonction décident s'il sera fille ou garçon.

Dans ce roman, Eric Paradisi nous présente Camille, enfant abandonné à la naissance, que son visage et son corps interpellent sur sa propre identité et celle de sa mère étrangère. Camille qui doit choisir, décider "rapidement" s'il sera il ou elle.

Il nous fait partager ses doutes, son indécision, son goût pour  les femmes et sa fascination pour sa propre féminité. Son androgynie fascine les monde interlope, de la mode et des arts. Il finira par prendre le genre féminin, après une réassignation d'identité incluant (psys, intervention chirurgicale) et sera officiellement reconnue comme femme le 28/03/1997.

Aucune vulgarité, description obscène dans ce magnifique roman. L'écriture est fluide, belle. A lire par toutes les personnes intéressées par ce sujet.

 

 

Posté par chezVolodia à 18:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


28 février 2010

La reine des connes - Laurent Martin

9782353060160En général, Annabelle n'a pas de chance. C'est vrai qu'elle se lance dans les plans les plus pourris pour pouvoir se payer en Thaïlande l'opération qui va la faire passer définitivement de "il en elle".

Une sacrée dose de volontarisme, mélangée à une bonne pincée de naïveté, ne lui suffira pas pour arriver à ses fins. Surtout qu'elle fait affaire avec, d'un côté, toutes les crapules de la Porte de Montreuil et de l'autre, sa propre famille aussi coincée qu'une porte de prison. Alors il ne lui reste plus qu'à se comporter comme le "mec" qu'elle n'est presque plus...

 

Mon avis : Volodia

Dès les premières pages du livre, j'ai été accroché dans tous les sens du terme. interpellé par le style, la gouaille, l'histoire d'Annabelle.  On ne peut que  rire de sa naiveté et de ses aventures tragi-comique qui ne peuvent arriver qu'à elle ou des personnes du même genre...

Posté par chezVolodia à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2010

Middlesex - Jeffrey Eugenides

008Calliope nait avec la moue d'une jolie petite fille brune. A quatorze ans, étonnée de se découvrir deux sexes, elle devient un garçon. Lolita moustachue, jouissant et souffrant tout ensemble de sa trouve identité, elle part sur les traces de ses orgines à la fois monstrueuse et mythologiques, et fouille dans le passé secret - et peut-être coupable ? - de sa grand-mère Desdemona...

 

Né aux Etats-Unis en 1960, Jeffrey Eugenides rencontre le succès en 1093 avec son premier roman, Virgin Suicides, adapté au Cinéma par Sofia Coppola. Middlesex, qui a obtenu le prix Pulitzer 2003 a été salué par la critique et les lecteurs.

"l'Exubérance de la métamorphose anime cette farandole, ludique comme une opérette, et la fait virevolter avec fougue." Le Point

Posté par Indiangay à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2009

La maudite de Guy Des Cars

La_MauditeL'héroïne Claude de Varèze cache un terrible secret : son enfance a été marquée par une transformation physique inquiétante. Devenue adulte, Claude cherche à oublier cette malédiction au cours d'escapades équestres sur les terres de son château. Sa vie sera perturbée par une rencontre : elle fait la connaissance de Florence, une femme mariée. Les sentiments naissants à l'égard de cette dernière vont révéler à la jeune femme sa véritable nature...

Mon avis :

Ce roman se lit comme un suspens policier, dans la mesure ou au départ rien ne laisse supposer cette étonnante découverte et ou il y a une ténébreuse histoire de chantage doublée d'un meurtre. L'incompréhension et les angoisses de "la maudite" quant à une situation qu'elle n'a pas voulu sonnent vrai. Ce livre vous fait pénétrer discrètement mais avec force dans le monde des intersexués.

 

Posté par chezVolodia à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Ni homme - Ni femme - Julien Picquart

Enquête sur l'intersexuation : Un travail d'enquête capital sur les "ambiguîté génitales". J'ai classé ce livre dans 3ème sexe - transexuelle car il existe très peu de livre sur ce sujet. De plus, les personnes atteintes de cette anomalie sont souvent obligés à l'âge adulte d'entreprendre une réassignation d'identité donc...

Ni_homme_ni_femmeNi homme ni femme est le premier livre, en français et destiné au grand public, à faire dle point sur une question quasiment taboue et presque inconnue de la plupart d'entre-nous : Comment vit-on avec des organes génitaux atypiques ? Pour y répondre, Julien Picquart a rassemblé des témoignages inédits sur le sujet.

Quinze personnes racontent leur quotidien, leurs parcours, leur vie sentimentale et sexuelle, les traitements homonaux et chirurgicaux. Les parents témoignent aussi et reviennent sur leurs réactions quand ils ont découvert que leur enfant n'était pas comme les autres. Pour la première fois également, des médecins parlent de leurs certitudes et de leurs doutes.

Toutes ces personnes nous confrontent à leurs interrogations : faut-il ou non opérer ? N'y a-t-il vraiement que deux sexes ? Quelle importance doit-on accorder aux organes génitaux ? Jusqu'où peut aller notre tolérance ? Un ouvrage accessible et profondément humain, qui bouleverse nos certitudes.

 

JULIEN PICART est journaliste indépendant, spécialisé dans les questions liées à la sexualité. Il a déjà publié Pour en finir avec l'homophobie (Editions Léo Scheer), le Droit d'aimer (Syros) et l'oeil et le sexe. Sur l'exhibitionnisme (La Musardine).

Posté par chezVolodia à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 septembre 2009

Le livre coup de poing d'un trans ftm

 

 


Par Marie Kirschen mardi 03 mars 2009, à 04h48 - article prue dans Têtu
Axel Léotard est née fille, il nous raconte dans son premier récit en partie autobiographique sa renaissance comme garçon. Dans quelques jours, vous le retrouverez en interview sur tetue.com.
Mauvais Genre, le premier livre d'Axel Léotard, vient de paraître. A travers ce récit, le photographe trans FTM (female to male) nous raconte l'histoire d'une femme qui ne s'est jamais reconnue dans le sexe féminin que la nature lui a attribué à sa naissance. C'est l'histoire de l'homme qu'elle deviendra, d'une longue gestation et d'une auto-naissance dans une société qui laisse peu de place aux différences.
Mauvais Genre d'Axel Léotard, publié aux éditions Hugo & Cie, 168 pages, 16 eurosPar Marie Kirschen mardi 10 mars 2009, à 16h20 - article paru dans le magazine Têtu.

 


Photographe, travailleur social, et auteur, Axel Léotard signe «Mauvais Genre», un premier roman réussi sur les questions trans. Et dresse un état des lieux accablant de la prise en charge française des transgenres et transsexuelles.

C'est l'histoire d'une femme qui ne s'est jamais sentie de sexe féminin, et qui deviendra homme. Mauvais Genre est le récit de sa renaissance : le choix de la transition, les hormones, les opérations, les structures associatives... Jusqu'à devenir Gabriel

A travers ce personnage-fil rouge, Axel Léotard nous offre un beau portrait de la communauté trans. Militant résolu, c'est à lui que l'on doit les trois minutes de silence de la Marche des fiertés qui, chaque année, rendent hommage aux malades du sida. Il réussit cette fois la prouesse de signer un texte qui se lit comme un roman. Mais qui nous donne à voir comme un très bon documentaire, dont on sortirait plus riche et plus instruit. On suit Gabriel à travers son univers sans une seule fois avoir envie de refermer le livre.

Mauvais genre est un récit, et non pas une autobiographie. Pourtant tu possèdes beaucoup de points communs avec Gabriel, le personnage principal : tu es trans, photographe, tu as commencé ta transition à 33 ans... Oui, dans une certaine mesure, c'est mon histoire. Fiction et réalité sont mêlées, mais tout n'est pas autobiographique. Je voulais avant tout présenter la communauté trans, le monde de la prostitution au bois de Boulogne, les trans françaises bien intégrées...

Qu'est-ce qui change quand on passe de femme à homme? Quand tu deviens un homme, d'un seul coup tout est plus facile! Obtenir un travail, un poste à responsabilité... Si tu affirmes quelque chose, ta légitimité est plus importante que si tu étais une femme. Y compris pour des femmes. Ce parcours m'a donc rendu encore plus féministe!

Pourquoi avoir écrit ce livre? J'ai lu tous les bouquins parus en France sur la question trans, mais il manquait certains éléments. Par exemple, je n'ai pas vu de livres qui parlent de la stérilisation forcée imposée aux trans. Pour obtenir son changement d'état civil, un homme qui devient femme doit obligatoirement subir une vaginoplastie, alors que tous ne veulent pas de cette opération. Dans le cas d'une fille qui transitionne vers le genre masculin, la phalloplastie n'est pas obligatoire -pour la simple et bonne raison que les chirurgiens français ne savent pas la faire! Mais on lui enlèvera l'utérus, les trompes et les ovaires. Environs 150 grammes d'organes. Je trouvais très important qu'un hétéro de base puisse lire ça.

Tu écris donc avant tout pour le grand public? Je crois qu'il faut tout dire et qu'il faut tout mettre à la portée du plus grand nombre. Ce qui m'intéresse c'est que monsieur et madame Tout-le-monde lisent ce livre, et pas comme quelque chose de spectaculaire ou de sulfureux. Je voulais qu'ils puissent s'imaginer que Gabriel soit leur voisin. Ou leur fils! Et si c'était leur fils, qu'ils se demandent s'ils auraient pu accepter que la société le traite de cette façon.

Tu abordes également la question du VIH dans la communauté trans. Les trans sont la catégorie de population la plus touchée par le VIH. Le taux de séroprévalence est de 1 sur 2 parmi les trans, et de 8 sur 10 dans la communauté des trans prostituées précaires. Paradoxalement, c'est une population pour laquelle il n'y a eu aucune campagne de prévention, et aucune étude épidémiologique. Tout est fait comme si nous n'existions pas. Par contre, il existe un protocole de prise en charge à l'hôpital public, qui est particulièrement violent.

Dans Mauvais genre, tu montres ce protocole à l'hôpital, mais aussi un parcours de prise en charge d'une personne trans dans le secteur privé. Le système médical est-il à deux vitesses?
Oui, on a un système privé qui essaye grosso modo de se coller aux standards actuels de la WPATH, l'Association professionnelle mondiale pour la santé des transgenres, qui demande 3 mois de suivi psy maximum. Et un hôpital public qui est une véritable boucherie, et dont beaucoup de trans sortent broyés. Là, il y a deux ans de suivi psychiatrique. Et c'est seulement au bout de cette très longue période que le psy va essayer de déterminer si le patient est bien trans, pour lui donner une hormonothérapie. Pourtant, quand un crime est commis, l'expertise psy ne prend que de 1 à 3 mois...

Alors, que faudrait-il changer? Dans l'idéal, la consultation psychiatrique ne devrait pas durer plus de 3 mois. L'hormonothérapie devrait être possible avec, au cours de celle-ci, un changement d'état civil. Et il faut arrêter les stérilisations, ou les réassignations sexuelles obligatoires. Ce sont des pratiques dignes des camps de la Seconde Guerre mondiale.

 

Posté par chezVolodia à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :