product_9782070468225_98x0

Quatrième de couverture :

Adolescent dans un internat religieux d’Arcachon, Daniel Cordier y découvre son attirance pour les garçons et pour David en particulier. Cette passion interrompue par son renvoi du collège, ne cessera de le hanter tout au long de sa vie.

On connaît Daniel Cordier pour sa vie exceptionnelle : Secrétaire de Jean Moulin, Compagnon de la Libération, grand collectionneur d’art, historien de la Résistance. Il nous livre avec « les Feux de Saint-Elme » une récit autobiographique à la fois émouvant et inattendu.

Editions : folio – ISBN : 9 782070 468225 – Poche : 210 pages – Prix : 7 euros.

 

Mon avis : Volodia

Nous sommes loin des désirs discrets, inavoués qu’on garde jalousement par devers soi. Dans ce récit, l’auteur nous relate en termes crus ses émois partagés avec d’autres élèves, donnant l’impression que ceux-ci et lui-même ne sont que mus par leur instinct, leurs pulsions les plus primitives. Bon d’accord, l‘adolescence se vit différemment d’une personne à l’autre, on découvre son corps et celui des autres, on se compare et on s’adonne à des jeux qui ne sont plus innocents en toute connaissance de cause, mais bon…. !

L’auteur fait bien de larges parenthèses à la religion, à la pureté, collège religieux oblige, mais cela ne dure guère au regard de son amour pour Bob, puis David.

Bien des années plus tard, il retrouvera David, mais celui qui avait enchanté ses jeunes années ne sera plus qu’un homme petit, gros, marié, père d’un fils et au passé douteux de collabo, qui refusera de se remémorer son passé d’écolier.

J’ai été un peu déçu par ce livre. Je m’attendais à un récit aussi fin et délicat que les Amitiés Particulières de Roger Peyrefitte. Que nenni, ici nous sommes dans de l’autobiographie, dans la vie réelle, et non dans un roman, le style et l’écriture en témoignent. Et moi qui croyais que les jeunes d'antan surtout ceux de bonne famille moins délurés, quelle claque !