Nos_anc_tres__les_perversLa vie des homosexuels sous le second empire -

"La passion de la pédérastie, surtout lorsqu'elle a été contractée dans le jeune âge, abâtardit les natures les plus vigoureuses, effémine les caractres les mieux trempés et enggendre la lâcheté. Elle éteint chez ceux qu'elle possède les sentiments les plus nobles, ceux du patriotisme et de la famille : elle fait d'eux des êtres inutiles à la société ".

Ainsi s'exprime Félix Carlier, chef de la police des moeurs à Paris dans les années 1850. Et le Dr Ambroise Tardieu, médecin-chef des hôpitaux, de surenchérir : "...Il est difficile de ne pas admettre chez les pédérastes une véritable perversion des facultés morales. A voi la dégradation profonde, la révoltante saleté des individus qui recherchent et qu'admettent près deux des hommes en apparence distinguée par l'éducation et par la fortune, on serait le plus souvent tenté de croire que leur sens et leur raison sont altérés...".

C'est que nous sommmes à l'apogée de l'empire de "Napoléon le petit". C'est le règne des grands bourgeois, des banquiers et d'un ordre morale strick sur lequel la Police, et bientôt la Médecine, sont chargées de veiller sans rel$ache. La répression de l'homosexualité devient alors l'obsession des autorités : incarcération internement en hôpitaux psychiatriques, suicide, chantage, tel est le lot du "pédéraste" sous le Second Empire.

Mon avis : Volodia

Hum très instructif, et révélateur de l'hypocrisie d'une époque. Le pervers étant le pédéraste nom donné sans discernement à partir du moment ou il englobe les amours "antiphysiques".

Le livre est  plus qu'intéressant car il montre l'opinion non seulement d'un commissaire de police face à ce problème qui tellement honteux, tellement réprimé, engendrait des lieux de rencontres clandestines, la prostitution et le chantage et de l'autre, la médecine pour qui se posait des problèmes d'hygiène, de maladies vénériennes, de remise en cause des grands principes moraux et physiques : un homme est fait pour une femme, auquel cas, son cerveau est malade...

A la fin de ce livre, vous saurez tout sur les codes qui régissaient cette société de l'ombre, sur les "tantes", les "jésus", les "petis jésus", les "insoumis", les "persilleuses", les "entretenus et les entreteneurs", y compris sur "l'anus infundibuliforme".

Editions : H & O - ISBN : 2 84547 108 4 - prix : 19 euros - Broché 216 pages

Avec Nos ancêtres les pervers, Pierre Hahn, historien et pionnier du militantism gay dans les années 1970, fait revivre pour nous cette époque charnière de l'histoire de l'homosexualité en France.